V.3.1. critique de l'État-nation : de l'État et de la nation, une urgence stratégique

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

V.3.1. critique de l'État-nation : de l'État et de la nation, une urgence stratégique  

13 novembre 08:17

- CRITIQUES de l'ÉTAT-NATION : de l'État ET de la nation / une urgence stratégique

- "PEUPLES" et "ÉTATS-NATIONS" vs Prolétariat et Classes

un lièvre levé par Emmanuel Todd : la démocratie a un fondement ethnique 

cela ne concerne pas que la démocratie américaine. La démocratie, en fait les États-Nations, se constituent sur la notion de peuple comme ethnie... Nonobstant la limite de sa critique du lbre-échange qui n'atteint pas à celle du Capital, ce passage est des plus intéressants...

Peut-être que l'on est en train de découvrir que les frontières, cette définition d'un corps "national", pour des sociétés maintenant si colorées et si variées que les États-Unis ou l'Angleterre, le mot ethnie c'est peut-être pas bien, mais la redéfinition nationale est le phénomène primordial. Le fait de tracer une imite autour d'un groupe humain, ça précède l'émergence de la démocratie... Aux États-Unis s'ajoute cet élément beaucoup plus dur et en un sens tragique, c'est que la démocratie ne s'est pas construite dans un conflit avec d'autres pays voisins menaçant... ça pose un problème au deuxième degré, c'est comme si le corps des citoyens avait besoin d'une limite externe, le besoin de se définir "contre". Il n'y a pas d'existence absolue d'une groupe ethnique, un groupe existe par rapport à un autre groupe, et dans le cas des États-Unis, la démocratie américaine, cet autre groupe ça a été les Indiens puis les Noirs...