II.4.2 dynamique mondiale des luttes décoloniales dans la crise de l'Occident capitaliste

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

II.4.2 dynamique mondiale des luttes décoloniales dans la crise de l'Occident capitaliste 

6 novembre 16:09

parler de dynamique décoloniale, c'est accepter l'idée d'un "tournant décolonial" dans l'histoire du monde, tel que le prenne en compte les 0.1. 11 thèses sur le communisme féministe et décolonial

II
le communisme/féminisme décolonial s'inscrit comme combat actuel dans la perspective future d'une communisation comme processus révolutionnaire d'abolition du capital

nous vivons cette "double crise de l'Occident et du capital" comme :

- une restructuration du capitalisme mondial (global), qui repousse d'autant une telle perspective révolutionnaire

- une période historique caractérisée par la fin de la suprématie occidentale dans le capitalisme, et en même temps la montée des luttes décoloniales et des idées, théoriques ou politiques, idéologiques, qui vont avec

l'idée d'un tournant décolonial émerge dans les années 1990, doublement comme tournant historique dans la réalité et dans la pensée critique (epistemic decolonial turn) (août 2016)

le communisme décolonial reprend la critique épistémique décoloniale de l'eurocentrisme y compris dans les divers courants de la pensée marxiste : il est critique tant du programmatisme ouvrier (communisme à étapes de transition étatiques ou autogestionnaires) décomposé après 1968, que de l'universalisme prolétarien incolore et abstrait, renversement de l'universalisme humaniste et bourgeois des Lumières

héritant de l'œuvre de Marx, le communisme/féminisme décolonial critique l'approche intersectionnelle classe/genre/race sans structure à dominante dans le Capital

le communisme décolonial est transracial, car l'intérêt des prolétaires blancs est de dépasser leur propre identité, leur "blanchité", leur "blanchitude" revendiquée ou non, consciente ou non

le communisme décolonial se présente comme combat au présent, courant praxique d'un « marxisme décolonial » émergeant avec ses propres variantes théoriques au sein de la pensée décoloniale, d'où résulte la nécessité d'une double débat, à fronts renversés

 

on peut considérer que parler de dynamique décoloniale mondiale est un peu excessif, dans la mesure où toutes les luttes qui en relèvent ne se donnent pas ce nom, mais il en va ainsi de toute théorisation, car sans nommer les choses, on ne peut les saisir dans leur unité, leur diversité, leurs contradictions. Il en va pour les "luttes décoloniales" comme pour les "luttes de classes"

plusieurs sujets du forum ont recensé ce type de luttes :

- LUTTES DÉCOLONIALES, FÉMINISTES et 'ANTIRACISTES'

- FEMMES & hommes, REPRODUCTION du CAPITAL, LUTTES et DÉCOLONIALITÉS... Quid du concept de GENRE ? AUTO-ORGANISATION !

- DÉCOLONISER le FÉMINISME ! Féminisme, voile, race et Islam... "Féministes blanches"... sexisme et racisme... et le burkini ?!

- AGRICULTURE, PAYSANS, capitalisme et luttes pour la TERRE

si je parle de dynamique mondiale, c'est que ce type de luttes existent dans le monde entier, sous des formes et des noms différents tenant aux spécificités de chaque région. Elles sont donc incluses dans les autres sujets, difficile à trier au sein de luttes comportant plus ou moins cette dimension

- le MONDE du CAPITAL : continents, migrations, 'Nègres du monde'... transnationalisme

les mouvements de luttes des réfugiés relèvent dans cette acception de luttes décoloniales ainsi que celles des travailleuses et travailleurs DOMESTIQUES / DOMESTICS WORKERS / Servants

 

cette dynamique comporte des limites, tant du point de vue décolonial (elles sont souvent confrontées à leur échec), que de la lutte des classes, comme aujourd'hui toutes celles que mènent le prolétariat