sonku - demi-sonnet double haïku 2016-2017

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    4. POÈMES 1975-2016
        4.1. poèmes 2014-2017
sonku - demi-sonnet double haïku 2016-2017 

j'appelle sonku une forme fixe de poème de mon invention à l'automne 2016, à 7 vers 3 3 1, ou variantes

21 octobre : cette forme courte correspond mieux aux exigences de la poésie en langue française, qui n'a pas la richesse 'plastique' de la calligraphie ni sémantique des idéogrammes. En revanche, elle peut jouer sur les sons et les sens, ce qui somme toute définit la poésie d'expression française, dans un rythme qui lui est propre comme à sa chanson

28 octobre : elle présente plus d'un intérêt :

- elle est à mi-chemin entre le haïku japonais 3 vers 5 7 5 syllabes, et le sonnet 14 vers en 4 4 3 3, ou variantes, et divers mètres. En longueur, elle se présente de fait comme un double haïku et un demi-sonnet
- du haïku elle retient la brièveté et la contrainte à condenser le sens
- du sonnet elle conserve la possibilité de jouer avec la rime
- accessoirement elle prolonge la structure de mes œuvrages en 7 (et 12)
- enfin elle est compatible avec la contrainte des 140 caractères, pour des tweet poèmes, leur rapidité et leur caractère éphémère, du moins pour les tweetistes  


j'avais déjà écrit quelques demi-sonnets, mais sans les rapporter aux 
formes japonaises ou dérivées (haïku, tenka, senryu...) que j'ai tentées en 2009-2010. Il est probable que j'en ferai grand usage, de préférence en séries, qui permettent de creuser un thème, une sonorité, etc., et de compenser ainsi les inconvénients d'une forme courte

début 2017, une suite de 84 sonkus, LE ROMAN D'ILYA, allégorie de la réalité

 

PENSÉE DE BORD

sur les rives des rêves
des incontinents
à la dérive

comme l'on chie on crève
en situation
fond du sillon

poil au Fillon

FoSoBo 24 mars 2017 19:24
sonku 225


À L'VEUGLE

creuser les mots
en vieille taupe
comme un tunnel
saoul dans les choses

la terre aux yeux
la mer à boire
l'éternité

FoSoBo 24 mars 2017 17:26
sonku 224


AIR

ton désespoir
n'est que le dé-but
d'un espoir

en attendant le fond
la force d'un combat
continue le début

sans fin

FoSoBo 24 mars 2017 17:08
sonku 223


GAZ

je m'en irai
entre Cioran
et Marx

je m'ennuierai
d'aimer des masques

jamais en rang
je m'en irai

FoSoBo 24 mars 2017 16:54
sonku 222


EN MARCHE

je m'en allais
cracher sur ma tombe
un crayon dans la poche

mine de rien antipersonnel
du gars coco latéral
à côté de ses pompes

funèbre

FoSoBo 24 mars 2017 16:27
sonku 221


LANGUE DE VIE PERD

ma vie est un long suicide
sans mot d'emploi
dont je déploie
la poésie lucide

en attendant la fin
du dégoût, le début
d'une faim

FoSoBo 24 mars 2017 16:00
sonku 220

 

ÉPILOQUE

À terre, le poète, dévoré des vers,
met en bouteille son pari de réalité,
encore heureux du corps rené qu'il a offert
à la mer, sous le soleil, à l'éternité

Au septième jour, devant la société en grève,
œuvre achevée, il repose sa plume au vent
d'autant qu'en importe rien, rien, rien, rien rien, rien

FoSoBo 6 janvier 2017 11:50
sonku 219

« L’attitude du poète dans une époque comme celle-ci, où il est en grève devant la société, est de mettre de côté tous les moyens viciés qui peuvent s’offrir à lui. Tout ce qu’on peut lui proposer est inférieur à sa conception et à son travail secret. » Mallarmé, entretien avec Jules Huret, 1891

« Au septième jour, son œuvre achevée, Dieu se reposa. » La Bible, Genèse 2/2 adaptation Patlotch

 

LA CLÉ DE VERS

Les assassins de la réalité ? C'est vous !
Vos rêves ? Vous les brisez ! Amoureux des mythes,
médusés des radeaux, naufragés des rites...

La révolution ? Qui vous l'interdit ? C'est vous !
Ilya porte le chapeau, mais vous la culotte !
L'argent ? C'est vous ! L'État ? C'est vous ! Vous à la botte !

Le poète ? Un fou. La poésie est morte !

FoSoBo 6 janvier 2017 10:24
sonku 218

« Le poète est un fou perdu dans l'aventure,
Qui rêve sans repos de combats anciens... »

Paul Verlaine, Torquato Tasso, 1864
 

 

82 MES DÉS

Ma lectorate attendait la fin du roman
comme ma chatte ses croquettes à maman

« L'impatience est contre-révolutionnaire,
dans l'immédiat, le présent n'est pas notre moment »

Ainsi parlait tard sur le tas, le prévisaire,
qui avait aboli le hasard et brûlé mes dés

Ilya voulait m'aider, et mes dés c'est Médée

FoSoBo 5 janvier 2017 22:03
sonku 217

Médée : Le nom de Médée est issu de la racine médique « med » : comprendre, concevoir. Il révèle le savoir ou la capacité à raisonner de Médée, magicienne... (d'après Wikipédia)

 

81 UNE LETTRE ANONYME

« La révolution n'est ni récit poétique,
ni passion gaie, ni roman d'anticipation... »

Le poète : - « n'est ni » que nenni ! C'est qui ce type que de tics
modiques, pseudo branleur de sa boutique ?

Hors de lui, jusqu'au bout de sa nuit poursuivi
par des bédoles, des sinoques, des panouilles

De synonyme en synecdoque, quelle embrouille !

FoSoBo 5 janvier 2017 22:03
sonku 216

Que nenni : « Avec tout cela, voilà un homme mort (...) -Oh! que nenni, il n'est pas mort, dit le vieux moine, je le vois qui grouille»
Mérimée, Chron. règne Charles IX, 1829, p.217 CNRTL
bédole, sinoque, CNRTL
panouille (sic) donné pour synonyme de imbécile, idiot, bête dans l'ABC de la langue française
synecdoque : métonymie particulière pour laquelle la relation entre le terme donné et le terme évoqué constitue une inclusion ou une dépendance matérielle ou conceptuelle. (Wikipédia)

 

RETOUR À LA NORMALE

Dans les territoires libérés, sur le net,
le Comité d'auto-organisation mondiale
de la révolution immédiate,
COMRI,
publiait mondialement ses conneries,
mais nul n'écoutait plus leaders ni théories.

Pour le poète et Ilya, rien là de primordial,
la lutte entre classes suivrait son cours normal...

FoSoBo 5 janvier 2017 21:04
sonku 215

 

LE PARTI DE LA RÉVOLUTION

« Les écrits démobilisateurs sont passibles...»

Il doit carapater, impossible de vivre,
la mort dans tous les camps promise à la victoire,
les gnons cons compagnons en sentiers de la gloire

Fuir là-bas fuir où les oiseaux sont libres
de chanter, les femmes d'enfanter, chacun de dire non !

La poésie ne prend pas le parti de la révolution pour le parti

FoSoBo 5 janvier 2017 
sonku 214

"Le thème de la Révolution
est une commande du temps
Le thème de la glorification de la Révolution
est une commande du Parti."

Marina Tsvetaeva, Le poète et le temps, 1932

 

ILYA COMME À LA GUERRE

C'est en morceaux que les corps s'amoncellent :
des bras, des os, des viandes dévariées.

On les glutit de ventre vide avide,
la chair est triste hélas, et j'ai bu ce désastre
les yeux désorbités, les tripes à l'envers,

Qu'importe, cette guerre est révolutionnaire,
poète s'esbigner : pour en tirer des vers ?

FoSoBo 5 janvier 2017 19:42 
sonku 213

 

L'ÉTAT ET LA RÉVOLUTION

Le Ministère de la poésie et des arts beaux
l'entend d'une autre oreille et tant pis pour l'utopie

Ouh la l'oral, si l'État touche à Aragon,
« de deux choses l'une, l'autre c'est le soleil »

Alors ce fut la guerre, portée contre l'outrage
et par la rage, un grand virage, et le carnage

De mémoire d'Ilya, on n'avait pas vu ça

FoSoBo 5 janvier 2017 18:07 
sonku 212

Citations, d'Aragon en exergue, et de Jacques Prévert, Le paysage changeur, Paroles, 1945

 

ILYA DÉSUNIE

Il-y-a est explosée, éclatée, pliée
à la réalité même démultipliée

Et le poète schizophrène en amoureux
transi, en transit par tous ses sens déréglés
vers d'autres lieux à l'assaut du ciel et d'Ilya.

Quelqu'un passant par là tint à peu près ce langage :
« Je l'avais bien écrit, ça devait arriver »

FoSoBo 5 janvier 2017 16:54
sonku 210

« Il s'agit d'arriver à l'inconnu par le dérèglement de tous les sens.
Les souffrances sont énormes, mais il faut être fort, être né poète, et je me suis reconnu poète.»

Rimbaud, Lettre du voyant, 1871

 

IL Y A DES CONTRADICTIONS

Personne y comprenait rien
Tout le monde non plus, le poète aussi :

- si la réalité est révolutionnaire,
qu'est-ce qu'il y a qu'Ilya peut contre faire ?

Il se passe quelque chose inimaginable
hier encore, et moi, en poète minable,
je n'ai vu rien venir. La poésie, au diable !

FoSoBo 5 janvier 2017 16:27
sonku 209

« Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? »
Charles Perrault, La Barbe bleue, 1697

 

RÉBELLION D'ILYA

- Qu'est-ce que ce chambard ?
et que deviens-je, là-dedans,
au mépris de la réalité ?

Cet associationnisme est de mauvais aloi.
Faudrait que vous fourriez Fourier à la fourrière,
l'utopie au placard. Qui fait l'histoire ? C'est moi !

Mais défoulée la foule était en armes, et le poète en larmes

FoSoBo 5 janvier 2017 16:00
sonku 208

chambard : Grand désordre, tumulte, vacarme.  Au fig. Bouleversement, renversement d'un ordre établi. CNRTL
se défouler : Se libérer, dans des activités diverses, des tensions, interdits et frustrations intérieurs. CNRTL B1

 

INGÉRABLE ILYA

« La réalité est ingérable ! »
Ainsi parlait le poète, ajoutant :
- Il n'y a pas à gérer l'indigeste !
La gestion c'est la congestion ! Révolution !

Alors de la foule ébaudie surgit une association
où le libre délire de chacun fut la condition
des désidérata de toustes

FoSoBo 5 janvier 2017 15:28
sonku 207

« La situation est ingérable » 157 000 résultats. « La réalité est ingérable » : zéro

s'ébaudir : s'égayer, se réjouir, entrer en allégresse. « Tout ce monde-là (...) ne demandait qu'à s'ébaudir, rigoler et chanter avec l'entrain canaille d'une flotte de canotiers de la Seine. » Alphonse Daudet, Nabab, 1877, p. 213, 214 CNRTL

« À la place de l'ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous.» Marx & Engels, Le Manifeste, 1847

 

OBÉRATION

Quand on descendra du train quotidien
en de beaux draps nous coucherons

Ce sera bien, toucher à rien
pour un salaire, c'est aberrant
abhorrons cet Aliboron

Çui qui s'obère devient obèse
il est trop bête et on le baise

FoSoBo 5 janvier 2017 15:01
sonku 206

Aliboron : Personne stupide et prétentieuse (cf. sens fig. de âne) CNRTL
Obérer : Accabler d'une lourde charge financière, endetter jusqu'à la ruine (Wikipédia)

 

LES QUATRE JEUDIS

l'un dit : - c'est lundi
l'autre compte les jours fériés
où l'on ne fait rien

- jeudi, je dis
que ça ira bien
tous les jours

La semaine lasse mène au dit vain divin

FoSoBo 5 janvier 2017 14:38
sonku 205

COMMUN MANCHE

(à Stan)

Commun lundi,
j'en ai marre dis,
l'amer crédit
de l'enjeu dit :
me vendre dix
fois, ça me dit
rien. Ferme et dis :
manche !

Ailleurs, 5 septembre 2005, 12h04 LIVREDEL VIII, Livre du retour

 

TRÈFLE À QUATRE FEUILLES

Le bonheur était dans le pré
quand petit j'allais chez pépé
couper dans le carré la luzerne aux lapins

Le bonheur est toujours auprès
d'une blonde ou sous un sapin,
qui s'y frotte s'y pique aux épines

Le bonheur est plus grand qu'Ilya, irréel et réel

FoSoBo 5 janvier 2017 14:11
sonku 204

 

ANNÉE POÉTIQUE

Oh vertes années, sans vertu exquises
où nous allions sûrs en douce illusion

Oh vieillesse hardie, d'y faire allusion
comme à un cadavre à jamais acquis

À qui cet acquit ? Qui en fera quoi ?
Chacun son écot, répondit l'écho

On est poétique où l'on ne naît pas fini

FoSoBo 5 janvier 2017 13:57
sonku 204

 

UN TABOU T'ABUSE

Un tabou m'amuse
Ilya est ma muse

tradéridéra
désidérata

Ilya ma miss tigresse
m'a repassé le mistigri

« Trèfle de plaisanterie, comme dirait un lapin dans un carré de luzerne »

FoSoBo 5 janvier 2017 13:39
sonku 203

Savez-vous passer le tradéridéra ?

Desiderata est un poème en anglais consacré à la recherche du bonheur dans la vie.

mistigri : « Roland quitta la table de mistigris et se dirigea vers le salon vert. Deux ou trois joueurs le suivirent » Ponson du Terrail, Rocambole, t.4, 1859, p. 437 CNRTL

citation de Fernand Raynaud, Un mariage en grandes pompes

 

LA POÉTIQUE DE L'AUTRUCHE

« Quarante siècles... » Le comble du narcissisme !
Tu te prends pour le centre du monde ? Quarante ans
suffisent à dire ton éminentissime
échec, bouffissure, fissure de tes bouts !

Il entendait des voix, venues on ne sait d'où,
ses quatre vérités en une, d'un nandou,
la poétique de l'autruche et son tabou

FoSoBo 5 janvier 2017 13:30
sonku 202

 

EN VÉRITÉ

Il est bien vrai qu'il y a qu'Ilya ça va pas.
En vérité je vous le dis, le monde est un bordel,
le poète une pute, un menteur éternel

« Tout s'explique par l'histoire et ses lois.»
Il n'y a pas à sortir de là, foi d'Éloi !

Du bas de son château de cartes le poète
contemplait quarante siècles de défaite

FoSoBo 5 janvier 2017 12:58
sonku 201

« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle.» Bible de Jean 6:47

« Il est bien vrai que l'homme n'est qu'une pute
Il est bien vrai que le monde est un bordel. »
Poème de l'ennui. Alexandre Zinoviev, Les hauteurs béantes, 1976

Le bon roi Dagobert
Avait sa culotte à l'envers
Le grand saint Eloi lui dit
[...]
je vais la remettre à l'endroit

 

IRÉNIE

Face à Ilya, le soi-disant poète
est désemparé. Il en perd sa quête
en un tête à queue macaronique
et nunuche, hic et nunc irénique

Le ministère a raison, des beaux-arts,
la poésie ne peut garder le territoire

Ilya jamais n'abolira le bazar

FoSoBo 5 janvier 2017 12:13
sonku 200

Macaronique provient de l'italien maccaronico, qui qualifie une langue inventée au XVe siècle en Italie, pour écrire des poésies. Cette langue est composée de mots de la langue maternelle de l'auteur auxquels on ajoute une syntaxe et des terminaisons latines. (Wikipédia)
Irénique : Qui recherche à tout prix, même au prix d’erreurs graves, la paix, l’entente entre personnes de camps adverses ou d’opinions divergentes. (id.)

 

ILYA EST PARTOUT

La tuerie saint d'esprit
grippe aviaire et primaires
attentats et soldats
salariat dans le froid
etc. et cætera

Il est une fois, une  femme noire, doctorat
d'élite, mise sur orbite, Ah ça ça ira

FoSoBo 5 janvier 2017 11:23
sonku 199

Jeanette Epps, première astronaute noire dans la Station spatiale internationale

 

62 DIALECTIQUE ILYA

Les temps sont durs et mous
Héraclite est à l'aise
le fleuve est sans remous
il ramène sa fraise

Prenons les vents contraires
en conflits sœurs, mes frères

Et rêvons nous sans trêve

FoSoBo 4 janvier 2017 21:31
sonku 198

 

61 JOUR DE RELÂCHE

Ilya se fait discrète
jour de relâche
et basse quête
pour poète
à la tâche

Comme un relent
odeur de craie

FoSoBo 4 janvier 2017 19:42
sonku 197

 

LES CHATS D'ILYA

Mes chats aimaient jouer, ces jours, à la ficelle,
un vieux lacet traînant, ils ne s'en lassaient pas.

Ils venaient me chercher, pour animer icelle
en oiselle étourdie, en souris sous mes pas.

Le chat, est-ce ainsi fait, ou devenu humain,
au point d'avoir un maître lui tenant la main ?

Où sont mes chats d'antan, au goût de la proie vive ?

FoSoBo 4 janvier 2017 18:16
sonku 196

 

SOIR D'ILYA

La neige allait tomber, la nuit sur FoSoBo,
les chats se réveiller sans avoir lu Rimbaud.

Il écrivait des vers, sujet, verbe et adverbe,
objets identifiés et volant en Malherbe.

L'ennui venait mourir dans la phrase et les mots,
l'avenir s'écrira, après coup, c'est si beau.

Ilya m'était comptée comme le temps d'en vivre

FoSoBo 4 janvier 2017 17:44
sonku 195

 

TOUT LE MONDE CONNAÎT ILYA

et le reste est littérature

Trompés sur la marchandise ? À d'autres !
Ils en connaissent la nature
un crime avalé bons apôtres

Un tien vaut mieux et qu'ils s'y vautrent
deux tu l'auras n'est pas pour eux

Ils sont pourris et malheureux

FoSoBo 4 janvier 2017 16:45
sonku 194

 

L'INTÉRÊT

de la poésie est de n'en avoir aucun
pour le capital, et fort peu pour Ilya.

En avoir ou pas, à ses yeux morts, c'est du pareil
au même, et d'un poème elle se bat les couilles

c'est manifeste. De la réalité
c'est le manifeste poétique du vrai

Que le poème est fait par toutes et par un

FoSoBo 4 janvier 2017 16:18
sonku 193

En avoir ou pas, Hemingway 1937

« La poésie doit être faite par tous. non par un. » Lautréamont, Les chants de Maldoror, 1869

 

CIEL SEREIN

La vie suivait son cours, Ilya prenait son pied
dans le fleuve tranquille, un don paisible épié
par le poète en long, en large et en travers
de la gorge profonde, en donnant de trouvère
sa langue à la chatte d'Ilya, sa maîtresse.

Tout semblait donc rentré dans le désordre quand
soudain la pluie porta l'intérêt capital...

FoSoBo 4 janvier 2017 15:55
sonku 192

Le Don paisible, Mikhaïl Cholokhov, 1928-1940

« Un faune étique et muet promenait son chat dans les gorges profondes de l'Abîme... »
L'invention de la rime muette, Histoire secrète de la poésie, Crise en vers, Patlotch, 13 décembre 2011

 

CRAPAUDES EN COMMUNE

Ah, belle anoure, que te vaut si mauvais renom ?
Tes pattes adaptées que nous les adoptions

Que des vers on finisse au jardin sans délice
où tu n'es que l'absente du bouquet d'Alice

Au printemps les crapauds se mettront en commune,
on aura tout le temps de chanter à la lune

Ilya au culte suprême et Marianne étêtée

FoSoBo 4 janvier 2017 15:01
sonku 191

« La mauvaise réputation du crapaud commun est d’autant moins justifiée que cet amphibien appartenant à l’ordre des Anoures est un allié précieux du jardinier... »
Le Crapaud commun, Jardin des plantes

« Qu'importe à présent qu'on nous tue
Les nuits tomberont une à une
La Chine s'est mise en Commune
Nous avons fait des clairs de lune »
Aragon, Je chante pour passer le temps, 1956

 

COMPTE DE FAIT

Hors du territoire, les migrants sont heureux,
comme poissons dans l'eau, que dit raton labeur.

Ils passent au travers des mailles du filet,
quand ils ont la chair blanche et qu'on laisse filer

À l'anglaise. On les aime bien, avec des citrouilles
en fabuleux carrosse, pour Halloween, sans trouille

Que la grenouille ne devienne crapaud

FoSoBo 4 janvier 2017 14:29
sonku 190

La Méditerranée a englouti plus de 5000 migrants en 2016 

 

53 LE POÈTE À VÉLO

Pendant ce temps-là las, tout fout le camp à vau-l'eau,
les vers sont trop courts pour être des lombrics
ou trop longs pour l'académie de la rhétorique.

Il se lance « auto-entrepreneur à vélo »
pour vendre au kilo ses livres virtuels
sur le marché des vieux bouquins à Vieux-Boucau.

« La réalité vaut mieux que les rêveries.»

FoSoBo 4 janvier 2017 13:48
sonku 189

Philippe Quintal, vélo-entrepreneur à Boucau, Sud-Ouest, 3 janvier

Citation d'Ivan Tourgueniev, Une correspondance, VII, 1856

 

UN POÈME RADICAL

Le crime avait raté. Le roman s'engluait,
le poète assassin voué à solitude,
incompris et maudit, en sanglots longs, le rude
hiver venu sans foi ni joie, et, comme un guai,
prêt à jeter ses dés et sa tête du quai
à la Seine en criant : Ilya, c'est moi !

Il manque un pied au vers, le fleuve court tranquille

FoSoBo 4 janvier 2017 13:12
sonku 188

guai : se dit d'un hareng qui a frayé et qui n'a plus ni œufs ni laitance.
« Il y a tout lieu de croire que, déshabitué de l’eau, le hareng s’est noyé. » Alphonse Allais, Ne nous frappons pas, La revue blanche, 1900

 

LA TRAHISON D'ILYA

Ilya, la salope, m'a dénoncé au
ministère de la poésie et des beaux
arts pour « attentat à la ligne générale
de la réalité, l'excès de figural... »

Il faut mettre le feu aux dictionnaires fous
et brûler le réel avec, devant la foule
en larmes de bonheur théoriquement pur !

FoSoBo 4 janvier 2017 12:31
sonku 187

figural : Caractérisé par l’usage massif de figures, où les mots prennent un sens différent de leur sens habituel

 

LA MISE À MORT

Il n'y a, désormais, de réel que l'écrit,
il en a décidé, le sien, lui le proscrit.

Ilya n'existe plus, Alexandre est occis,
de la rime toxique le cadavre exquis.

Il n'y a de plus beau que le mensonge frais,
la beauté est sur les genoux, et ça l'effraie.

Soyons réalistes, demandons l'improblable

FoSoBo 4 janvier 2017 12:04
sonku 186

« Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. - Et je l'ai trouvée amère. - Et je l'ai injuriée. »
Rimbaud,
Une saison en enfer, prologue, 1873

« Soyons réalistes, demandons l'impossible. » Slogan de 1968

 

L'IMMORTALITÉ

La mort était partout, la poésie crevait
aussi, d'ennui, et le poète insatisfait,
se lassant d'Ilya,- à quoi bonne immortelle ?-
conçut d'en finir avec elle et sa tutelle,
la censure en césure, l'usure de ses us,
de ces arts, de ses dés, de céder au rébus.

La tuer ou la quitter, ainsi du territoire

FoSoBo 4 janvier 2017 11:32
sonku 185

« En réalité, qu'est-ce que les vers de Rimbaud lui ont apporté ? Rien que la fierté d'être de ceux qui aiment les vers de Rimbaud  » Kundera, L'immortalité, 1990
LIVREDEL, poème-roman, LIVRE DE L'AUTRE, 1990, Chapitre 4

 

L'ÉTERNITÉ

Ilya et le poète s'aimaient d'amour tendre.

La vie était joyeuse et les pieds d'Alexandre
dansaient la carmagnole en attendant Godot.

Poésie il y a, puisque réalité.

Ils iront à la mer, feront l'éternité
au soleil hâlés, c'est l'immortalité

FoSoBo 4 janvier 2017 11:09
sonku 184

« La vie est devenue meilleure, camarades ; la vie est devenue plus joyeuse. »
Staline. Discours prononcé à la première conférence des stakhanovistes de l'URSS (1935)

 

PHILOSOPHIE

« Si vous persévérez par vos vers désuets
à désespérer notre peuple travailleur...»

Le poète était pris au piège de jouer
au plus malin. Ailleurs il irait rimailleur.

Il décida d'attendre et qu'Ilya clarifie
l'avenir du poème et sa philosophie.

Comble de tout, dieu est mort et rien n'est écrit

FoSoBo 4 janvier 2017 10:24
sonku 183

 

MORTS DE LA RUE

La rue était à nous,  les slogans fleurissaient
mais de longtemps déjà la vie dépérissait.

« Éteignez la télé, descendez dans la rue »,
près de chez vous au chaud, la mort est apparue
sans domicile fixe et sans papiers, glacée.

Car la rue est à eux, ceux qui font leur marché.

Ilya est là, faux à la main, sourire en coin

FoSoBo 4 janvier 2017 09:52
sonku 182

Des centaines de SDF morts dans la rue

 

ALACRITÉ

Maintenant qu'Ilya était à ses côtés,
il ne pouvait douter de sa réalité.

Il était fier, soignait ses vers, se souciait guère,
ici, de ses horreurs ailleurs, et de ses guerres.

Elle à ses yeux n'était plus que grâce et beauté,
promesse de bonheur, ivresse et volupté.

Ilya toutefois l'entend d'une autre oreille

FoSoBo 4 janvier 2017 09:16
sonku 181

 

LA COMÉDIE D'ILYA

Dans le chambardement provoqué par la lettre,
oubliée la menace du bannissement.

Le poète : - L'alexandrin ! Ils seront contraints de l'admettre :
la censure en césure ira se faire omettre.

Ilya : - Ne compte pas sur moi pour compter sur tes doigts,
ni sur l'entregent bon alors que tu merdoies.

Si la diablesse aussi loge dans les détails...

FoSoBo 3 janvier 2017 22:50
sonku 180

 

LE TOURNANT DES TOURMENTS

Le poète avait lu et relu cette lettre irréelle,
car pour lui aucun doute, il s'agissait d'un faux.
 
Qu'Ilya l'eut lu, elle illettrée,
dépassait son intellection,
mais elle avait raison, il manquait d'imagination...
 
Qu'importe son vertige et qu'Ilya le fertige

FoSoBo 3 janvier 2017 21:49
sonku 179

fertigation : (mot-valise formé sur fertilisation et irrigation), technique agricole consistant à appliquer des éléments fertilisants solubles dans l'eau par l'intermédiaire d'un système d'irrigation. Cette technique est notamment rendue possible par le système d'irrigation du goutte-à-goutte enterré. (Wikipédia)

 

UNE LETTRE D'ILYA

Cher Poète,

Dès le début je t'ai lu,
et je te vois, valétudinaire,
tortillonnant tes vers ordinaires,
dépourvoir ton imagination.

J'ai décidé de t'aider à jetés des dés
par les fenêtres de mon monde de
mon entregent bon et de mes médiations.

FoSoBo 3 janvier 2017 21:49
sonku 178

Dépourvoir : Vx. Priver, dégarnir de ce qui est nécessaire. « Il ne faut pas dépourvoir de munitions une place de guerre » (Ac. 1798-1932). CNRTL

EXPULSION

Un courrier d'avertissement
du Ministère de la poésie et des beaux-arts
est arrivé ce soir

Fragment : « Veuillez cessez immédiatement
votre publication insane et chimérique...
sous peine de bannissement hors du territoire...»

Quel est, se sonde le poète, mon territoire poétique ?

FoSoBo 3 janvier 2017 20:50
sonku 177

"bannissement hors du territoire du Royaume de Hollande"

 

AFFRE DU POÈTE

Le poète est déchiré
le poème en morceaux

La rime laisse à désirer
on attend un sursaut

Que faire ? Qu'écrire ?
Que lui donner à lire ?
À qui ? Laissez-moi rire :

Ilya est illettrée !

FoSoBo 3 janvier 2017 20:32
sonku 176

 

INNOCENCE D'ILYA

Ilya est innocente
ignorant ce qu'elle fait
mal ou bien

Ilya ne voit rien, n'entend rien, ne sait rien

Ilya n'est pas dieu, mais diablesse
Ilya ne va pas à confesse

Le monde est pour Ilya parfait

FoSoBo 3 janvier 2017  20:05
sonku 175

CNRTL nous donne en gros deux sens d'innocence : 1) qui ne pense pas à mal 2) qui ne se rend pas compte des choses et manifeste une trop grande ignorance des réalités

 

SABLE D'ILYA

Ce qu'on sait, ce qu'on ne sait pas
qu'on veut savoir ou non

Ce qu'on oublie qui se rappelle

Ce qui n'a pas de nom
pour soutenir un impossible souvenir
l'inconcevable ou l'irréalisable

Est-ce qu'Ilya s'efface sur le sable ?

FoSoBo 3 janvier 2017 19:51
sonku 174

 

PRISON D'ILYA

Tandis que le poète attendait
Ilya poursuivait son œuvre

Elle avançait ses pions telle une pieuvre
et son ravage s'étendait
sur toutes terres de son monde

Ainsi en Amazonie d'un carnage...
Mais Ilya était saine et sauve

FoSoBo 3 janvier 2017 18:43
sonku 173

De violentes émeutes font 60 morts dans une prison brésilienne

EN ATTENDANT ILYA

Un poète sait d'expérience
qu'un poème n'a pas de réponse

d'Ilya il en attendait pourtant
une et un mille portant
sur toutes les épreuves
qu'elle jetait dans le fleuve

du temps. Du temps, elle en avait, lui peu

FoSoBo 3 janvier 2017 18:07
sonku 172

 

LETTRE À ILYA (extrait)

Chère Ilya,

D'où venez-vous ?
Qu'êtes-vous ?
Où allez-vous ?

Je sollicite de votre malveillance
des réponses de circonstance
ou à défaut un rendez-vous

Le poète envoya mille et une copies à la mer

FoSoBo 3 janvier 2017 17:44
sonku 171

« D'où Venons Nous / Que Sommes Nous / Où Allons Nous » Gauguin, 1897

 

LE SEXE D'ILYA

c'est le sexe d'un ange
ce qui, convenons-en,
de la diablesse change
le non-sens

le poète esquive
et le dé tombe à l'eau

(quelqu'un lui a soufflé qu'Ilya s'en branle)

FoSoBo 3 janvier 2017 17:35
sonku 170

LA MOURRE D'ILYA

S'il la voulait posséder
c'était pour la changer
... étrange amour
car donc il ne l'aimait telle quelle

Ilya changeait, en restant elle,
qui ou quoi pour l'y obliger ?

Il se perdait dans son jeu de la mourre

FoSoBo 3 janvier 2017 17:17
sonku 169

La mourre est un jeu dans lequel deux joueurs se montrent simultanément un certain nombre de doigts, tout en annonçant chacun la somme présumée des doigts dressés par les deux joueurs. Wikipédia

 

RÊVE D'ILYA

Qui rêve ? Ilya ou le poète ?
Ilya est toujours vrai, et ne rêve jamais.
Le poète oui : - Ah, si je la possédais !

Ilya est partout, mais à s'enfuir s'entête.
Lui est ici la tête ailleurs, à l'infini,
où elle est, sûr, et qu'il l'enquête.

Ilya rêve-t-elle d'être une autre ?

Paris 3 janvier 2017 16:54
sonku 168

« La réalité est toujours vraie, mais le mensonge lui dame souvent le pion.»
« Ce n'est que parce que l'on est fort que l'on s'adapte à la réalité qui est aussi savoureuse que rude, et parce qu'on est faible qu'on se replie sur soi pour la rêver telle que l'on désirerait qu'elle fût. Il y a, contre la vie réelle, un étroit amour de soi-même qui pousse à la combattre et nous la fait haïr.»

Pierre Reverdy,
Le livre de mon bord, 1948

enquêter qqun : On relève qq emplois transitifs exceptionnels que les dictionnaires ne mentionnent pas : « Un reporter joyeux me dit son projet de m'interviewer et de « m'enquêter », en supposant ma candidature à l'Académie » (Léon Bloy, Journal, 1893, p. 70) CNRTL

SACRÉE ILYA

Comme un flot, une pierre
un cachalot, une rivière
un vélo, une frontière
un bulot, une ouvrière
un intello, une œillère
un prolo, une prière

Ilya est sacrée

Paris 3 janvier 2017 14:47
sonku 167

TOUT UN CHACUN

Sans en avoir l'air
tout et son contraire
pour Ilya c'est Un

Quand d'autres en son nom
des reproches se font
sans fin

Chacun pour soi fait son Ilya

Paris 3 janvier 2017 14:11
sonku 166

SANG D'ILYA

«Il y a eu des coups de feu
puis du sang partout»

Il y a eu des explosions
à l'intérieur la fusillade
il y a eu du sang partout

Nous voilà rassurés surtout :
Ilya est saine et sauve

FoSoBo 3 janvier 2017 10:15
sonku 165

Attentat d'Istanbul, Tribune de Genève 2 janvier

 

DÉNI D'ILYA

Ilya est nue du déni d'elle
dénudée des médias

Wikipédia se méfie d'elle
mais Ilya m'est fidèle
un défi d'immédiat

Aux dernières nouvelles
Ilya serait palestienne

FoSoBo 3 janvier 2017 09:34
sonku 164

« Plus de 200 villages palestiniens sont rayés de Google Maps. Un déni de réalité, pas trace du mur de séparation entre Israël et les Territoires Occupés, 450 km, ni des innombrables checkpoints » RFI 2 janvier 2017

 

FAMILIALE ILYA

Il y a, sur le trottoir de la cité, morts,
deux enfants et leur mère,
tombés de leur treizième en feu

Il y a Priscilia, et Miriam, et les cris, et les larmes
Il y a la fumée, les pompiers, maintenant
il y a la radio : « C'est un  drame familial »...

Mais Ilya était là : « Il n'y a pas de flammes »

« la mère aurait en réalité tué ses enfants »

FoSoBo 3 janvier 2017 08:17
sonku 163

Fontenay-sous-Bois  31 déc. 2016 : trois morts dont deux enfants dans un incendie

 

TERRE D'ILYA

Le cul d'Ilya ne saurait déplaire...

Les pieds sur terre ?
on ne peut plus
sur le plancher, la vache !

Ilya c'est Gaïa, la Terre-Mère,
l'intrusion qu'il y a, dans la catastrophe...

N'y suffira pas une strophe

FoSoBo 2 janvier 2017 22:48
sonku 162

Isabelle Stengers, L'intrusion de Gaïa, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient, 2015

 

PEUR D'ILYA

Non, Ilya n'a pas peur
car de quoi ?
plus insensible qu'elle, tu meurs

C'est elle qui sème la terreur
dans les esprits, entre les cœurs
pas assez endurcis

La peur toujours chez elle, chez moi aussi

FoSoBo 2 janvier 2017 20:59
sonku 161

« Frères humains qui après nous vivez
N'ayez les cœurs contre nous endurcis »

François Villon Ballade des pendus

 

LE POÈTE ÉPERDU

Il est perdu
il est fou d'une diablesse
laide, sans charme ni vertu

Et qui le lit le croit tordu
à se complaire où il se blesse

On attend une histoire de fesse
et patatrac, le poème a le cul par terre

FoSoBo 2 janvier 2017 20:14
sonku 160

 

BEAUTÉ D'ILYA

Mais enfin, Ilya n'est pas belle
ou tout aussi bien laide

Rien de joli joli dans sa nature
ce qui fait son attrait
n'est pas d'une créature
telle une femme désirée

Il n'y a aucun charme en Ilya, que d'être là

FoSoBo 2 janvier 2017 19:51
sonku 159

 

LE CORPS D'ILYA

Ilya n'a pas d'essence
hors de sa consistance

Ilya est le corps même
elle est à tout présence
elle est toute existence

Comment ne pas, Ilya, la désirer ?
Comment la posséder sans en être saisi ?

FoSoBo 2 janvier 2017 17:44
sonku 158

 

CONNAISSANCE D'ILYA

Si je me trompe
Ilya est encore là
mais se tait

Son silence me désavoue
et l'ombre d'une sanction
plane sur ma fragilité

Me voilà éconduit d'aimer

FoSoBo 2 janvier 2017 17:35
sonku 157

« Ce serait pour moi la bonne part — ainsi s’éconduit lui-même celui qui a été éconduit — d’aimer la terre comme l’aime la lune et de ne toucher sa beauté que des yeux. Et voici ce que j’appelle l’immaculée connaissance de toutes choses : ne rien demander aux choses que de pouvoir s’étendre devant elles, ainsi qu’un miroir aux cent regards. » Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, De l'immaculée connaissance


PRÉSENCE D'ILYA

Ilya est là
je la sens, je la vois
elle dicte chacun de mes actes
résiste à l'inexact

Ilya jamais n'objecte
elle est muette

Qui connaît les mots pour la dire ?

FoSoBo 2 janvier 2017 17:17
sonku 156

 

DÉSIR D'ILYA

Comment puis-je aimer
d'une telle passion
une diablesse sans tendresse ?

Ilya ne m'a rien demandé
ni d'aimable accordé
elle n'a rien d'accorte

Dans mon impur désir je me conforte

FoSoBo 2 janvier 2017 15:46
sonku 155

 

CRUELLE ILYA

N'imaginez pas qu'Ilya
soit bonne et juste
ni plus méchante ou criminelle

Ilya en soi n'est que cruelle
elle est abrupte
aussi diablesse que déesse

Sa justesse tue la tendresse

FoSoBo 2 janvier 2017 14:11
sonku 154

 

AVE ILYA

D'où viens-tu ?
Quel est ton passé ?
Qu'y avait-il avant toi ?
Était-ce toi déjà ou bien une autre ?
Il y avait Maria ?

Il y a tant de questions...
Ave Ilya, gratia plena

FoSoBo 2 janvier 2017 12:49
sonku 153

 
PALIMPSESTE

Tant que je te cherche
je ne peux pas me perdre

mais si je te trouve
quelle preuve
aurai-je que c'est toi, Ilya ?

Tu es partout manifeste
et partout palimpseste

FoSoBo 2 janvier 2017 12:40
sonku 152

Un palimpseste est un manuscrit constitué d'un parchemin déjà utilisé, dont on a fait disparaître les inscriptions pour pouvoir y écrire de nouveau

 
L'INSAISIE
 
ILYA est tout
sauf une imitation
 
Un poème n'est rien
sans elle
il fait du zèle
et n'est qu'amputation
 
Ilya est l'insaisie
 
FoSoBo 2 janvier 2017 11:05
sonku 151
 
LA FORÊT D'ILYA
 
Jamais dans un poème,
dans un tableau, un concerto...
l'art ne rend la forêt
comme le mot forêt
dans mon souvenir
 
Il y a des parfums en brise entre les arbres
dans la forêt d'Ilya
 
FoSoBo 2 janvier 2017 10:51
sonku 150
 
Pour faire un poème radical
 
Prenez un couteau.
Coupez-vous la tête.
Mettez-la dans un sac et portez-le en Seine.
Revenez sur vos pas en effaçant vos traces.
N'oubliez pas :
On ne jette jamais deux fois sa tête dans le même fleuve.

« Le poème vous ressemblera.
Et vous voilà un écrivain infiniment original et d’une sensibilité charmante, encore qu’incomprise du vulgaire.»
Tristan Tzara, Pour faire un poème dadaïste, 1924

FoSoBo 2 janvier 2017 07:27
sonku 149

 

UN AMOUR D'ILYA

Il y a que je t'aime
et ce n'est pas nouveau

Il y a que je t'aime
et c'est toujours nouveau

Il y a ce tas de hasards
sous mon toi de retards

Il n'y a plus d'écart

FoSoBo 1er janvier 2017 21:31
sonku 148

 
MORS AUX POÈTES
 
Je dis merde aux "poètes"
qu'ils crèvent !
qu'en poète je meure
Qu'un poème demeure
et qu'Ilya fasse à d'autres
nos beaux enfants

Avec le mors aux dents

FoSoBo 1er janvier 2017 21:13
sonku 147

 
LA BALEINE IVRE
 
Toute la poésie s'effondre
en larmes désarmée
devant Ilya

Sa rengaine et son romantisme
du 19ème au surréalisme
et le "néant" de Mallarmé

Toute la poésie me tombe des mains

FoSoBo 1er janvier 2017 21:04
sonku 146

 
LONG FEU
 
Ilya brûle mon temps
depuis longtemps
mais
il y a seulement quatre heures
que je sais qu'elle est leurre,
le froid qu'elle fait en partant,
un givre du bonheur
 
FoSoBo 1er janvier 2017 19:51
sonku 145

« Il y a longtemps que je t'aime
Jamais je ne t'oublierai »
À la claire fontaine

« On reconnaît le bonheur au bruit qu'il a fait en partant. » Louis Jouvet

 
ADENT
 
Les cheveux d'Ilya
sont des lianes
non, pas d'Éliane

Elle est Jane et je suis Tarzan
sans chevaux ardent
elle est Ève et je suis adent

Elle est rêve et Vénus, je suis vieil et nu

FoSoBo 1er janvier 2017 19:15
sonku 144

Le prénom Éliane serait dérivé du grec hêlios qui signifie "soleil". On lui attribue aussi une origine hébraïque, il serait ainsi issu du terme Eliyahu qui signifie "Dieu".
adent (CNRTL) : « d'un homme qui gît sur les dents, la face tournée vers la terre » (Roland, 1624, Müller ds Gdf. : L'uns gist sur l'altre, e envers e adenz).

VŒU PIEU
 
Ilya est toujours en grève

Je ne l'ai jamais vue
ni en rêve eue
ni en revue
de presse qui paraisse
pressée au lit de m'avoir

Détresse Ô ma déesse

FoSoBo 1er janvier 2017 18:52
sonku 143

 
ÉCART
 
Aller car je suis né
et ne peux rester là
sans Ilya
sans faire un pas vers elle
où qu'elle soit il y a
un lieu dit
un nom dit d'un non dieu
 
FoSoBo 1er janvier 2017 18:34
sonku 142

 

MERVEILLEMENT
 
j'effeuille et je m'é
loigne où je m'ai
éborgné d'un clin d'œil
au soleil
où je mets
un nez car à l'écart
je suis né
 
FoSoBo 1er janvier 2017 18:25
sonku 141

Loigner
I. - Empl. intrans. "S'éloigner"
II. - Empl. trans. Loigner qqn. "Faire attendre qqn"

 

DE TOUTE ABSENCE

ILYA n'est pas là
elle est toute l'absence
à la présence pleine
en plaine capitale
en pure peine
à perdre haleine
vaine baleine

FoSoBo 1er janvier 2017 17:53
sonku 140

 

ILYA

Elle est là, Ilya
il y a qu'elle est là
depuis qu'il y a
un mot pour la nommer
un nom pour la sommer
d'être là
l'assommer de présence et d'absence

FoSoBo 1er janvier 2017 17:35
sonku 139

sur le prénom Ilya

 
PÂLINAUDIE BLEUE
 
Au diable l'impossible
et le qu'en dira-t-on
chez les rats incrédules
 
Au crédit bleu j'ondule
une fleur sans renom
couleur de renoncule
 
Renonçons donc : palinodie ratons
 
FoSoBo 1er janvier 2017 16:18
sonku 138

La renoncule existe en blanc, jaune, orange, rose, rouge et violet, mais pas en bleu
Palinodie : partie d'un texte qui contredit ce qu'il s'est efforcé de démontrer dans le développement...

 

CE JOUR, CETTE NUIT

stupide sur son trente
-et-un des cendres

d'un passé qui ne dépasse que
de son poison la queue

m'emmerde à proprement parler

les jours ne sont que ce que l'on en fait
et qu'on en fasse des défaites me dépasse

FoSoBo 31 décembre 2016 22:21
sonku 136

 

LES JOURS

semblent semblables
qui différents s'assemblent

les jours de fêtes se défont
sur fond de défaite. Au fond

les années des calendriers
qu'on prie de faire unités
sont inappropriées

FoSoBo 31 décembre 2016 14:56
sonku 135

 

RYTHME DAMNÉ

Tant est tentant
l'étant des fêtes
l'étang défaite

Ce temps surfait
du bruit des sourds
muet du monde

Débondons donc les bons dieux dits

FoSoBo 30 décembre 2016 22:03
sonku 134

 

DEDANS TEL

Quelle est la trame
où est le fil
de ce drame

Quel tisserand
sorti du rang
défie l'  aiguille

Qui le lie là ?

FoSoBo 30 décembre 2016 21:04
sonku 133

Heinrich Heine - Les tisserands Silésiens, 1844

 

MERVEILLEUX COMME

ce givre aux pattes d'araignée
ce fumet de la tête au mérou
ce trou dans le ciel sur le ciel
ce cri dans la nuit éloignée
ce sourire au coin de ta rue
ce froufrou dérobé de tes pas

ces riens c'est tout tout comme

FoSoBo 30 décembre 2016 16:27
sonku 132

 

LE SOMMEIL

mon sommeil est éveil
aux mondes d'un dedans

le dehors regardant
je n'y dors que d'un œil

l'autre surveille
au bord de l'érection

l'insurrection qui vient

FoSoBo 29 décembre 2016 11:23
sonku 131

 

L'ENNUI

Plus lent, plus long,
l'ennui
se coule dans le plomb
ennemi de la fuite

Plus lourd, plus blanc,
il assourdit la nuit

L'ennui est sans ensuite

Terretoire 26 déc/ FoSoBo 29 décembre 2016 23:38
sonku 130

 

LE SOLEIL

Toujours haut quelque part
très demandé ailleurs
où il fait de l'œil à l'espoir
pensant que le Père Noël n'y est pas

Pendant ce temps-là
l'Ubermensch est déjà dans la lune
avec des bottes de non-lieu

Terrenoire 26 décembre 2016 13:03
sonku 129

 

THÉÂTRE DE VERRE

en attendant Godette
il dialoguait seul

tel un réfugié
sur son île déserte

la mer apportait des bouteilles
qu'il buvait au soleil

en privilégié

FoSoBo 23 décembre 2016 09:16
sonku 128

 

ÉGLOGUE

la caravane passe
et le temps la voit

des fourmis s'enlacent
sur le plancher des vaches
retardant l'étreinte passée

le regard m'embrasse
sans m'en lasser

FoSoBo 23 décembre 2016 08:44
sonku 127

 

SUICIDE MOT D'EMPLOI

facile. Il faut savoir
arrêter un rêve
mauvais

être ce qu'on n'est pas
qu'on ne veut pas vouloir

la mort à son chevet
d'un désir de conflit sans trêve

FoSoBo 23 décembre 2016 02:41
sonku 126

 

FÊTE À MORT

L'amie la mort
que sans remord

je convie à danser sur le fil

D'une vie funambule
au-dessus d'un nid d'imbéciles,
sans filer nulle métaphore,

La mort a mis ses amis hors d'usage

FoSoBo 21 décembre 2016 13:57
sonku 125

 

TAS DE BEAUX YEUX

On en a tous connu
inconnus, d'aussi beaux

Sans en faire tout un cinéma
Machin Michèle et Gabin truc

Des yeux j'en aime tous les jours
des bleus, des noirs, des turcs

Dans la rue, dans mon lit, vient l'amour

FoSoBo 20 décembre 2016 23:38
sonku 124

Michèle Morgan

 

COCOTTE

À douleur et doux feu
recuit en mon langage

Le mot fait qu'il t'engage
où je roule en roulis

De fonte au pneu qui peut
qu'il pleure ou peu qu'il pleut

Roule ma poule An neuf cocotte !

FoSoBo 18 décembre 2016 23:29
sonku 123

 

LESSIVRE

Lessive pour vivre
la poésie fait son ménage

Babillant pour l'hiver
à raison ou divers
à la saison twitter

Sans objet ni message
c'est l'avant-nettoyage de printemps

FoSoBo 18 décembre 2016 22:57
sonku 122

 

TEMPLE HIER, TEMPS PLIÉS

Dans le sable amouré
sa légion et son air

BMC... BMW
d'un bordel en jachère

De la chair à pas cher
et pour un piaf à l'ombre

Mon coup de pied au cul !

FoSoBo 18 décembre 2016 21:58
sonku 121

Édith Piaf, Il sentait bon le sable chaud, mon légionnaire

BMC Bordel militaire de campagne Patlotch

 

DÉS ARTS

C'est tout l'instable 
à chaque instant

Que déteste la table
en toute loi

Instablisons
nos dés raisons

Un coup de dés toujours abolit le désert

FoSoBo 18 décembre 2016 20:41
sonku 120

Un coup de dés jamais n'abolira le hasard Mallarmé 1897

 

LIT NIET

Au lit d'Internet 
en des draps pas nets

Aide-toi le ciel t'aid'ra pas
il te tombera sur la tête

Vienne une amie
animer ce lit

Alors tout est remis à moins tard

FoSoBo 18 décembre 2016 20:32
sonku 119

lignette : Ficelle de pêche permettant de fabriquer un filet

Oblomov

 

LANGUE AU CHAT

Ma ligne est blanche
de couleur noire

Sur la page pas sage
une ancre nage
à dos d'un chat mot
avec une anguille, de conserve

À quoi voulez-vous que ça serve ?

FoSoBo 18 décembre 2016 20:14
sonku 118

 

CAFÉ CRIME

Fut un noir été
à cracher mes dents

Bonne fée m'aidant
de haine endettée
au crime imparfait
rime n'a pas tue

Ce qu'a fait l'inné

FoSoBo 18 décembre 2016 19:41
sonku 117

 

LES TEMPS

Les temps sont gras
les temps sont aigres

Je tends des bras
si blancs si maigres

À l'outre amer 
des vents en grève

Ô temps ingrats !

FoSoBo 18 décembre 2016 19:06
sonku 116

 

NOËL À LA MER

La coupe est vide
la soupe est pleine
de grimaces

de souples limaces
nagent' entre deux os
que la bave étrenne

L'éternité s'étale avec son bide

FoSoBo 18 décembre 2016 18:43
sonku 115

Traité de bave et d'éternité, Isidore Isou, 1951

 

VRAI

Comme le faux
est sans défaut 
menu mental

Monument tel
qu'il ment fatal
au réel isthme

De l'infinie quiétude

FoSoBo 18 décembre 2016 18:25
sonku 114

 

LIBRE

Comme le risque
pris d'un phœnix
aux ailes dieux

Haut zèle à croire
en fol Icare
au regard fixe

D'un soleil dans les yeux

FoSoBo 18 décembre 2016 18:07
sonku 113

 

BEAU

Comme ta voix
en robe de chambre
d'écho qu'envoie

Ce mur où miroite
en murmure de toi
ton fantôme de glace

Mon pur fantasme y dore

FoSoBo 18 décembre 2016 17:35
sonku 112

 

SIMPLE

comme une chose
telle une rose
serait parfaite

tel le mot fête
effet insigne
décime sa défaite

la poésie est cimetière

FoSoBo 18 décembre 2016 16:54
sonku 111

 

VERS DE TERRE

un chant d'elle morte
éteint ma bougie

je n'ai plus de feu
à couper le souffle

ni rimer mes bouts
casés des lombrics

ci-gît la beauté

FoSoBo 18 décembre 2016 16:18
sonku 110

poésie, beauté et vérité, justesse et justice : éthique et poétique

 

ALEP RIEN DE NIVEAU

Ah lestes compagnies
à l'Est Alep est nié

La Syrie est si triste
et l'assis est sinistre

Ah ces scies facéties
aux faces sans soucis

À l'Ouest rien de nouveau

FoSoBo 18 décembre 2016 15:28
sonku 109

À l'Ouest rien de nouveau

 

LA MORT VIENT

lente et pure
servante

ancillaire abreuvant
nos sillons d'un sang sûr

elle coule
elle est cool

morsure sans censure

FoSoBo 18 décembre 2016 14:56
sonku 108

 

TOUT LE MONDE DESCEND

et fait sa lie
comme il se couche

sans délai
sans délit

ni morveux
qui se mouche

la mort veut : elle accouche

FoSoBo 18 décembre 2016 14:38
sonku 107

 

PAS TAIRE NOS TERRES

Territoires
décernés

Terres noires
décharnées

Terminus
des espoirs

Tout le monde descend

FoSoBo 18 décembre 2016 14:02

sonku 106

 

L'AIR D'AIMER

Sa peau d'opale
et moi livide

Visage pâle
en mon lit vide

État grippal
verre d'eau vain

Ô vers d'Ovide

FoSoBo 18 décembre 2016 12:22

sonku 105

« De même tout amant doit être pâle :
la pâleur est le symptôme de l'Amour,
c'est la couleur qui lui convient :
que, dupe de ta pâleur,
ta maîtresse prenne un tendre intérêt à ta santé. »
Ovide L'art d'aimer, La pâleur du teint [1,721-736]

 
SONKU
 
C'est l'hiver
c'est l'Uber
Mensch
 
Les soldes du soldat
le Dasein à Dada
sur son culte
 
Advienne que pourri
 
FoSoBo 17 décembre 2016 21:13

sonku 104

 

SECRÈTE éTAT

À c' qui paraît dans les sectes
on lit du Patlotch en cachette

Si j'aurais su quel compromis
entre les veaux et les vomis
eussais-je osé et qu'on le susse

La pine est si moindre mal
que long s'en branle le primal

FoSoBo 17 décembre 2016 18:25

sonku 103

 

L'IVRE D'ELLE

Catherine avait les seins blancs
d'une demi-vierge à mi-temps

Et jusqu'en ses yeux russes
émanait un parfum d'utérus

L'était ma fleur de mâle
en moi poète animal

Trouvez pas ça normal ?

FoSoBo 17 décembre 2016 17:35

sonku 102

 

VERS SOT VERSE AIL

Aller son train de vie
craindre la mort duraille

Le plomb sans préavis
l'enfer et la mitraille

L'abus d'obus et d'au-delà
sans but sans foi ni loi

Déprions mes sœurs ce foirail

FoSoBo 17 décembre  2016 17:26

sonku 101

 
DES ESPÉRANTS
 
la coccinelle sur une tige d'herbe
monte et puis s'envole, ou redescend
travail des jours défait le verbe
ou parfois le reprend
spirale, écho, réverb,
mouvement incessant
un temps des espérants
 
FoSoBo 16 décembre 2016 17:53
sonku 100
 
VOUS
 
vous qui n'êtes pas fous
comme je suis moi sous
la foudre et l'épouvante
dites-moi quelque chose
un mot au moins qui cause
donnez-moi rendez-vous
à l'espoir près d'Alep
 
FoSoBo 15 décembre 2016 06:55
demi-sonnet/sonku 99
 
 
TOI
 
toi qui n'est plus
que l'ombre à la lisière
où tombent nos hiers
reviens je t'en supplie
me prendre par la main
me parler des demains
qui chantent sous la mer
 
FoSoBo 15 décembre 2016 06:28
demi-sonnet/sonku 98
 
 
SURVENUE
à Corinne Cerise
une commune veine
arrose ma vie vaine
au vin noir en cuvée
ce souvenir crevé
anime une évanouie
rime au rêve inouïe
mon amie sans ennui
 
FoSoBo 14 décembre 13:30
de mots sans hampes ni jambages, tels que j'en avais formulé le projet dans sans queue ni tête, un roman d'après 6 janvier 2015
 
 
ÇA SUFFIT COMME ÇA ?
le sillon isthme
où l'huître creuse
dans le sable
sa malheureuse
et faible fable
du sionisme
ça suffat comme ci !
 
Istambule Kefta 3 novembre 15:37
sonku 96
 
 
voici donc une petite centaine de sonkus composés du 19 au 31 octobre 
 
DÉSINTERNET

tout a une fin
c'est le début
le but

place nette
nettoyée
du net

la vie est ailleurs


FoSoBo 31 octobre 02:41
sonku 95

si on vous le demande, dites que

Patlotch est en abyme ici
 
 
LE VENDRE ENCORE

Le ventre encore
fécond d'où sort
le manque à être

Prix d'un paraître
épris de soi
radical ment

cul dans la soie

FoSoBo 30 octobre 19:15
sonku 94

 
 
SOUS MON AIR SAOUL MON AILE

et sous l'aile la plume
et là plus haut soleil
au sommeil d'amertume

et la mer au réveil
et la puce à l'oreille
avec désir en or

avec désordre en tête loin de l'orde du maître

FoSoBo 29 octobre 20:14
sonku 93
Nougaro Tu verras
Orde : Terme vieilli. Qui excite le dégoût et pour ainsi dire l'horreur par la saleté. DicoDéfinition
 
 
ROMAN TIC

La Poésie c'est romantique
pleure mon Âme antique
Altaïr Ô bel Astre immortel

c'est Rome en stock
sérum en toc
Rrom tu meurs tel

un chien de rue


FoSoBo 29 octobre 01:24
sonku 92
 
 
SANS

c'est sans prix
sans valeur
ni gratuit

j'en déduis
c'est pas pris
sans voleur

ou quarante, baba j'en suis


FoSoBo 29 octobre 00:43
sonku 91

L'abolition de la valeur Bruno Astarian
 
 
AVEC

avec des si
on mettra en bouteille un pari
à la mer

avec de l'esprit
un message au revers
avec ou sans pris

on fera avec


FoSoBo 29 octobre 00:25
sonku 90

le pris à payer
 
 
S'ANONCHALIR

au pied de mon délire
la lune dans un œil
l'autre dans le soleil

je m'anonchalissais
ça non, sans me salir,
et toi tu m'embrassais

Ah ! Que de soirs d'octobre à celui-ci pareils

FoSoBo 28 octobre 20:05
sonku 89

merci à
Paul Éluard « Dormir, la lune dans un œil et le soleil dans l’autre » Répétitions 1921
Jules Laforgue « Ah ! Que de soirs de mai pareils à celui-ci » Complainte d'une convalescence en mai 1885

S’anonchalir (v. tr.)[Littér.] S’amollir, se comporter avec nonchalance. @LeRobert_com @1Jour1Mot
« elle salua la société, se rassit et regarda en l'air, appuyée sur son coude, anonchalie et comme écœurée par les hommages qu'on lui décernait » Huysmans, Les Sœurs Vatard, 1879, p. 88 cnrtl
 
 
LAZZARONISME

Lazzare a droit à la paresse
car il fait bien les choses
autant qu'il apparaisse

Il se bat pour sa cause
il y met de l'adresse
en sus de bonne dose

Ah « les lazzaronis qui lézardent au bord de la mer »


FoSoBo 28 octobre 20:05
sonku 88

merci à Blaise Cendrar, Bourlinguer, 1948

Lazzaronisme (n.m.) [Vx] Indolence, paresse (attribuée à une population, à l'hérédité) @LeRobert_com @1Jour1Mot

« Pensez-vous donc que le métier de lazzarone soit un métier d'honnête homme ? - Il n'y en a pas de plus honnête; on n'est ni maître ni valet; on ne dépend que de soi; on ne travaille que lorsqu'il y a urgence, et il n'y a jamais urgence, tant qu'on a un bon soleil » (Janin, Âne mort, 1829, p. 107) cnrtl
 
 
ARABLE

« l'Arabe est taillable
et corps arable
à merci

il est comme en jachère
et pas cher
ni casher

l'Arabe incomparable, du Français séparable »


FoSoBo 28 octobre 18:07
sonku 87

 
 
UN Q RABLE ?

la cédille au Q
n'est pas à C
c'est dit

un cas
à Ç
occulte :

Qu'on prenne qui pourra, on dit d'une petite garce une garçette


FoSoBo 28 octobre 17:53
sonku 86

RABLE LAID ?

un désir able
de lapin
hante ma copine

je saute à la cuisine
adorable
et clopant copain

d'un désir blanc impénétrable

FoSoBo 28 octobre 17:26
sonku 85

able : Du latin albula, substantivation de l’adjectif albulus, diminutif de l’adjectif albus (blanc)
la connotation peut être ici sexuelle, raciale... ou poétique
 
 
ABONNÉS BLANCS et BLANCS BENÊTS

je ne chante pas pour perdre mon temps,
que passe qui n'entend rien, je m'en passe,
voyeurs, consommateurs, j'en pense autant

que le vent les emporte sans semelles
devant, avec les corrections de plomb,
la langue française, gangue formelle,

blancs comme le bruit du silence en France

FoSoBo 28 octobre 13:21
sonku 84

« Consommer, consumer : la cendre est devenue norme du feu »
Raoul Vaneigem
Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations p. 56-57
 
 
BÂTARD DÉ

ça va pas tarder
le bâtard démonté
sera tôt remonté

ras des cales l'idée
s'est radicalisée
dans le bazar français

brisons leurs batardeaux d'un désir autosome

FoSoBo 28 octobre 08:53
sonku 83
« Les autosomes sont les chromosomes  non sexuels. Les paires d'autosomes sont identiques chez les mâles et les femelles.
Les gonosomes, ou hétérochromosomes, sont les chromosomes sexuels. Les paires de gonosomes ne sont pas identiques chez les mâles et les femelles et déterminent le sexe génétique. »
Vulgaris medical
.
 
reprise du poème BATARDEAU DÉMONTÉ  du 22 nov 2011

 
DÉ BRIS DÉ

on l'a jeté
on en est là
il s'est brisé

sur le hasard
on en est las
mais débridé

à dérader des déboires et déborder des barricades


FoSoBo 28 octobre 00:07
sonku 82

dérader : (Marine) Être emporté hors de la rade ou du mouillage par la force du vent ou des courants. Wiktionnaire
 
 
DÉ TENIR

on a beau lire
un embarras
on abolira

on va tenir
sans détenir
on a des bras

un tiens vaut mieux et on le prendra


FoSoBo 27 octobre 23:56
sonku 81

 
 
DÉ LIVRE

à
L'indéprimeuse

le couvert mis
elle s'agîte
vu qu'il s'agit

d'en rester là
car feues les pages
elle a omis

on ne fait pas de couverture sans casse et des vœux


FoSoBo 27 octobre 23:20
sonku 80

merci à
@L'indéprimeuse
typograve et femme de caractères
 
 
DÉ RIVE

il n'y a
plus de bord
plus de rive

plus que bord
plus que rime
à la mer et le vide

il n'y a plus qu'à déborder


FoSoBo 27 octobre 22:57
sonku 79

merci à Guy Debord pour la
dérive
 
 
DÉ TENTE

le plaisir aidant
la détente
n'est pas dans l'attente

queue d'alle
range ton frein
appuie sur la... pédale

si t'es tenté tente


FoSoBo 27 octobre 22:48
sonku 78

merci
 
 
DÉ TERRE

Terre-Mère
terre amère
terre à perte

de ciel de plomb et de béton
terre à perdre la vue
terre à gagner la vie

hache la guerre ! déterre !


FoSoBo 27 octobre 22:39
sonku 77

merci aux femmes en luttes pour la terre
 
 
DÉ TESTER

tu ne vois rien
si les choses
tu fais pour voir

la vie n'est pas un test
elle vient si tu oses
z'y va ! sans lest et leste

geste impose, jette pause et pose


FoSoBo 27 octobre 22:21
sonku 76

merci à Dominique Persico, psycho-analyste


 
DÉ RÈGLEMENT

on n'y voit
que du feu
c'est du feu !

du feu qu'on vole
en voyant en avant
en s'en mêlant au vent

un long immense et raisonné dérèglement de tous les sens


FoSoBo 27 octobre 22:12
sonku 75
merci à Rimbaud (Arthur)

 
DÉ VOILE

chaud de vent
ta toison vole
et tu m'en vois

au ciel sans dieu
mon œil en dore
délit cieux

l'or au bras de tes reins


FoSoBo 27 octobre 21:39
sonku 74

merci à Heine
Die Loreleï
par Franz Liszt, Kirite Kanawa
 
 
DÉ CADENCE

enfin un futur
que dis-je un avenir
radieux !

avec le temps
on fait plus rien
on s'en balance on danse

merde aux cadences


FoSoBo 27 octobre 21:2
sonku 73
 
 
DÉ BIT

zéro ou un
avoir un bit
dans la vie

bio numéro
trans-homme
bête en somme

faire son rot beau


FoSoBo 27 octobre 21:13
sonku 72
 
 
DÉ BILE

ça ira
mieux hier
Ah ça ira

on reprendra
nos habitudes
pour des rêves

on nous pendra


FoSoBo 27 octobre 20:41
sonku 71

merci à personne

 
DÉ MUNI

en avoir ou pas
rien à jeter
pas même un dé

porte à l'angoisse
à mes obsèques
où je ramasse
décédé

les feuilles mortes


FoSoBo 27 octobre 20:23
sonku 70

merci à Hemingway et Jacques Prévert

 
DÉ BARDÉ

bardé de l'art
et d'un marcel
comme c'est bizarre

c'est le hasard
qui nous harcèle
un désir de cochon

l'art jamais ne fera la vaisselle


FoSoBo 27 octobre 20:05
sonku 69
les origines du "marcel"...

 
DÉ SI DÉ

le hasard
a décidé
de nous emmerder

Que faire ?
ça va devoir dépendre
d'autre chose

comme la rencontre fortuite d'un dé à découdre un parapluie sur une table d'orientation


FoSoBo 27 octobre 19:42
sonku 68

merci à Lautréamont Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie

 
SÉRIE DÉ

c'est ridé
sous le front
les nouvelles sont rêches

t'as plus la pêche
t'as plus un rond
le poison n'est pas frais

(le défunt feint une feinte à la fin)


FoSoBo 27 octobre 19:33
sonku 67

 
DÉ MARÉE

haute ou basse
semi-diurne
sous la lune

et Neptune
se lasse
où tout passe

noires amarres amères et moirées


FoSoBo 27 octobre 19:24
sonku 66
 
 
DÉ SYSIPHE

ça monte et ça descend
c'est à marée
sans rire

t'as les boules
à zéro
non t'es pas un héros

tu n'es que vague à larme


FoSoBo 27 octobre 19:06
sonku 65
 
 
DÉ PLIÉ

c'est plié
t'es prié
d'aller te faire

rhabiller
bien cher frère
oublié

l'éternité, le soleil et la mer


FoSoBo 27 octobre 18:52
sonku 64
 
DÉ NOUS MENT

ceci est une pipe
un dé pipé

un sale coup s'en sort
sans sort jeté
au hasard

noumène en bas tôt


FoSoBo 27 octobre 18:34
sonku 63
« Le noumène (en grec ancien ????µe?o? / nooúmenon) est un terme employé à l'origine par Platon pour désigner les « Idées », c'est-à-dire la réalité intelligible (par opposition au monde sensible), accessible à la connaissance rationnelle.

Au contraire, chez Emmanuel Kant, auquel le terme de « noumène » renvoie le plus souvent, il s'agit de tout ce qui existe et que la sensibilité ne peut atteindre, restreignant par là les prétentions de la raison quant à la connaissance.

« Noumène » est parfois considéré comme synonyme de chose en soi, faisant référence aux faits tels qu'ils sont absolument et en eux-mêmes, par opposition au terme de phénomène, faisant référence à ce qui est connaissable. »
Wikipédia
 
 
SEMAINE

1 lundi gestion

2 mardi hardi

3 merdique !

4 jeux dits

5 vendre

6 ça mène où dis ?

7 couic end


FoSoBo 27 octobre 15:46

 
HALO DU VAIN

« les eaux glacées du calcul égoïste »

le dé jeté bébé avec
mémé poussée vers la sortie
pépère

et la mère égoïste
avale ses enfants
de travers

à bas bord d'âge


FoSoBo 27 octobre 14:29
sonku 62
 
 
DÉ RÉVOLUTION

un dé jeté
halo du vin
de la révolution

jamais n'abolira
le capital

le ver est dans le bruit
dérévolutionnaire

FoSoBo 27 octobre 13:48
sonku 61


 
AMI ENNEMI DU SILENCE
la chose et la poésie, suite

le poème est

ce don

ce dont
nul
ne parle

ce silence

le moyen de le faire parler

FoSoBo 27 octobre 12:58
sonku 60

comme suite à 1. l'antithèse de 7.
« 1. Le monde est tout ce qui arrive. »
« 7. Ce dont on ne peut parler, il faut le taire. »

Tractatus logico-philosophicus Wittgenstein 1921


 
ÇA
la chose et la poésie, suite

ça
surgit
ça est là

et la
surprise
est prise

au mot

FoSoBo 26 octobre 12:22
sonku 59
 
 
MUTACTION

un clou chassera l'autre
mais qui
pour taper sur le clou ?

on l'emmène à l'hôpital
l'hôpital est cassé
le casseur est crevé

[     ?    ]

FoSoBo 26 octobre 23:29
sonku 58
 
 
HÉLAS TIC

dialectique de l'élastique

plus t'es loin plus je t'aime

mais

moins t'es près
plus il tend
à casser

affinités électives
d'infinitif cafté

FoSoBo 26 octobre 22:39
sonku 57
 
 
LA POÉSIE, CRUAUTÉ DU RÉEL

ceci n'est pas un poème

le cruel est beau comme
le laid sur ton feu
le joli jamais

le bonheur ?
lui et la poésie
font deux à l'infini

FoSoBo 26 octobre 01:42
sonku 56
 
 
PRIÈRE DE SERRER

Prière d'insérer ton cœur serré
à ta raison, d'en faire
un nœud

Ligature en ligue
sans littérature
un nous

Un euphonique
dérèglement de tous les sens

FoSoBo 25 octobre 17:35
sonku 55

L'euphonie, dans le domaine de la musique, désigne une agréable et harmonieuse combinaison des sons
 
 
PRIX DE SON TEMPS

Un con pris par son temps
ne le prend pas
il en est prix

À payer pour le perdre
l'esprit en laisse
prié de vendre
à perte

Ce chien courant, c'est moi

FoSoBo 25 octobre 17:17
sanku 53
 
 
à @etienne_cdl

Candel appât candide ?

D'un pas pareil au même,
suspendus d'un non-sens
à un autre sens

Les mots d'Étienne
c'est des ailes

FoSoBo 24 octobre 06:46
 
 
L'AMOUREUREUX

Il n'y a pas d'amour
heureux il n'y a pas

D'heureux sans amour
malheureux de l'amour

Amoureux de l'amour
et malheureux toujours

Il n'y a pas d'amour heureux

FoSoBo 23 octobre 23:29
sonku 52
Georges Brassens sur un poème d'Aragon

 
L'AMOUR FOU

Je t'aime à
la folie je
t'aime à la

Folie je t'aime Belle
belle à la folie
je t'aime

Baile Ah ma Folie

FoSoBo 23 octobre 23:20
sonku 51

Baile : prénom irlandais qui signifie folie
 
 
L'AMOUR PIQUE

Zzzz dans la chambre
Zzzz un moustique
Zzzz unique

Zzzz s'il me pique
Zzzz souviens-toi
Zzzz que je t'aime

Zzzz douce Nique

FoSoBo 23 octobre 23:02
sonku 50

Le prénom Nique est classé en 42 677e position des prénoms les plus donnés. On estime qu'il y a au moins 4000 personnes dans le monde ayant reçu ce prénom, ce qui représente environ 0.001% de la population

 
SEXE APHONE

Quand tu ne dis rien
une mouche viole
l'espace amourien

Des deux tombe à l'eau
un désir halo

Il reste en la yole
ton parfait parfum

FoSoBo 23 octobre 22:48
sonku 49
Joh erstenhauer Couple amoureux dans une barque peinture
 
 
SEXE À PILE

L'amour au temps du portable
est-il supportable ?

L'appeal est usé
l'iphone est rusé
la muse abusée

Le mec est branché
et j'en suis coupée

FoSoBo 23 octobre 22:21
sonku 48

l'amour au temps du portable, photo Patlotch, 11 novembre 2014
 
 
FINABLEMENT

Si j'aurais bu j'aurais connu
la fin minable de ces arts
pions de chiée quête

Des sens abolis bible lot
déréglé d'un rien beau
éternel allé à dé couvert

Toute la mer est nue

FoSoBo 22 octobre 19:42
sonku 47

 
 
MÂLVOYANCE

L'est là, avec l'invite
et dévore ses objets,
avérolé qu'habite

Son zob jet
d'un compliment direct
au cœur

L'amour Quel truc infemme !


FoSoBo 22 octobre 19:24
sonku 46
« Avec Merlusse, moyen métrage de 1935, Pagnol choisit de s'adapter lui-même : il reprend L'infâme Truc, un récit publié en 1922 dans la revue Fortunio, et en tire le plus beau conte de Noël de l'histoire du cinéma... »

atêter : (désuet) s’attaquer à. » Wiktionnaire

 
 
OUTREPOËT

Contrat d'exécrution
sur l'atête de vos
zenfins de l'anartion

Franchiaise dévote
acarienne à l'alcoove
de prude hysthorion

Zoreillez pas d'ictionnaire ?!


FoSoBo 22 octobre 18:52
sonku 45

atêter : (désuet) s’attaquer à. » Wiktionnaire
 
 
EXITANT

Ça t'exit, ce temps
à coucher dehors
les Nègres à la ronde

De nuit, debout en train
de faire, de ce monde
un enfer ?

La mort qui vient met des gants blancs

FoSoBo 22 octobre 17:25
sonku 44

Rembrandt La ronde de nuit 1642

« Le tableau représente un certain nombre de membres de la milice, plusieurs d’entre eux tenant des mousquets, regroupés dans une rue sombre dans ce qui semble être le milieu de la nuit. Parmi eux, baigné d’une lumière blanche, se tient un personnage mystérieux et énigmatique habillé de blanc, qui laisse une impression angélique ou céleste...»

bref un parfum de manifestation de policiers...

 
 
FILE EN TROPES

D'un béret la braguette
à la française ouverte
ne mange pas de pain

Les mains dans la farine
font la queue
à la charcuistrerie de fin

Petite mort t'adhère

FoSoBo 22 octobre 17:08
sonku 43

mortadelle : charcuterie

« Un trope (substantif masculin), du grec  tropos (« tour »), est une figure de style ou figure de rhétorique destinée à embellir un texte ou à le rendre plus vivant, et qui consiste à employer un mot ou une expression dans un sens détourné de son sens propre (exemple : voiles pour « vaisseaux »).» Wikipédia
 
 
 
SAINTE TAXE

Sainte mère d'adieu
aux armes, la syntaxe
pépère exige sa taxe

La grammaire est un dieu
qu'ignorait ma grand-mère
bien mal armée d'un dé

À coudre sans parachute

FoSoBo 22 octobre 16:36
sonku 42

« Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie ! » 
Lautréamont, ?Les Chants de Maldoror, 1869

la syntaxe de Mallarmé est réputée difficile, mais n'a pas aboli le bazar poétique
L'adieu aux armes est un roman d'Hemingway
 
 
VERVE

Des verves
et des pas mûres
décrites sur les murs

Au revers de la rue
qui dérape à la mer
d'avoir mouru

Les mots rage inespoir

FoSoBo 22 octobre 15:4
sonku 41

« Ce qu'on cherche, à la base, c'est nos verbes, c'est tout
Le revers de la rue se présente chez vous mieux qu'un checu »
Freeman, C'est notre hip-hop, 1999
 
 
 
NERVE

Ça m'énerve
d'une verve
au patois

Accablantesque.
C'est pas toi
qui dira le contexte

Mais qu'en lit Raton ?

FoSoBo 22 octobre 15:28
sonku 40

énerver : « Du latin enervare (« priver de nerfs, castrer, affaiblir »), construit à partir de la préposition ex- (« idée de destruction complète ») et du nom nervus (« le nerf, le tendon, le muscle, la vigueur ») Wiktionnaire

 
 
MINOTAUROMAGIE

Une corrida se grave
en un décor
de la mémoire

Bête accorte
et à cri
dans le sang noir

Au sein de mythe

FoSoBo 22 octobre 15:10
sonku 39

d'après la Minotauromachie de Picasso 1935
 
 
MASCARADE

Elle est inquiète
elle est esquisse
elle est exquise

C'est mon cas d'affres
et l'on enquête
au criminel

L'arme à rime elle

FoSoBo 22 octobre 14:
sonku 38
« Eugène Rimmel est un parfumeur et un homme d'affaires franco-britannique responsable de la fabrication et du marketing de certains produits de beauté. Rimmel est souvent utilisé pour parler de mascara.» Wikipédia
 
 
PUTATION

S'oblige un putatif
entendement
quand on impute hâtif

À pute un sentement
d'évidence qui ment
comme il inspire

Le travail du négatif
(plus vieux métier du monde)

FoSoBo 22 octobre 14:29
sonku 37

travail du négatif, Hegel, Marx, Benjamin, Lacan, Debord...
sentement : « Activité des sens, sensibilité, faculté de perception par les sens / Intuition, impression, connaissance intuitive... » Ortolang, Outils et Ressources pour un Traitement Optimisé de la LANGue
 
 
CULTUEL

Elle a cassé des briques
dans la cité là hic
sans faire de quartier

Au cul des émeutiers
la culture est au culte
des fois un rien occulte

Pas de quartier No Bless !

FoSoBo 22 octobre 13:48
sonku 36
 
 
DÉFAITE RADICALE

Un plaisir de là cher
débauche surenchère
qu'une langue aboie

Gangue de bois
à vendre radicale
conservée en bocal

Sortie lège de tête

FoSoBo 22 octobre 13:30
sonku 35

 
 
PROVERBES

La caravane lasse,
car ça va en âne,
du chien qui n'aboie pas

Tel son concept,
passe comme un chameau
par la chatte d'un mot

Althusser s'en mord les doigts

FoSoBo 21 octobre 23:02
sonku 34

« Le concept de chien n'aboie pas » cf
Le clebs de Spinoza
« Il est plus facile à un chameau de passer par le chas d'une aiguille que pour un riche d'entrer au Royaume de Dieu » Évangile de Matthieu 19:24
 
 
TROUSSEUR

De jupette en juron
de jupon en soubrette
de son Jules mouron

Amourette sans rond
de mon jute en Junon
démonté las j'arrête

Démon jeu de mots laid !

FoSoBo 21 octobre 22:30
sonku 33

Junon : dans la mythologie romaine, reine des dieux et protectrice du mariage.
 
 
TROU PIED

Commis comme un hic
comique
troupier

Au pied de sa brune
a brisé son verre
l'en rate pas une

Un trou perd ses vers

FoSoBo 21 octobre 22:12
sonku 32

 
TROUVÈRE

J'ai un trou vert
à ma chanson
un mot en trop

Un saut six sons
un trope amer
un pot direct

Biture avec

FoSoBo 21 octobre 22:03
sonku 31
 
 
DÉGÂTS CHEZ LES GATTES

Un trousseur d'Agathe
a perdu ses billes
en trouvant Margot

A chopé les boules
et resté débile
de pis en argot

Il est-il égaux ?

FoSoBo 21 octobre 21:58
sonku 30
Auprès de mon arbre, Georges Brassens
 
 
TWEET COUIC !

Privé de tweet
le tweetiste
est tout triste

Ya pas de quoi
en faire un couac
restons quiet

Le plaisir est dans la quête

FoSoBo 21 octobre 21:13
sonku 29
suite à une panne de Twitter @KillerFromParis : « Twitter a bug 5 minutes j'ai vu ma vie défiler devant mes yeux »
 
 
AH QU' C'EST LES RANGS !

Serrant l'espèce
en file aryenne
ils vont en rang

Être en errance
excès des rances
et qui s'affaisse

Soyons indiennes

FoSoBo 21 octobre 20:59
sonku 28
 
 
RÂLE EN TIRE

L'envoituré
mis en bouteille
sent le bouchon

Il est hors d'âge
il est en rage
au ralenti

Il râle en tire

FoSoBo 21 octobre 20:50
sonku 27

 
IRE ALLANT

Rien d'hilarant
comme la rose
couleur colère

D'ire que dire
quand vous irez
vous en allant

Du temps que j'étais belle

FoSoBo 21 octobre 20:32
sonku 26

ire, vieille colère, comme on dit en mots croisés
 
 
L'AFRONT

Pas de nouvelles
pas de front ?
ça tourne en rond

Bonnet d'ennui
et blanc benêt
info point.net

Mots et mer veille

FoSoBo 21 octobre 20:23
sonku 25
 
 
RÉVOLUTION

Je ramène ma fraise
bleue comme une oronge
fraîche comme un gardons

Nous que nous rongent
au ventre de ces vers
à vendre plus que dons

Libres sans abandon

FoSoBo 21 octobre 17:17
sonku 24

oronge champignon

La terre est bleue comme une orange

Éluard, L'amour la poésie 1929


 
LIBÉRATION

Libation répandue
goutte sur l'horizon
l'éternité la mer

Soleil à boire
délibérant
à l'étendue

D'un rêve allé

FoSoBo 21 octobre 14:38
sonku 23

Elle est retrouvée.
Quoi ? - L'Eternité.
C'est la mer allée
Avec le soleil.


Arthur Rimbaud
L'Eternité
 
 
 
MÉDITATION

Intègre
désintégration
d'un mythe

Antinègre
maigre ration
de la nation

Dynamite !

FoSoBo 21 octobre 14:20
sonku 22
Meditations on Integration Mingus, Dolphy... 1964
 
 
 
ÉRUCTATION

Il fait son rot
et la tant pète
qu'il te pue

Trumpette
bien mal embouchée
héraut tepu

Pistoléro est renommé

FoSoBo 21 octobre 14:11
sonku 21
Trompettes de la renommée, Geoirges Brassens

 

PRÉDILECTION

Prête à porter
à la lecture
une ingénue

Lection de chose
dite inconnue
bien qu'assertée

Près d'élection

FoSoBo 21 octobre 13:48
sonku 20

lection : (vieilli) Lecture 2. (vieilli) Compréhension d’un texte
 
 
 
MAGIE NOIRE

Salam à Salem
salade de bruits
défendus

Sourcier de larmes
des pendus
grand slam chelem

Rap afro-mage

FoSoBo 21 octobre 13:12
sonku 19
 
 
 
MODÉRATION

Des mots repu
le moratoire
de l'écrit pur

Fait des rations
grise mémoire
grigri grimoire

Portion magique

FoSoBo 21 octobre 12:49
sonku 18
 
 
 
LA RIME À RIEN

Au bout d'un bout
débouté signe
pointe à la ligne

Lorgne un tabou
qu'abuse et guigne
un noir gribou

Tu n'entends rien ?

FoSoBo 21 octobre 12:22
sonku 17
 
 
 
MON CŒUR

Caisse pour nous
de résonance
adverse

Sous l'averse
et la grêle
qui fait ce

Délicat ?


FoSoBo 20 octobre 23:
sonku 16

«
Qu'est-ce pour nous, mon cœur, que les nappes de sang »

Arthur Rimbaud

« Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au cœur du commun combat »


Aragon,
La rose et le réséda
 
 
 
LA PEINE

La peine est dans mon cœur
comme un mal de dent
un bonheur perdu

Un malheur indu
ta main qui se refuse
une injuste violence

Une rime effacée


FoSoBo 20 octobre 23:20
sonku 15

 
LE CONDAMNÉ

Il ne sait pas pourquoi
il est là, dans le couloir.
Il n'a rien fait.

Il attend la fin,
la sienne, pas celle
qu'il espérait.

Double peine


FoSoBo 20 octobre 21:30
sonku 14
 
LA BONNE CAUSE

J'y crois dur comme faire
juré craché l'enfer
si j'y vais je t'en cause

à la pose
entre le feu
et la cigarette

du condamné


FoSoBo 20 octobre 21:13
sonku 13
 
LE PAIN

Si tu l'as cru
cuis-le, s'il est cuit
coupe-le

Si t'es seul, mange-le
si t'es deux, coupe-le
si t'es mille

Alors là, si t'es mille...


FoSoBo 20 octobre 21:04
sonku 12
 
LE POÈTE

Il a un mot
mais pas sa chose,
une autre et pas son blaze

Alors il lui passe
le mot et colle
à l'autre un pain

Pour la bonne cause


FoSoBo 20 octobre 20:50
sonku 11
 
TWEET

Sorti de ton étui
tu te conduis
comme un tweet

Hashtag' à la récré
je vais pas te rater
tu verras les RT

La vie de tweet est dangereuse


FoSoBo 20 octobre 20:23
sonku 10

 
LE COQ

Un coq ayant trop chanté
- eh bien qu'il mange maintenant
dit le poulet

En lui faisant la bise
sur le champ,
et lisez :

Ils ont un grain


FoSoBo 20 octobre 19:51
sonku  9
 
 
 
LA POULE

Elle n'a rien fait,
innocente,
qu'une fiente

Sur un œuf.
Son coq vienne
à l'occire

La poule a fait un veuf


FoSoBo 20 octobre 19:33
sonku 8
 
 
 
LA PLUME

Guère plus légère
que la feuille
où la plume se pose

Elle s'y plaît,
elle est addicte,
elle s'y dicte :

- et si je faisais
de la prose ?


FoSoBo 20 octobre 19:24
sonku 7
 
 
L'OISEAU

L'oiseau a volé
le bonheur
à la tire

Lyre, oriol
ou loriot d'or,
sans dormir

Vole encore


FoSoBo 20 octobre 18:52
sonku 6

 

 

L'ÉVÈNEMENT

Il retardait,
demain l'apporte,
l'attente est morte

Quand tout soudain
un coup de dé
ouvre la porte

D'un lourd gourdin


FoSoBo 20 octobre 17:53

sonku 5

 
 
MORT EN VERS

À poil où va sa peur
il se déplume, est nu,
plume dans le vécu.

Désapé comme un ver,
perd en ses vers vaincu
l'amour même au revers

Débord de sa vertu



FoSoBo 20 octobre 15:37/18:07

sonku 4
débord : excès de marchandises, stockage excessif

 

SOTTE ORAISON

Sort de nos chœurs !
sotte oraison
en religion

Sonne mon cœur
qu'une ardeur empoumone
à floraison

Faste horizon


FoSoBo 19 octobre 19:33

sonku 3
 
 
FORTE RAISON

Le monde réel
épargne ma solitude
compagnon d'infortune

Une poésie forte
épargne l'habitude
compagne opportune

Le veut l'époque


FoSoBo 19 octobre 19:06
sonku 2
 
 
 
MORTE SAISON

- T'es en retard
dit le printemps
- T'es en hiver
répond l'indien
venu l'automne

Et l'on s'étonne
d'avoir été


FoSoBo 19 octobre 04:21
sonku 1