III.3. la logique occidentale capitaliste du colonialisme aux colonialités d'aujourd'hui

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

III.3. la logique occidentale capitaliste du colonialisme aux colonialités d'aujourd'hui 

10 novembre 04:57

double de V.5.1. la logique capitaliste de l'histoire coloniale aux colonialités d'aujourd'hui

correspondant à la catégorie du forum COLONIALISME, RACISME, COLONIALITÉS et CAPITALISME d'hier à aujourd'hui

- LA LOGIQUE COLONIALE, histoire et actualité, du COLONIALISME aux COLONIALITÉS sans oublier le CAPITAL

ce qui est un des 'POINTS de VUES', PARTICULARITÉS articulées dans la GÉNÉRALITÉ capitaliste et humaine prend ici une valeur englobante correspondant à l'impossibilité de séparer les deux crises, du Capital et de l'Occident

d'un point de vue topologique, deux ensembles qui à la fois se recoupent et se contiennent, un peu à la manière dont Théorie Communiste a tenté d'articuler contradiction de classe et contradiction de genre en une seule : « Deux contradictions, quatre éléments mais un seul mouvement, une seule dynamique, celle du capital comme contradiction en procès dont chaque contradiction par sa spécificité existe comme particularité de cette totalité » Tel Quel TC 24, 2012

le débat dans le milieu de la théorie radicale, du moins en France, s'est (dé)porté sur la question de savoir si la "race" serait ou non structurelle au capitalisme, qui en recouvre une autre, celle entre structuralisme et historicisme dans la tradition marxiste, où l'on retrouve les controverses entre Louis Althusser et Raymond Williams. Le capitalisme a une histoire réelle et concrète qui ne saurait se réduire à sa conceptualisation structuraliste, et c'est de là qu'il faut partir, y compris pour déterminer les structures à l'œuvre. Il me semble que Marx a toujours procédé ainsi, en matérialiste conséquent, sans quoi il faut considérer que l'histoire aurait pu se dérouler autrement, que l'esclavage des Africains n'a pas construit le racisme occidental par nécessité de distinguer les "races" sur la base d'une nécessité économique dans les plantations comme prémisses de l'exploitation capitaliste, ce qui a été abondamment documenté historiquement... Bref il faudrait récrire l'histoire pour la faire coller avec la structure conceptuelle du Capital, et c'est ce qu'a fait Théorie Communiste

« il nous semble que l’articulation « distinction de genres/distinction de classes » comporte un caractère fondateur du mode de production capitaliste et la distinction de race un caractère plus plus circonstanciel, plus conjoncturel dans l’histoire, ce qui n’enlève rien à l’horreur de l’histoire coloniale.» Pepe dndf TC 30 décembre 2015

c'est considérer, grosso-modo, que « le moment colonial est fini » (RS/TC), que la continuité avec les colonialités et la domination occidentale dans le capitalisme actuel, même en crise, n'a pas d'intérêt théorique, autrement dit que toute la pensée décoloniale ne vaut pas un clou. C'est une position foncièrement eurocentriste relevant de l'universalisme prolétarien, celle que soutiennent les communisateurs, partie des anarchistes et de la post-ultragauche, The Charnel House, etc. Il en résulte la chasse à tout ce qui porte le nom d'antiracisme, d'anti-colonialisme, d'anti-impérialisme, d'antisionisme, etc. (Nous ne sommes pas anti BL/TC Meeting mai 2005, texte concomittant avec la création du PIR...), et c'est ainsi que l'on se retrouve, ultragauchiste ou communisateur, avec les mêmes adversaires privilégiés que le gouvernement français : L'idéologie française n'a pas de frontières pour la post-ultragauche !

(à suivre)