VII. L'INDIVIDU et son DEPASSEMENT, processus révolutionnaire : de l'individualisme à je est des autres

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

VII. L'INDIVIDU et son DEPASSEMENT, processus révolutionnaire : de l'individualisme à "je est des autres" 

8 novembre 17:26

« À la place de l'ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous. » Marx et Engels Le Manifeste 1847

la rubrique complète, INDIVIDUS, Capital, État = ALIÉNATION => COMMUNAUTÉ HUMAINE ! comporte plusieurs sujets :

- L'INDIVIDU au-delà de L'INDIVIDUALISME => "Je est des autres" : COMMUNISATION 

- L'INDIVIDU, CONSTRUCTION et DÉCONSTRUCTION historiques

- ALIÉNATION des INDIVIDUS, et CAPITALISME

- "L'INDIVIDU chez MARX" Noun de Los Cobos 1997-98, "MARX philosophe de L'INTERSUBJECTIVITÉ", Jad Hatem 2002

- L'INDIVIDU et le COMMUNISME, divers textes

- PSYCHOLOGIE de L'INDIVIDU, RELATIONS AUX AUTRES et SUBJECTIVATION RÉVOLUTIONNAIRE

- le DIVIDU : quand le MOI n'existe pas, se divise sans unité, ou ne se dépasse pas

- "L'INDIVIDUALISME RÉVOLUTIONNAIRE", et autres serpents à sornettes

- POUR ET PAR LES INDIVIDUS' 2011-2012 et autres textes depuis 2004 (Patlotch)

c'est un des sujets que je maîtrise le mieux; repartir de l'émancipation des individus permet de boucler la boucle ouverte par la citation du Manifeste en exergue. Quand ce point est compris, et éradiquée l'idée que "le communisme"* serait un collectivisme, alors c'est plus facile...

* je mets des guillemets puisque cette connotation renvoie à l'idée que le communisme serait une société, ce qui fait l'objet de discussions théoriques relativement à sa définition comme mouvement dans L'déologie allemande, que je reprends dans la définition du Communisme féministe et décolonial : « j'appelle communisme et féminisme décolonial le mouvement des luttes au présent qui [...] transforment en permanence la perspective révolutionnaire d'abolition du capitalisme comme totalité économique et sociale...»

pourtant cette idée fut bien portée par le programmatisme ouvrier, et Lucien Sève rappelle que la formule de Marx fut inversée en URSS notamment : « ...une association où le libre développement de tous est la condition du libre développement de chacun. ». Il n'était pas bon ni là-bas ni dans les Partis Communistes de vouloir se distinguer des camarades, et à vrai dire, ce n'est guère différents chez les anarchistes, communautarisme identitaire de parti ou de groupe oblige. Pour autant, cela ne renvoie pas à la justesse de l'individualisme révolutionnaire, un quasi oxymore puisque l'individualisme est par excellence un produit historique et social de l'Occident et du Capital il s'agit donc d'un dépassement à produire en sus de celui d'autres identités, de classe, de genre, de 'race', etc.

c'est à la théorisation de ce problème que sont consacrés les sujets rappelés plus haut, avec des textes de Marx, Deleuze, Alain Jouffroy, et nombre de philosophes ou théoriciens ayant pensé cette question en communiste ou en anarchiste

comme mise en bouche, je donne un extrait du sujet « je est des autres », formule par laquelle je détourne et prolonge celle de Rimbaud : « Je est un autre » (Lettre du Voyant, 15 mai 1871)

28 février 2015

individus & identités / capital & communisme


« celui qui sait attendre aura la plus belle visitation » disait Roger Vaillant à propos de tout autre chose, dans une formule qui vaut son poids d'or sous la plume de ce bouffe-curé impénitent défroqué du PCF

adé dndf 28 février 2015 Telle communauté, tel individu : « Les appartenances de genre, classes et tout les autres sous-ensembles qui en découlent (races, cultures, communautés religieuses, et autres communautés intermédiaires ) sont dépassées sur la base de ce qu’ils sont actuellement, et ce qu’ils sont actuellement c’est la crise de la reproduction du rapport d’appartenance aux classes et aux genres, et à toutes les communautés intermédiaires.

La crise, comme crise de la reproduction, se manifeste comme crise des identités (moment critique des appartenances identitaires), la reproduction des classes, des genres, et de toutes les appartenances intermédiaires apparaît comme crise de l’identité d’appartenance au prolétariat (fin de l’identité ouvrière/prolétarienne), crise de l’assignation basée sur le genre, crise des identités intermédiaires, culturelles, nationales, religieuses.

C’est parce que la crise actuelle est moment critique des appartenances que la question des identités individuelles se pose comme recherche/rénovation de nouvelles identités. C’est à partir du dépassement de cette situation qu’il est possible de poser la société humaine comme dépassement des médiations par la production directe de l’humanité comme communauté humaine:la communauté produit sans médiation les individus adéquats à elle: telle communauté, tels individus.

Tout cela a, je pense, d’énormes implications : rapport direct à la « Nature », production de celle-ci, rapport entre individus comme rapport historiquement produit, production historique dans son rapport avec la nature limitée de l’histoire individuelle, donc rapport avec la production des croyances religieuses, rapport à soi comme rapport à la société/communauté, et inversement, rapport ce cette société immédiatement comme rapport à soi…»

à quelque chose près (car les races, cultures, religions... découlant des appartenances de genre et de classe~, je ne comprends pas), je trouve là les idées que j'ai formulées dans abolir les classes / dépasser les identités de 'genre', 'race'... de militants et d'individus en juin 2014

Roland Simon avait ouvert les vannes en ces termes :
 
« Comme je l’écrivais dans le texte ci-dessus (A propos de Charlie – suite -), la classe n’apparait pas toujours en clair et même rarement (« il n’est pas dans la nature de la révolution de faire sonner l’heure de la dernière instance ») : c’est dans une multiplicité de pratiques et de contradictions avec le capital et internes, de confrontations avec toutes sortes d’identités, d’actions à partir d’elles et de dépassement de celles-ci, qu’elle s’autotransforme en classe communisatrice et s’abolit
le débat est donc ouvert et c'est heureux. Quelques remarques :

je n'ai pas réfléchi à la formule « crise des identités », ni à l'idée qu'elle serait manifestation de la crise de reproduction, mais on peut concernant le processus de communisation dire que tout est dans tout et multiplier les formules à l'envie. Encore faut-il qu'elles aient un sens précis, à construire chaque fois théoriquement

de même quant à la « recherche de nouvelles identités », qui pourrait être contradictoire à l'idée du dépassement vers un type d'individualités radicalement nouvelles, c'est-à-dire intégrant en elles-mêmes le rapport à la communauté. Pour le dire simplement, et sans rêver à l'Homme nouveau, un souci du commun dépassant l'égoïsme individualiste des individus du capital. Dans la mesure où l'individu individuel est une construction tardive et d'abord occidentale, il n'est pas difficile de trouver dans le passé des rapports sociaux où l'individu n'existait pas, c'est-à-dire ne se pensait pas comme tel, y compris parce que le lien était médié par la religion...

la formule définissant la communauté du communisme « rapports immédiats entre individus » est trompeuse, parce qu'elle nécessite des individus autres qui ne soient plus produits dans des rapports entre individualisés auxquelles nous a habitués le capitalisme. Ce qui en découle, par exemple sur le plan sexuel, c'est un autre contenu des désirs mêmes, du rapport à l'autre sexe, et c'est évidemment là que la question des rapports de genres et de sexes sont bouleversants et bouleversés dans le processus

le débat, depuis février 2015, ne s'est pas véritablement ouverts plus que d'autres sur les problémtiques que je propose, mais ne désespérons pas...

je tenterai de résumé clairement ce que j'entends par dépassement des individus, identités individuelles ou singulières (chacun est unique en sa propriété, comme disait Stirner), mais d'ores et déjà, en sur de ce chapitre, on pourra réfléchir au lien avec les deux autres chapitres :

 

Mots clés
Individu