II.3. critique de l'intersectionnalité classe-genre-race sans dominante

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

II.3. critique de l'intersectionnalité classe-genre-race sans dominante 

6 novembre 13:03

les éléments sont dans critiques et discussions de l'INTERSECTIONNALITÉ "CLASSE-GENRE-RACE"

dans mes travaux sur le rapport 'races' et classes dans l'histoire et la structure du capitalisme, j'ai dû entreprendre une critique du concept de l'intersectionnalité et de son usage tendant à considérer les "dominations" sur un même plan, et parmi elles l'exploitation (dite "classisme" sic), donc vide de critique radicale du capital, et par conséquent de toute potentialités pour les luttes, à fortiori révolutionnaires

on en trouvera des traces ici :
classe race genre : autant de "planchers de verre" ? / 7 janv 2014

j'ai depuis précisé ici ou là ma critique de l'intersectionnalité, notamment avec le concept de structure à dominante du capital*, qui fait que celui-ci, en subsomption réelle, domine tous les champs de la vie au-delà de la contradiction essentielle entre classes

* la structure à dominante (Althusser, Stuart Hall, Théorie Communiste...) est une hiérarchie proéminente dans les différentes structures d'une formation sociale. J'utilise le Capital comme structure à dominante, de préférence à sa structure de classe, comme dans la théorie de la communisation, vestige de l'universalisme prolétarien initié par Marx en même temps que le programmatisme ouvrier. Les 'communisateurs' ont critiqué le programmatisme, mais conservé l'universalisme prolétarien

ma démarche théorique, depuis 2015, a consisté à prendre mes distances avec la trilogie classe-genre-'race', en passant par les travaux de Stuart Hall puis la pensée décoloniale. Je considère que cette trilogie ne permet de théoriser ni l'histoire du Capital ni son moment présent

le PIR remet également en cause cette « Race, classe et genre : une nouvelle divinité à trois têtes » mais dans une dominante de 'race' (Blancs et non-Blancs). Voir la discussion sur ce texte dans avec et contre HOURIA BOUTELDJA et le PIR, "RACE, CLASSE et GENRE" ? et autres questions communistes et décoloniales : conversations

de ce point de vue, mes critiques de cette approche décoloniale et de l'universalisme prolétarien marxiste se présentent à fronts renversés