II. LE MARXISME FÉMINISTE et DÉCOLONIAL (la substance théorique du combat communiste actuel)

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

II. LE MARXISME FÉMINISTE et DÉCOLONIAL (la substance théorique du combat communiste actuel) 

3 novembre 12:22

pour commencer, j'importe des extraits de "Vers un MARXISME DÉCOLONIAL" / MARX et 'marxismes' dans la pensée DÉCOLONIALE / citations, recensions, contradictions, réflexions, conversations, ce sujet ayant été un des derniers construits, donc des plus proches du point où j'en suis arrivé

pour un aller-retour entre Marx et la pensée décoloniale 

la critique décoloniale de Marx et des marxismes, et ses limites (24 août 2016)

voici le plan de ce sujet, des catégories pour s'y retrouver, qui seront progressivement alimentées d'autres références et documents :

1) citations chez les fondateurs de la pensée décoloniale
2) citations chez un théoricien et activiste de la pensée décoloniale : Ramón Grosfoguel
3) citations chez les militants décoloniaux français (PIR, etc.)
4) repérages de Marx et des marxismes dans les origines indianistes de la pensée décoloniale avant la lettre
5) pensée marxiste et décoloniale vivante


il s'agit de tirer au clair le rapport à Marx et aux marxismes des penseurs ou militants décoloniaux, et non ici de voir chez Marx ce qui relève de l'eurocentrisme ou au contraire d'une pensée s'ouvrant à des voies multilinéaires d'émancipation, comme le dit KB Anderson dans 
"Marx aux antipodes" (Marx at the Margins), ce sujet étant traité dans MARX entre EUROCENTRISME PROLÉTARIEN UNIVERSEL et OUVERTURE D'AUTRES CHEMINS RÉVOLUTIONNAIRES
objectif

l'objectif est de saisir en quoi des penseurs et militants décoloniaux auraient (eu) une vision réductrice des conceptions et de l'évolution de Marx, et de poser une critique rigoureuse de cet aspect, différente de celle faite habituellement par les marxistes orthodoxes d'un point de vue prolongeant leur commun universalisme prolétarien, qu'ils soient léninistes, trotskistes, ou conseillistes (tous tenant du programmatisme révolutionnaire). Autrement dit, ceux qui, prolongeant un aspect de Marx relevé par Olivier Le Cours Grandmaison*, considèrent que « Notre association n'est, en fait, rien d'autre que le lien international qui unit les ouvriers les plus avancés des divers pays civilisés. » Marx, La Guerre civile en France, AIT 1871, sous le mot d'ordre du Manifeste de 1847 dans sa signification d'alors : « Prolétaires de tous les pays [civilisés], unissez-vous ! »

* dans Coloniser Exterminer / Sur la guerre et l'État colonial, 2005, Olivier Le Cour Grandmaison consacre une longue "remarque" à Engels et Marx : le colonialisme au service de l'«Histoire» universelle, p. 40-52. Sujet traité ici, deuxième commentaire, 27 février 2016

dans un premier temps, je procèderai à un inventaire des références à Marx chez ces théoriciens ou activistes, à partir de recherches sur Internet, ce qui sera loin d'être exhaustif mais permettra de se faire une idée suffisamment précise de la question

en résumé, il s'agit de fonder plus rigoureusement la thèse que je soutiens d'une compatibilité de "la pensée Marx" avec la pensée décoloniale, en regroupant et complétant des références et remarques faites ici ou là dans le forum, afin d'en faciliter la prise en compte sur une base ne prêtant pas à déformations dans un sens ou un autre pour des présupposés idéologiques ou politiques

la suite ici, avec, par ordre d'entrée en scène, textes et références de Walter Mignolo et Arturo Escobar, Anibal Quijano, Ramon Grosfoguel, Sadri Khiari, José Carlos Mariátegui, Fausto Reynaga, Ana Cecilia Dinerstein, Minkah Makalani, Beatriz Preciado, Cedric J. Robinson, Juan José Bautista, Mauricio Sandoval Cordero, Michael Löwy, Olivier Le Cours Grandmaison, Karl Marx, Lilia D. Monzo, Subir Sinha, Darren Kinkead, Pranav Jani, Vivek Chibber, Glen Coulthard, Matthieu Renault as CLR James, Bruce Robbins, Keeanga-Yamahtta, Tithi Bhattacharya, Sara Farris, Maxime Cervulle, Amanda Dunbar-Ortiz...

(auteurs de livres ou de textes pour diverses revues, dont Historical Matérialism, Viewpoint, Période, Jacobin Magazine...)

tous les courants du marxisme y sont présents, à l'exception de celui de la communisation, qui, détenant les clés de "la théorie communiste" (Astarian), n'a pas à se mêler de ces débats subalternes

des théoricien.ne.s de tous les continents, mais d'Europe et hors la Grande-Bretagne, trois Français : Olivier Le Cours Grandmaison, historien et philosophe (histoire coloniale...), Matthieu Renault (Franz Fanon, CLR James...), philosophe et Maxime Cervulle, sciences de l'information et de la communication à l'Université, coord. traducteur de Stuart Hall

les matériaux pour la réflexion ICI

à signaler des échanges avec Corinne Cerise et 'Sauvage' @Seelrak, sur Twitter