anti-journal > 27 février 2014

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

anti-journal > 27 février 2014 

pendant ces temps, en marge, ils s'aiment d'amour tendre sur ma terrasse

j'intègre cet autre anti-journal poétique qu'était LIVREDEL 1988-2012 à cette chronique du moment présent
à l'origine les poèmes étaient découpés dans un journal 'communiste'
il est apparu nécessaire que cet anti-journal s'empare du poème pour lui donner sa vraie place

« Contre les fantasmes d’une Science totale, nous gardent les contre-feux de l'Art »
Pierre Legendre Leçons VI 1992

Être heureux comme ver de terre en compost 29 décembre 2012

« Ce qui les ébahit par-dessus tout, c'est que la terre, comme élément, n'existe pas.»
Flaubert, Bouvard et Pécuchet, III Science

« L'ordre le plus beau tel un amas d'ordures répandues au hasard »
Héraclite, d'après Diels, 124

« On n'est pas isolé et des convergences, connues ou non, s'effectuent, qu'on doit, quand c'est possible, faire apparaître, dévoiler. Converger implique que l'on s'approche plus ou moins totalement d'un positionnement réalisé antérieurement ou contemporainement, tout en conservant son propre cheminement. »
Jacques Camatte Invariance

 

27 février 2014

à suivre dans LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

anti-journal > 27 février 2014 1790  anti-journal > 27 février 2014 1868 anti-journal > 27 février 2014 1918

Ukraine « bienvenue en enfer » dndf 27 février

Le conseil a proposé au chef du parti de la Fraternité, Arseni Iatseniouk, de présider le cabinet jusqu’aux élections présidentielles anticipées du 25 mai.

«Nous devons prendre des mesures très impopulaires car le gouvernement précédent et l’ancien président étaient si corrompus que le pays est dans une situation financière désespérée « , a déclaré M. Iatseniouk à la BBC Ukraine.

M. Iatseniouk – ancien président du Parlement et ministre des Affaires étrangères – a été l’un des principaux leaders de l’opposition  à participer aux premières manifestations de la fin Novembre.

anti-journal > 27 février 2014 anti-journal > 27 février 2014 anti-journal > 27 février 2014 anti-journal > 27 février 2014 avec le temps va, tout revient

Les États-Unis et l’UE s’allient aux fascistes ukrainiens Mondialisation.ca 27 février

Le néo nazi Iatseniouk devient Premier Ministre le Nouvel ordre mondial 26 février

Le gouvernement français applaudit le coup d'état en Ukraine Palestine Solidarité 25 février

Le soutien aux forces fascistes en Ukraine expose la criminalité politique du Parti socialiste (PS) au pouvoir en France et de l'ensemble de l'élite politique française. Avec Berlin et Washington, Paris a soutenu des forces de l'opposition d'extrême-droite comme les néo-nazis de Secteur droit, et le parti fasciste Svoboda d'Oleh Tyahnbok. Svoboda, qui a des liens avec le Front national (FN) néo-fasciste, célèbre les unités SS qui ont massacré des Juifs en Galicie (Ukraine occidentale), pendant la seconde Guerre mondiale..
La collaboration du PS avec les groupes fascistes ukrainiens liés au FN français souligne l'hypocrisie de ses prétentions à mener une lutte contre la montée du FN en France. En fait, le PS n'a pas de problème à travailler avec des groupes fascistes parce que les principaux points de son agenda politique réactionnaire, consistant en de vastes mesures d'austérité et une escalade des conflits et des interventions impérialistes, sont entièrement compatibles avec une politique d'extrême-droite.

De la CIA aux néo-nazis, la face cachée de la crise Ukrainienne Agora Vox 30 janvier

Is the US backing neo-Nazis in Ukraine? Salon 25 février autres articles

anti-journal > 27 février 2014 anti-journal > 27 février 2014 en famille anti-journal > 27 février 2014 2008

Arseni Iatseniouk, le néo-nazi Oleh Tyahnybok et John McCain

Max Blumenthal Alternet :  « John McCain and other State Department members have troubling ties to the ultra-nationalist Svoboda party « An Anarchist group called AntiFascist Union Ukraine attempted to join the Euromaidan demonstrations but found it difficult to avoid threats of violence and imprecations from the gangs of neo-Nazis roving the square. “They called the Anarchists things like Jews, blacks, Communists,” one of its members said. “There weren’t even any Communists, that was just an insult.”»

“There are lots of Nationalists here, including Nazis,” the anti-fascist continued. “They came from all over Ukraine, and they make up about 30% of protesters.”

Les puissances occidentales fomentent un coup d’Etat néo-nazi en Ukraine (Jacques Cheminade) 7 février 2014

anti-journal > 27 février 2014 quenelle ? anti-journal > 27 février 2014 anti-journal > 27 février 2014 plus près

Catherine Ashton, au nom de l’UE, a rencontré l’opposition ukrainienne. A gauche, Oleh Tyahnybok le député du parti néo-nazi Svoboda

Le 25 janvier 2014, vingt-neuf dirigeants d’organisations politiques et religieuses ainsi que de la société civile, dont l’ancienne candidate présidentielle et parlementaire Natalia Vitrenko, ont adressé une lettre ouverte aux Nations unies et aux dirigeants de l’UE et des Etats-Unis, blâmant le soutien occidental à la campagne néo-nazie visant à fomenter un coup d’Etat contre un gouvernement légitimé par les urnes. Catherine Ashton, au nom de l’UE, a rencontré l’opposition ukrainienne. A gauche, Oleh Tyahnybok le député du parti néo-nazi Svoboda.
Cette lettre affirme notamment : « Vous devriez comprendre qu’en soutenant cette guérilla en Ukraine, en octroyant à leurs auteurs le statut d’"activistes d’Euromaidan" participant à des actions prétendument pacifistes, vous protégez et encouragez directement des mouvements néo-nazis et néo-fascistes. (...) Aucun de ces opposants (Yatsenyuk, Klitschko et Tyahnybok) ne cache qu’il se situe dans la continuité de l’idéologie et des pratiques de l’OUN-UPA. Partout où se rendent les gens de l’Euromaidan en Ukraine, ils répandent, outre les slogans mentionnés ci-dessous, des symboles néo-nazis et racistes. »

J'ai vu l'autre Ukraine, celle qui célèbre les SS et crimes nazis Louis Monnier Professeur retraité Le Nouvel Obs 13 décembre 2013

anti-journal > 27 février 2014

Commémoration du 70e anniversaire de la création de la division SS Halychyna, Ukraine, le 21 juillet 2013 : « les nationalistes et leurs sympathisants, entraînés par le parti d’extrême droite Svoboda (dont on voit beaucoup flotter le drapeau ces jours-ci à Kiev), saluent le passé collaborationniste avec les nazis. Ils ont commémoré cette année le 70e anniversaire de la création de la division SS Halychyna (désormais 1ère division ukrainienne), qui a combattu dans les rangs des Allemands lors de la bataille de Brody (juillet 1944).»

images du 25 février, plus bas

anti-journal > 27 février 2014 anti-journal > 27 février 2014 anti-journal > 27 février 2014 'la jeune garde' chant révolutionnaire 1920

2005-2006 Arseni Iatseniouk, juriste et économiste, banquier, ministre de l'Economie entre 2005 et 2006 à la faveur de la Révolution orange, ministre des Affaires étrangères en 2007... un leader de Maidan

 Chine : « Une révolution comme en Ukraine pourrait arriver à tout moment » Le Nouvel Ordre Mondial 27 février

anti-journal > 27 février 2014

Le militant exilé chinois Chen Guangcheng déplore que Pékin s’attaque plus que jamais aux défenseurs des Droits de l’Homme, et prévient que le pouvoir doit se préparer à un soulèvement comme en Ukraine « Les citoyens sont en train de changer. Ils n’acceptent plus que le Parti Communiste décide de tout. Le gouvernement est en train de perdre le contrôle... Nous n’allons pas attendre des décennies pour que les choses changent. C’est déjà le cas. »

restructuration du capital : et la Chine ? dans éléments pour 'une critique de l'économie politique'

dans la mesure où la crise du capitalisme touche de plein fouet les économies de «nos» pays développés occidentaux (+ Japon) et les «pays émergents», n'avons nous pas tendance à prendre pour agonie du capitalisme mondial celle de sa domination occidentale ?

anti-journal > 27 février 2014 quand la Chine s'éveilla novembre 2013

« Ces quelques éléments n'augurent pas bien d'un développement 'endogène' d'un capitalisme chinois appelé à dominer le monde – voire le seul territoire chinois… L'hypothèse… d'un développement autocentré d'un petit capitalisme chinois en grand capitalisme national puis international est bloquée par la saturation du monde en capital… Comment faire le recentrage de l'économie chinoise sur son marché intérieur… si la faiblesse des salaires urbains et celles des revenus agricoles est le principe même de la survie du capitalisme chinois dans la concurrence internationale » (p.21) Bruno Astarian, 2009, Luttes de classes en Chine dans l’ère des réformes (1978-2009)

mais l'auteur reconnaissait aussi « D'un point de vue temporel, ce texte vient trop tard où trop tôt : trop tard parce qu'il a été rattrapé par la crise mondiale... et trop tôt parce qu'il est certain que l'approfondissement de cette crise imposera de corriger et d'approfondir la réflexion...»

une question importante quant à la probabilité d'une restructuration dans la restructuration (sans fin...) du capitalisme mondial est la possibilité pour la Chine de construire un capitalisme endogène, c'est-à-dire reposant largement sur son marché intérieur

une des conditions pour y parvenir est la réforme foncière. Or la décision en a été prise au Troisième Plénum du Parti Communiste Chinois, en novembre 2013, sous l'impulsion d'un homme de l'ombre aux manettes de l'économie chinoise, Liu He et la question esquissée par Bruno Astarian en 2009 doit être reposée à nouveaux frais

à la mi-décembre, je posait la question en relation avec la présence dominante de la Chine en Afrique : « Alors, pas de restructuration en vue ? Ou peut-être une restructuration avant que la crise n’éclate comme crise de reproduction, ouvrant la fenêtre à une possible révolution. »

la question mérite d'autant plus d'être posée que l'on n'observe pas une généralisation de luttes prolétariennes produisant un écart dans l'existence même du prolétariat comme classe du capital, et pas d'apparition d'un combat communiste au niveau mondial. La perspective concrète ne paraît pas à l'ordre du jour, tandis que le Monsieur le Capital poursuit sa valse mrtifère avec Madame la Terre

éclairage avec Liu He, « l'architecte discret de la Chine de demain », Le Monde, Le bilan du monde, édition 2014,   16 janvier 2014, Harold Thibault, p.26, et (même source p.20) l'économiste Michel Aglietta « Changeons de régime de croissance ». Pour Aglietta « la Chine est l'État le plus à apte à dessiner le futur régime de la croissance mondiale ». On retrouve ces idées dans Réviser la gouvernance du capitalisme pour relancer la croissance des pays occidentaux 12 décembre 2013

avec Liu He, le discret conseiller économique qui préside aux destinées de la Chine La Tribune 7 octobre 2013

Le "plan 383", le nouveau chantier de réformes en Chine Le Monde 9 novembre 2013

anti-journal > 27 février 2014

Le « plan 383 », comme il est désigné, concentre les efforts de réformes sur une « trinité », formée « du marché, du gouvernement, et des corporations ».

Le plan liste huit secteurs (réformes foncières, fiscalité, sociétés d'état, etc.) et « trois objectifs » : « abaisser les coûts d'admission sur [certains] marchés afin de favoriser la concurrence », « mettre en place une sécurité sociale de base », et « instaurer un marché pour les terres collectives »

« promouvoir le principe selon lequel un gouvernement local ne devra plus jamais investir directement ou mettre en place une affaire »

La Chine veut réformer la propriété foncière pour pousser sa modernisation Le Monde 9 novembre 2013

Selon cette proposition, la Chine devrait engager une « réforme donnant aux ruraux et urbains des droits fonciers égaux », leur permettant de transférer le droit d'usage de la terre au prix de marché ou de l'engager comme collatéral pour l'obtention d'un prêt.

« la Chine doit s'urbaniser si elle entend se moderniser. Et la réforme de la propriété de la terre est la clé du succès ».

avec Michel Aglietta CEPII 

Chine : l'enjeu politique du troisième plenum (1/2) 3 décembre 2013

Chine : l'enjeu économique du troisième plenum (2/2) 4 décembre 2013

Chine : la route accidentée vers la réforme financière 1er juillet 2013

Réflexions sur les transformations du modèle chinois (1/3) 15 mai 2013

Réflexions sur les transformations du modèle chinois (2/3) 16 mai 2013

Réflexions sur les transformations du modèle chinois (3/3) 16 mai 2013

on se calme

anti-journal > 27 février 2014 on n'a que nos chaînes à perdre

l'ordre règne chez les blogueurs anarcho-cocos-bobos souchiens français

ballade chez les constipés

hein les zami·e·s, on va pas donner la liste des blogs communistes anarchistes libertaires etc. suffit d'en prendre un et de suivre ses 'liens' (sic). Autant ils étaient prolixes aux temps du CPE, de la SIC-aventure, de la théorie qui collait si bien à leurs fantasmes révolutionnaires, autant là, c'est le mutisme quasi mot d'ordre

se passe rien vu de l'hexagone c'est trop loin, les JO sont finis, la France s'ennuie de l'extrême droite à l'ultra-gauche

camarades, encore un effort pour devenir complètement cons

anti-journal > 27 février 2014  le communisme je veux, mais qui abolira la connerie ?

26 février

Paco

'je veux seulement marcher'

 

  Pâle emploi 

anti-journal > 27 février 2014 emploie des pigeons

Le chômage augmente pour le troisième mois de suite  Les Échos 26 février

Extraits. Nouvelle progression, en janvier, du nombre de chômeurs n’ayant pas du tout travaillé dans le mois (catégorie A), dont le total a progressé de 8.900 (+0,3 % sur un mois, +4,4 % sur un an), peu ou prou comme en décembre (+10.000).

anti-journal > 27 février 2014 le licenciement des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes

Le constat est le même en incluant les inscrits à Pôle Emploi ayant en partie travaillé dans le mois. En catégorie A,B et C, le nombre de demandeurs d’emploi a progressé en janvier de 23.600 (+0,5 %, +5,3 % sur un an). Comme quasi systématiquement, les plus de 50 ans ont été les plus touchés (+1 % en janvier) et le chômage de longue durée continue d'exploser (+1,1 %). Après une baisse quasi continue depuis l’été dernier, le chômage des moins de 25 ans s’est, lui, «?contenté?» de stagner en janvier. Derek Perrotte

anti-journal > 27 février 2014 en attendant licencie-toi !

Why the Recession Made Self-Employment Go Down ? The Street 25 février

anti-journal > 27 février 2014 par manque d'imagination

le communisme multipliera les poissons-volants

anti-journal > 27 février 2014 Koinoburi

Paco in Pace


Chinemanque de masques de protection en plein pic de pollution BFMTC 26 février

anti-journal > 27 février 2014

Rupture de stock. La plupart des modèles d'accessoires pour se protéger de la pollution en Chine sont indisponibles, et devraient le rester pendant plusieurs semaines

Le nord de la Chine suffoque sous une depuis plus d'une semaine. Or, les plus importants distributeurs de masques respiratoires filtrants sont mercredi en rupture de stock.
    
La ruée sur les accessoires permettant d'atténuer les graves conséquences de la nocivité de la brume polluée s'est notamment vérifiée sur Tmall.com, le géant chinois du cybercommerce. Sur les 29 modèles de masques filtrants proposés sur Tmall par la société américaine 3M, 26 étaient mercredi en rupture de stock ou indisponibles. Totobobo, une chaîne spécialisée dans des masques produits à Singapour, annonçait de son côté qu'elle ne serait pas en mesure d'en distribuer à nouveau avant le 1er avril.

Plus de 20 fois les limites conseillées par l'OMS La densité de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5), accusées d'être impliquées dans des centaines de milliers de décès prématurés en Chine, a atteint mercredi matin à Pékin un seuil de 557 microgrammes par mètre cube, selon l'ambassade américaine. Dans la province environnante du Hebei, connue pour ses industries lourdes très polluantes, la ville de Xinji a elle enregistré une densité de particules PM 2,5 de 761 microgrammes, selon un relevé officiel. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un plafond maximum de 25 pour une exposition de 24 heures.
    
La pollution atmosphérique est devenue l'un des principaux sujets de mécontentement des Chinois lassés de suffoquer et d'assister à l'explosion des cancers du poumon dans les zones urbaines.

Réticence des autorités locales Le gouvernement assure s'attaquer aux causes majeures de la pollution: véhicules, chauffage domestique, centrales au charbon, usines et chantiers. Mais il se heurte aux nombreuses réticences des autorités locales, pour qui combattre la pollution de l'air revient à freiner le développement. 
    
Selon Greenpeace, 570 centrales à charbon sont programmées ou en construction en Chine.

Venezuela : open letter on the situation in Venezuela, to the comrades of the FEL and El Libertario Nosotros los Pobres Libcom 26 février

autre point chaud, autre texte éclairant, comme en Ukraine, la situation en relation avec l'histoire sud-américaine, Peron en argentine, Chavez... les récents mouvements de protestation ayant abouti à des heurts avec la police sont d'abord une mobilisation de classes moyennes. Pas d'auto-organisation ouvrière etc.

Extraits

Even more important, and I point this out to the comrades from El Libertario, it is certain that the working class is not out in the street. This is a mobilization of the middle classes; proponents of workers’ self organization have no place there.

anti-journal > 27 février 2014 le mythe de l'éco-socialisme

All that said, the protests that are going on in Venezuela are made up basically of the radical right and whatever popular sectors they’ve been able to get to follow them—not without the support of US imperialism, which has poured money into student organizations in Venezuela. I can’t cite sources, but it seems entirely plausible that the grave shortages of basic necessities have been created by capitalists who oppose the regime; certainly the comrades from Chile would recognize the historical precedents. Even more important, and I point this out to the comrades from El Libertario, it is certain that the working class is not out in the street. This is a mobilization of the middle classes; proponents of workers’ self organization have no place there.

anti-journal > 27 février 2014 anti-journal > 27 février 2014 2010 anti-journal > 27 février 2014 2008

Organize Workers Self-Defense Guards! For Workers Control of Production!

anti-journal > 27 février 2014 anti-journal > 27 février 2014  

anti-journal > 27 février 2014 2014 anti-journal > 27 février 2014 pour la réconciliation sociale ?

On the other hand, to say, with the FEL, that we support the “legitimately elected government” of Nicolas Maduro, is an abdication of our responsibility to bear witness to what the state and capitalism are. It’s sad, comrades, but can’t we foretell with near certainty what the fate of the Bolivarian state will be? We’ve seen enough of populist movements with anti-imperialist rhetoric in Latin America that we have an idea of where they’re headed—whether Argentina after Peron, the Mexico of the PRI, Peru after Velasco; or to be more contemporary, Dilma Rousseff in Brasil. Even Leonel Fernandez and company are basically of the same ilk, only Juan Bosch didn’t have enough time in power to leave a lasting impression in the consciousness of the working class. In spite all the differences of ideology and historical conditions, all of those movements left a common legacy in their respective societies—the legacy of oligarchy.

Let’s say for argument’s sake that Hugo Chavez was deeply concerned with social justice and equality (a contention that we by no means take as granted); with Chavez dead, his movement will drift further and further from those ideals, and the “pragmatic” (read, ambitious and opportunistic) elements will gradually rise to the top. Why? Because change isn’t made by well intentioned individuals, change is made by class struggle—and no one with full use of their faculties can claim that the working class is in power in Venezuela. Chavez followed the old path of populist change from above, and that’s why he died leaving an entrenched military, bourgeois and intellectual class firmly in control of Venezuelan society.

lire aussi Résumé rapide de la situation vénézuélienne pour les curieuses et pour les peu  informés Le Jura Libertaire 23 février

le peronisme en Argentine flashback

anti-journal > 27 février 2014 Perón

Juan Domingo Perón (8 octobre 1895 - 1er juillet 1974) est un militaire argentin et un homme politique qui a été président de la nation argentine du 4 juin 1946 au21 septembre 1955 et du 12 octobre 1973 à sa mort le 1er juillet 1974, date à laquelle lui succède sa troisième épouse Isabel Martínez de Perón. Il a également été secrétaire-adjoint à la guerre, secrétaire au travail et à la santé ainsi que vice-président et secrétaire à la guerre dans de précédents gouvernements militaires entre 1943 et 1945.

Tout d’abord, Perón veut s’assurer que chaque travailleur possède un minimum de besoins et de biens pour avoir une qualité de vie acceptable et met sur pied le droit au bien-être dans la « Déclaration des Droits du travailleur » ; « […] le minimum d’expression de concrète dans la possibilité de disposer d’un logement, d’une tenue et d’une nourriture adéquats […] ». Pour Perón, les travailleurs sont une de ses priorités. Il croit qu’en développant davantage l’économie, le niveau de vie et de travail va ainsi augmenter pour contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des travailleurs. La famille est aussi capitale pour Perón, « […] de satisfaire sans angoisse ses besoins et ceux de sa famille […] ». L’importance de cette valeur mènera à la déclaration solennelle des « Droits de la Famille » et sera le sujet de nombreux articles dans la [Constitution] de 1949. Dans ce document, l’État s’engage à adopter les mesures nécessaires afin de protéger la maternité et l’enfance, des éléments uniques privilégiés par la société dans la Nation. Aussi, l’État garantira le bien de la famille conforme à une loi sociale déterminée et formera l’unité économique familiale, en conformité avec ce que cette loi établira.

Ensuite, comme Perón est le fondateur du Justicialisme, une forme de populisme, il prône l’égalité comme valeur. Il désire une redistribution plus juste des richesses et n’encourage pas le capitalisme [sic] : « Droit à une juste rétribution – La richesse, la rente, et l’intérêt du capital étant le fruit exclusif du travail humain, la communauté doit organiser et activer les sources de production, de façon à rendre possible et garantir au travailleur une rétribution morale et matérielle qui puisse satisfaire ses nécessités vitales et qui compense le rendement obtenu et l’effort réalisé ». Perón, sait que la richesse est une des motivations principales au travail pour l’être humain, mais il considère toutefois que chacun devrait être récompensé en fonction du travail et des efforts donnés. Il pratique le dirigisme, système où l’État intervient et oriente l’économie, dans le but de redistribution des ressources. La société va même consolider la figure ascendante de Perón comme un protecteur des travailleurs, en le positionnant dans un rôle actif fondamental dans la structure de l'État et fondamentalement nourri d'une dignité absolue. Il prononcera ces paroles en 1947 à la suite de la déclaration : « En nouvelle Argentine, le travail est un droit, mais c’est aussi un devoir parce qu’il est juste que chacun produit pour le moins ce qu’il consomme ».

Par ailleurs, Perón croit que les travailleurs doivent être utilisés à leur plein potentiel. La contribution de chacun permet de croitre les capitaux. La société doit donc encourager de telles initiatives  : « Droit à l’amélioration économique- […] la société doit appuyer et favoriser les initiatives des individus qui tendront vers ce but, et stimuler la formation et l’emploi de capitaux […] ». C’est grâce à un effort collectif que la productivité se verra augmenter. Perón affirme que : « La capacité productive et l’effort tendant à se surpasser trouvent un stimulant naturel dans la possibilité économique […] ». Ceci veut dire que lorsque le travailleur se sent utile et motivé par son emploi, il sera plus motivé. S’il n’éprouve pas le sentiment d’aliénation face à son travail, sa contribution à aider l’amélioration économique sera plus forte.

avec Slavoj Žižek Puissances du Communisme 4 vidéos en français 2010

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 'Un spectre hante l'Europe : le spectre du communisme'

2002 « Après la chute du mur de Berlin, le marxisme a peut-être été enterré un peu trop vite. Pourtant, dans sa version troisième millénaire, ultralibérale et mondialiste, le capitalisme est plus sauvage que jamais, certes différemment mais au moins autant qu'à l'époque où Marx rédigeait Le Manifeste du Parti communiste. Dans deux essais décapants, l'auteur confronte les problèmes du monde actuel avec les principaux concepts marxistes afin de vérifier s'ils restent toujours pertinents. Et si Marx n'avait pas tout faux ?

La société que l’auteur passe au crible de son acuité critique, c’est précisément la nôtre : celle où triomphe un capitalisme tardif, dont la critique nécessite d’avoir recours à d’autres outils – ceux-là mêmes, d’ailleurs, que Lacan, n’avait pas manqué d’utiliser en son temps – bien qu’ils semblent généralement bien désuets aujourd’hui : le vieux Marx du Manifeste du Parti Communiste, par exemple, remis par cet essai sur le devant d’une scène où il serait effectivement d’actualité de penser la valeur de fétiche de la marchandise à l’heure où un tamagochi (animal domestique virtuel, électronique, grand comme un porte-clé) peut faire fonction d’objet a, soit d’objet cause du désir. On pourra aussi s’interroger, avec l’auteur, sur les effets d’interpassivité produits pour les sujets d’une société de consommation qui fait dépendre entièrement le politique de l’économique, sans tomber pour autant dans les illusions d’une postpolitique à la faveur de laquelle un nouveau consensus « libéral » voit le jour. Le multiculturalisme, qui fait de la tolérance et de la différence un nouveau catéchisme, n’est que l’envers du national-populisme que l’on voit émerger un peu partout, en Europe et ailleurs.»

Le Manifeste du parti communiste Marx-Engels février 1848

avec Lola Lafon blog

 

Ne désarme pas

« Cet Etat ne tomberait probablement jamais puisqu’il nous avait, nous. On était son soutien le plus sûr, pleins d’un savoir qui distillait dans nos corps une pesanteur, une anesthésie locale qui nous permettait de tout faire à la fois : voir, savoir, et participer à ce qu’on dénonçait.

Notre sagesse nous tuerait, nous qui ne confondions jamais réalité et fiction, et on savait jusqu’où aller, on n’irait pas trop loin. On s’enthousiasmait pour des insurrections lointaines, des Indiens formidables et tant de films où des héros déjouaient une Matrice Policière qui plaçait des caméras autour d’humains tous incrustés d’un code barre. On en récitait des phrases, de ces films, munis nous-mêmes d’une carte de transport à puce qui permettait de nous localiser partout dans la ville, notre portable servait d’émetteur dans notre poche, et on se prêtait à tous les contrôles, on les devançait même. Tous nos va et vient de danseurs écartelés entre notre vie plan A et celle plan B, le au cas où.

Et on se disloquait entre notre désir, et ce qu’on allait devoir avaler, notre sagesse nous tuerait. On restait ouvert, notre corps intégrait de force sa défaite. On se tordait silencieusement sans jamais se casser, on était devenus si souples, lentement on s’était fait à tout. On obéissait à nous-mêmes.

Il faut des armes tu crois, je lui demandais, moi j’ai ce vieux truc avec les armes. Mais des armes, on n’en aurait jamais assez. Et on tuerait qui ? On ne pourrait pas en tuer assez.

On savait qu’on était des milliers à être désespérés sans s’en rendre tout à fait compte, juste de temps en temps, et ce désespoir griffait doucement nos vies parsemées de divertissements qu’on enfilait comme une combinaison.

On savait, peut-être plus que tout le reste, qu’il ne faudrait pas penser trop longuement à notre désespoir sans s’y attaquer pour de bon, parce qu’il pourrait bien laisser des entailles que rien ne pourrait plus atteindre, aucun anti dépresseur, aucun joint.

Je pensais aux vagues de suicides des cadres de Renault, à Guyancourt, et de ceux de la centrale EDF de Chinon. Il aurait suffit qu’ils retournent leur arme dans l’autre sens, vers la direction. »

La petite communiste qui ne souriait jamais

Vous savez, la première fois que ma mère est venue à l'Ouest, c'était dans une banlieue du New Jersey, eh bien, elle a pleuré dans les allées du petit supermarché. [...] Le dégoût de cet amoncellement stupide, me corrige-t-elle. La tristesse de se sentir envahie de désir devant tant de riens.

Une fièvre impossible à négocier

Casser les vitrines des banques et des multinationales est une action symbolique. On nous accuse de violence ? Ce qu'on détruit ne sont que des objets inanimés, mais les paysans brésiliens, les rebelles mexicains, les enfants travailleurs de 7 ans, les mers du monde entier sont bien vivant eux, et leurs souffrances bien réelles. Si des vitrines tremblent vous pleurez. Vous restez silencieux quand des gens meurent.

Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce

Conspirons encore Voltairine ! Redevenons des bandites fiévreuses, des enfants acharnés à ne pas rester là où on nous pose. L'époque est dure aux voleuses de feu ... Il nous faudra bien redevenir impitoyables et, sans chaque atome de plaisirs vagabonds sans jamais en payer aucun prix...

La petite communiste qui ne souriait jamais

En 1984 ou 1985, je ne sais plus où, une femme est morte après un avortement. La Securitate a obligé la famille à organiser les obsèques devant l'usine, son cadavre était exposé pour l'exemple. L'exemple... ils exposaient aussi le corps des vivantes, comme Nadia, avec ces cartes postales d'elle partout, ses triomphes : mortes ou vivantes, on leur était utiles.

Comment vous dire, répète-t-elle, comment. Je dis « guerre » parce que... C'étaient des hommes, ces docteurs qu'on payait pour surveiller l'utérus des femmes. Des hommes, ces contremaîtres qu'on récompensait si un nombre important de leurs ouvrières étaient enceintes. Des miliciens, dans les hôpitaux, avaient l'ordre de lire les dossiers des femmes, afin de repérer celles qui étaient enceintes, de quelques semaines, pour les empêcher d'avorter.

Vous savez ce que je ne pardonne pas à vous autres, Occidentaux ? En 1974, l'ONU a proposé à la Roumanie de présider la conférence mondiale sur la population au prétexte que nous avions su « résoudre la crise démographique !

avec Sandrine Goldschmidt à dire d'elles 

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 

"Le samedi 14 février 1349, jour de la Saint-Valentin, on cerna le quartier juif. Tous ses habitants furent traînés par la foule au cimetière de la communauté, où on les entassa sur un immense bûcher. Deux mille Juifs furent brûlés vifs. Seuls échappèrent un certain nombre d’enfants et quelques adultes qui abjurèrent leur foi. Les biens des suppliciés furent partagés entre les bourgeois, l’évêque et la municipalité. Les créances furent détruites et certains gages rendus à leurs propriétaires qui habitaient hors de Strasbourg". Rabin Max Warscharwski  La peste noire

une saison en enfer

Karl Marx et Tito en «enfer communiste» sur une fresque au Monténégro Libération 31 janvier

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 burning Hell

Les défunts philosophes allemands Karl Marx et Friedrich Engels, aux côtés du défunt maitre de la Yougoslavie communiste Josip Broz Tito, se sont retrouvés peints sur une scène représentant des pêcheurs en enfer sur la fresque d’une église orthodoxe au Monténégro.

«Marx, Engels et Tito personnifient le mal dans les Balkans et d’une manière globale», a déclaré à l’AFP le père Dragan, supérieur de l’église de la Résurrection où se trouve la fresque. Sur celle-ci, Tito dans son uniforme de maréchal blanc et les deux philosophes, principaux idéologues du communisme, sont bannis en enfer.

Le prêtre, qui n’a pas dévoilé l’identité de l’auteur de cette fresque, a souligné qu’il n’était pas entièrement satisfait de la manière dont il a représenté l’enfer. «Il (l’auteur) ne devrait pas juger, au nom de l’église, qui est voué à l’enfer ou au paradis», a-t-il dit. Les visiteurs, de cette église récemment inaugurée, ont des avis partagés sur les œuvres qui recouvrent ses murs. «L’église ne devrait pas s’ingérer dans le monde séculaire et déterminer qui mérite une place en enfer ou au paradis», a déclaré Rade Stankovic, un juriste de 43 ans. Milos, 23 ans, qui refuse de donner son nom de famille, a, de son côté, estimé que «le communisme avait provoqué beaucoup de mal, des gens ont été tués au nom de l’idéologie promue par Marx, Engels et leurs sympathisants», a-t-il fait valoir.

L’église, dont le début de la construction en 1993 a été bénie par trois patriarches orthodoxes Bartolomé de Constantinople, le défunt Alexis de Moscou et le défunt patriarche serbe Pavle, n’est pas la seule au Monténégro a avoir sur ses murs les portraits de personnalités du 20e siècle.

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 et pourtant elle fond

La Banquise

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 m....!

The Realist "Fuck Communist" Poster 1963

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 manger à sa faim...

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 boire à sa soif... LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014  LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 dépasser le produit...

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 quelle que soit sa couleur...

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 elles aussi ?

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 vous en rêvez ? LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 franchir le pas... LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 nous l'avons fait !

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 sérieux !?

25 février

pendant ce temps on en est las

on en est là

« Quid donc de la classe ouvrière dans ce mouvement ? » dndf Anonyme 25 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 merde, j'ai pas écrit ça, moi !

 

dans l'angle mort on im-prévise

est plus pur

qui révise

mais se contredit dur

de conjectures en conjonctures

contradiction impure

il va falloir attendre ? oui

quoi ? le moment présent du futur

 

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 chacun dans son genre

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 la structure attendue par la poste

après Johnny et Dick Rivers attendre = rock 

attendre d'un moment à l'autre comme un présent, un cadeau de la classe ouvrière, « entière au capital elle n'est plus pour soi »

mais l'attendre quand même, dans l'écart

vous avez dit bizarre ?

bizarre bizarre comme c'est l'écart

d'une réalité qui n'est pas adéquate à la théorie adéquate à son temps

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 

qui n'a pas la vue assez longue trouvera à 'l'odeur... du temps', librairie à Marseille, Théorie Communiste

« On peut faire une petite liste de « conditions » pour que l’articulation luttes actuelles/révolution puisse être autre chose qu’une pétition de principe.

1°Être partie prenante des luttes, soit personnellement et directement, soit par une attention intense et engagée au travers des diverses sources possibles, sans avoir aucunement l’idée que des positions communisatrices puissent infléchir de quelque façon que ce soit la cours des luttes actuelles. 2° Attacher la plus grande importance à la caractérisation du cycle de luttes, dans son unité contradictoire avec le cycle du capital, comme mouvement de production de la situation de crise révolutionnaire du rapport d’exploitation entre les classes, au terme de ce cycle. 3° Se sentir intimement investi dans la formation d’un courant pour la communisation, dont l’existence même est un élément réel des luttes, courant présent, avec et par l’écart qui se forme dans le bouclage, de la limite démocrate-radicale, des luttes actuelles. 4° Enfin, et peut-être surtout, avoir une parfaite cuirasse contre les accusations d’attentisme et d’objectivisme, accusations de confiance dans un mouvement automatique du capital amenant au dépassement communiste. Ces accusations ne comprennent strictement pas l’objectivité du capital comme un rapport social, et ne pouvant évidemment pas développer une activité autre qu’un alternativisme pratique, nos critiques s’adressent à nous pour leur fabriquer la théorie qui donnerait, à leur immédiatisme de pur principe, le lustre du discours théoriciste qu’ils ne cessent de dénoncer chez nous.

Bernard Lyon Bon alors qu'est-ce qu'on fait ? Meeting n°3 juillet 2005

a-t-on noté :

- la contradiction entre 1° et 3° : « les positions communisatrices ne peuvent infléchir de quelque façon que ce soit la cours des luttes actuelles » mais il faut « se sentir intimement investi dans la formation d’un courant pour la communisation, dont l’existence même est un élément réel des luttes»,

- comme cette cuirasse ressemble à celle d'une secte religieuse ? 

n'aurais-je « strictement pas compris l'objectivité du capital comme rapport social » ? Serais-je tenté par un  « immédiatisme de pur principe » ?

non. Je n'ai au demeurant jamais reproché à TC d'être «attentiste». Je pense que cette position pouvait se tenir il y a une quinzaine d'années, concernant le théoricien ou le groupe théoricien qu'est Théorie Communiste. Ce qui ne tient plus, c'est :

- d'une part depuis le début (à son insu ?) la production par TC d'adeptes qui, s'investissant dans la même posture sans en avoir les moyens, croient pouvoir préviser mais ne font qu'attendre. Cette théorie justifie pour eux leur attentisme

- d'autre part dans le moment actuel du capitalisme, l'existence même d'un groupe théoricien, qui a beau faire mais ne peut que produire, par essence de son existence, une théorie séparée

voir critique du 'courant communisateur'

ombre d'hombre

« Au fond, il en va de même pour la plupart d'entre nous. On ne pose pas nos pieds sur des rues pavées d'or, on n'a pas une existence bien remplie, on ne dit jamais aux gens qu'on aime combien on les aime quand il le faudrait

On n'incarne jamais vraiment les ombres qu'on projette en traversant ce monde On se contente d'avancer

Et certains -quelques rares élus - s'emploient à essayer de voir ce qu'ils peuvent encore faire comme musique avec ce qu'il leur reste »
James Sallis, Salt River Gallimard Noire 2007 p.139

(J moins 271) (Par les mots. TANGO PAROLES)

HOMME D’OMBRE D’OMBRE D’HOMME D’HOMME D’OMBRE 
HOMME MASQUE D’ENFANT 
ENFANT D’ENFANT MASQUE D’ENFANT 
MASQUE BLANC MASQUE NOIR 
MASQUE D’HOMME MASQUE D’OMBRE 
HOMME TRICOT DE MASQUES 
HOMME TRICOT D’OMBRES

LIVRE SANS NOM 1990

ombres d'un nous

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 'celui qui regarde longtemps les songes est semblable à son ombre'  proverbe indien

à l'été 2012 en Livradois-Forez, du côté de chez l'escargot

présentiel vs virtuel

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

d'un présent ciel c'est un présent, passé sous mes yeux tel fixé virtuel

« le public et le privé ; le national et l'étranger ; le présentiel et le virtuel ; les riches et les pauvres ; et, enfin et assurément surtout, les Noirs et les Blancs.»
Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO,
Johannesburg 2011

à quoi à qui sert ce que je fais ?

nous pourrions être cent, mille... à le faire assis derrière nos écrans séparés que ça ne changerait rien
pour faire dans le présentiel, j'en viendrais à souhaiter l'effrondrement anticipé du virtuel, d'Interniet, False-book et autres tweetinges, tant ces outils créent d'illusions quant à leurs possibilités révolutionnaires, et d'aveuglement sur le fait que le Capital et ses États peuvent les couper à leur gré

quand j'entends Michel Serres prôner le «présentiel à distance»

« On n’a plus besoin de lieu physique pour tout rassembler, à l’époque où n’importe quel texte est accessible par un moteur de recherche... Les nouvelles technologies nous ont condamné à devenir intelligent... le présentiel a beaucoup de vertus mais aussi beaucoup de désavantages... quand on voit qu’il y a 60 % de divorce dans les couples, dès lors le présentiel… »

je sors de ma révolte en vers, me mettre au vert envers, c'est la saison qui vient

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

TWI TWI TWI TWI... ZIZI ZIZI ZIZI

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

quoi bon penser en bouche 
plutôt boucler la sienne 
élément terre 
silence évidentiel 
du monde comme chair 
sous la peau 
à connaître à main nue

ou alors être oiseau 
pour ne rien dire oiseux

qu'un bécassin assigne mon bec assassin
qu'en robe d'avocat la pie plaide ma cause

Twi twi twi twi... zizi zizi zizi

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

On sait que la pie est un bon imitateur du chant d'autres oiseaux.

Chez le bécassin à long bec « le chant est une phrase rapide « pee-ter-wee-too » répétée entièrement ou en partie. Ce chant est émis par le mâle pendant le vol nuptial.»

« Chez l'euplecte à longue queue le mâle émet un appel caractéristique 'Zik-zik-zik-zik' quand il est en vol de parade. Il produit également un chant qui est une phrase répétitive composée de 4 notes basses et 4 notes aiguës : 'Twi-twi-twi-twi-twi, zizizizizizi'. » (Je ne sais pas comment ils comptent...). Doit-il son nom d'oiseau à ce zizi prolongé ?

Chez les humains, «Le twi est une langue parlée par environ sept millions de personnes au Ghana. [...] Il existe plusieurs dialectes twi, mais leurs locuteurs peuvent tous se comprendre

En France, la première femelle tweete parfois pour dire « Touche pas à mon mâle »

22 juin 2012 LIVRE DE CONTES

ce fut mon dernier poème avant ce site en novembre 2013, peut-être avec l'intuition que le logiciel me lâcherait le lendemain
ainsi n'aurai-je plus qu'à me taire, le justifiant d'avance poétiquement
je cessai donc d'écrire, du reste des poèmes comme du reste

pour être honnête je ne suis plus qu'un écrivain au net

hissez haut ?

ICO le communisme-ouvrier au feu du programmatisme

ICO Solidarité ouvrière ajouté aux liens pour la richesse des infos

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 2010

pas de confusion, cet ICO n'est pas ICO Informations et Correspondances Ouvrières 1960-1973, groupe conseilliste issu de Socialisme et Barbarie (SOB), mais un groupe créé en 2010 sous le nom et la définition de Initiative Communisme-Ouvrier, sous l'influence du militant iranien Mansoor Hekmat, décédé en 2002

« Le communisme-ouvrier s’est construit d’abord en Iran, dans la lutte contre le Shah puis face à la contre-révolution du régime islamique, puis en Irak. Dans ces deux pays, des Partis Communistes-Ouvriers ont été mis en place où ils sont une des composantes majeures du marxisme révolutionnaire.

En août 2010, un groupe de communistes vivant en Europe francophone ont décidé de se regrouper sur la base des principes du communisme-ouvrier et ont créé l’Initiative Communiste-Ouvrière

cet ICO francophone s'inscrit dans un programmatisme ouvrier emprunté... à des communistes iraniens
... un peu comme la Vache qui rit franco-universelle n'existerait pas sans l'anglo-saxonne The Laughing Cow, la chanson française emprunte à la chanson blanche anglaise ou américaine, elle-même pas grand chose sans sa source noire, parfois moins connue ou trop oubliée

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014hisse et ho 1961, 1967 TV tchèque

naufrage du trois-mâts Colbert en 1835, images

Santy Anno original 1957 by Odetta, une influence pour Joan Baez, Bob Dylan, Janis Joplin....

retour à cet ICO et son 'programme ouvrier' :
« un programme de transition : c'est la direction d'une classe. Mais cet état, qui dans la théorie marxiste est appelé dictature du prolétariat, est le pouvoir de la majorité exploitée qui dicte aux classes exploiteuse le décret de la liberté humaine et de l'égalité, qui défait leurs tentatives et leurs intrigues. Dans sa forme, l'état des travailleurs est un état libre, qui est organisé par les décisions directes et la volonté des masses travailleuses elles-mêmes. Par sa nature, c'est un état de transition qui disparaît aussitôt que les buts de la révolution ont été atteints.»

Leur but est « la société communiste libertaire : La disparition des classes et des antagonismes de classe rendra la société superflue. Dans la société communiste, l'état disparaît. La société communiste est une société sans état. L'administration des affaires de la société sera gérée par la coopération, le consensus et la prise de décision collective de l'ensemble de ses membres.»

Un monde meilleur : le programme du Parti Communiste-Ouvrier 1994 Mansoor Hekmat

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 «Il faut être tel qu'on n'ait pas à rougir devant soi-même » Balthasar Gracian

Principes essentiels : « Le communisme-ouvrier, c’est le mouvement de la classe ouvrière contre l’exploitation capitaliste et pour la libération de l’humanité de toute forme d’oppression. C’est une société sans classes, c’est l’abolition du salariat, la propriété commune des moyens de production, l’égalité et la liberté. C’est une société qui applique réellement le principe « de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins ». Le communisme, ce n’est ni l’indépendance nationale, ni l’étatisation de l’économie, ni la nostalgie de l’URSS, de la Chine ou de toute autre dictature soi-disant socialiste, ni le soutien à n’importe quel réactionnaire sous prétexte qu’il est anti-impérialiste. Dans les luttes sociales, contre l’exploitation capitaliste, contre le sexisme, contre le racisme, contre le nationalisme, contre l’intégrisme, contre le totalitarisme, contre toute forme d’oppression et les discriminations, les communistes sont là, pour préparer la révolution et le véritable changement social. »

ICO fonctionne sous la forme de cellules, qui se réunissent de manière régulière, déterminent leur secteur d’action géographique, professionnel ou thématique et organisent leur travail militant, en coordination avec l’organisation. Les membres d’ICO sont actifs dans les associations, les syndicats, les comités de mobilisation, dans une perspective communiste et révolutionnaire, et sans illusion sur les directions syndicales.

Pour l’instant, l’Initiative communiste-ouvrière diffuse ses idées par son bulletin, Communisme-ouvrier, et par son site Internet, communisme-ouvrier.info ; par l’édition de brochures et de livres…»

bref, pas ma tasse de thé programmé, aucune idée de leur activité réelle, mais un site bourré d'informations ouvrières, alors... merci

320 emplois sont détruits. La direction de Saint-Gobin a officialisé la fermeture du site d'Auvelais. Les travailleurs bloquent l’entrée de l’entreprise et ont entamé un arrêt de travail de 24 heures.

Paris : un salon de coiffure occupé et autogéré par ses travailleuses chinoises sans papiers Sophie B. 24 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

Des travailleuses et un travailleur chinois(e)s sans-papiers occupent depuis le 3 février le salon de coiffure où elles travaillent au 50 boulevard de Strasbourg, à Paris. Elles sont quatre travailleuses sans-papiers chinoises et un travailleur du salon de coiffure du 50 boulevard de Strasbourg (entre Château d’eau et la gare de l’Est), à Paris, qui n’ont pas été payées depuis décembre. Le patron est parti, sans laisser de trace. Mais Fao-Lin, Feng Zhen, Shuqin et les autres ne comptent pas se laisser faire ! Elles font grève depuis le 3 février et occupent le salon tous les jours de 10 h à 20 h jusqu’à ce qu’elles soient payées

Ukraine : un monde sans argent ?

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 

KIEV, UKRAINE - 6 octobre 2006 : Des enfants sans-abri à un vidage le 6 octobre 2006 à Kiev, Ukraine.

« Bonjour, merci de votre souci d’information,mais comme dans tous les articles à ce jour, les données economiques de base manquent : les fonctionnaires y compris ceux de l’armée et de la police ne sont plus payés depuis des mois. Les salariés des entreprises privés sont sans salaires depuis plus longtemps encore, les oligarques de tous bords ont detournés leurs obligations de capitalistes en planquant « ce capital salarial » a l’etranger.  C’est le vécu de millions de prolétaires sans experience de lutte, sans tradition de lutte de classe démunis devant l’ampleur du « hold up » et donc désorientés. Merci de vos efforts.» Vladimir dndf 25 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Caritas 2013

« Après la révolution, pourquoi la faillite menace l'Ukraine Le pays doit se relever d'une situation économique catastrophique. Etat des lieux.
"L'endettement public s'élève à un peu plus de 10 milliards de dollars pour des réserves de change qui se trouvent, elles, autour de 15 milliards de dollars" "les taux d'intérêt de la dette à court terme ont atteint plus de 30%, c'est bien pire qu'en Grèce" En décembre, l'UE avait proposé un prêt de 20 milliards d'euros à Kiev, via le FMI. En échange, elle exigeait des conditions drastiques "C'était appliquer à l'Ukraine les recettes d'austérité que l'on a appliquées en 2009 à la Hongrie et à la Roumanie, avec en récompense, un simple partenariat avec l'UE." "Ces mesures dictées par les instances internationales engendrent du mécontentement". Et pour cause : le FMI demande notamment à Kiev de moins subventionner le secteur du gaz, ce qui alourdirait la facture pour les ménages. Des mesures difficiles à mener dans"une économie encore convalescente après la crise bancaire de 2008", prévient-il. "Depuis le début de l'année, la dépréciation du change est de l'ordre de 15%. On est loin des 30% de la crise argentine. Mais si cela perdure, certains ménages et certaines entreprises seront insolvables, sur fond de récession"
»
FranceTVInfo 25 février

« Le Parlement ukrainien doit nommer dans la journée un gouvernement. Les noms les plus fréquemment cités au poste de Premier ministre sont ceux du banquier et l'un des leaders de la contestation Arseni Iatseniouk, de l'oligarque d'opposition Petro Porochenko et de l'ancienne chef de gouvernement Ioulia Timochenko. Cette dernière a toutefois déjà fait savoir qu'elle ne briguait pas le poste et s'apprêtait à aller en Allemagne pour recevoir des soins. » La diplomatie occidentale à l'œuvre, un nouveau gouvernement attendu France Info 25 février

2012 Petro Porochenko« Ma mission est d’améliorer le climat d’investissement pour attirer les étrangers » Le Temps 10 avril 2012

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014  LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 

2005-2006 Arseni Iatseniouk, juriste et économiste, banquier, ministre de l'Economie entre 2005 et 2006 à la faveur de la Révolution orange, ministre des Affaires étrangères en 2007... un leader de Maidan

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 'la jeune garde' chant révolutionnaire 1920

Nous sommes la jeune Garde
Nous sommes les gars de l'avenir

Élevés dans la souffrance
Oui nous saurons vaincre ou mourir
Nous travaillons pour la bonne cause
Pour délivrer le genre humain
Tant pis si notre sang arrose
Les pavés sur notre chemin !

Prenez garde, prenez garde
Vous les sabreurs les bourgeois les gavés
V'la la jeun' Garde, v'la la jeune Garde
Qui descend sur le pavé

C'est la lutte finale qui commence
C'est la revanche de tous les meurt-de-faim
C'est la révolution qui s'avance
C'est la bataille contre les coquins
Prenez garde, prenez garde
V'la la jeun' Garde

Enfants de la misère,
Nous sommes de force des révoltés
Nous vengerons nos pères
Que des brigands ont exploités.
Nous ne voulons plus de famine,
A qui travaille il faut du pain.
Demain nous prendrons les usines,
Nous sommes des hommes et non des chiens.

Nous n'voulons plus de guerre
Car nous aimons l'humanité.
Tous les hommes sont nos frères,
Nous clamons la fraternité.
La République universelle.
Empereurs et rois, tous au tombeau.
Tant pis si la lutte est cruelle.
Après la pluie, le temps est beau.

'La Jeune Garde est un chant révolutionnaire. La première version, Le Chant des jeunes gardes, a été écrite par Montéhus sur une musique de Saint-Gilles vers 1920. Ce chant de la jeunesse ouvrière de France a été écrit avant le Congrès de Tours fondateur du Parti communiste français.'

« L'arrivée au pouvoir à Kiev de dirigeants de lier leur avenir en priorité à l'Europe et non plus à la Russie pourrait entraîner une crise sans précédent dans l'est du pays, en particulier en Crimée. Cette péninsule au sud de l’Ukraine, bordant la Mer noire, est l'unique région dont plus de 60% de la population est d’origine russe » Vers une nouvelle guerre de Crimée ? Le Parisien 24 février

« En Crimée, bastion prorusse : « Kiev a été prise par des fascistes » Le Monde 25 février

« Ukraine, attention aux lendemains qui déchantent » 'un étudiant' Le Monde Idées 25 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

« Ukraine : le sexe, la drogue, la pauvreté et le sida en 2011 »

2011 : « Rêves brisés en Ukraine après 20 ans d'indépendance » Le Point 24 août 2011. Elle vacille entre la Russie et l'Occident, son économie reste chancelante et son peuple divisé vit largement dans la pauvreté... l'Ukraine a plongé dans le chaos avec une misère généralisée, une industrie ruinée et une criminalité rampante mais au fil des années, la situation de ce pays de 46 millions d'habitants s'est améliorée et il est désormais réputé pour sa société civile dynamique et ses médias parmi les plus libres en ex-URSS. Cependant, l'économie repose toujours sur des exportations de matières premières, alors que le secteur agricole -- le pays était baptisé naguère le grenier à blé de l'Europe -- reste sous-développé. Plus d'un quart de la population vit sous le seuil de la pauvreté, alors que les 100 personnes les plus riches du pays, dont beaucoup sont proches du pouvoir, possèdent des actifs d'une valeur estimée à 61% du Produit intérieur brut (PIB).

24 février

LE TRAVAILLEUR À BEC ROUGE

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

Parfois la poésie n'est pas assez la vie 
n'est pas assez ma poésie est parfois trop 
ta vie n'a pas de peau parfois ta poésie 
saisit ma vie hésite et mal soupèse un mot 
sans poids cent fois sans main tu as pris trop de gants 
et je t'étouffe avec des moufles les sanglots 
secs de nos pardons morts sur le sentier sans gloire 
où un ami m'attend au bord d'un verre vide 
l'esprit gourd les doigts lourds perdus dans le bottin 
d'avant mon numéro d'avant tu sais ma guerre 
qu'on croyait pour de rire ah oui fallait me voir 
penser en revenir vivant parmi les miens 
seul à seul détourner les pages du milieu 
d'une histoire à jamais sans fin dès le début 
tu sais quand la page était blanche et tu disais 
continue le combat je sais plus qui avait 
commencé de toi pour rigoler de moi par 
bravade un peu d'audace à la folie beaucoup 
à regarder passer les trains de la défaite 
annoncée comme si c'était moins triste à deux 
d'avoir raison contre un milliard d'heureux cocus 
de vivre à en mourir ni pour nous ni pour eux 
ni personne à ce jour non oui l'art de tromper 
les travailleurs sera des travailleurs le chef 
d'œuvre même Ont-ils rien de plus sûr dans la place 
aux abonnés absents rayés des listes rouges 
tu te souviens non oui je sais quand ça t'arrange 
tu oublies l'avenir c'est toujours pour plus tard

(D'après Wikipédia) Le travailleur à bec rouge est un petit passereau, l’oiseau le plus nombreux au monde avec plus d'un milliard d’individus. Il vit en Afrique, en colonies très denses. La femelle a le bec jaune [et donc elle est et n'est pas un travailleur à bec rouge]. Il cause des dégâts aux rizières. [C'est pourquoi, souvent, il reste bec dans l'eau]

5 mars 2012 TEMPS BASCULÉS

Ukraine : « les contradictions de l’insurrection d’EUROMAIDEN » dndf

traduction du texte en anglais présenté le 22 février 'Maidan and its Contradictions' Interview with an Ukrainian Revolutionnary Syndicalist

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 du pro euro à casse-toi cochon LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

Members of the nationalist Ukrainian Insurgent Army rallied in Kiev in December 2013 (Reuters/Gleb Garanich)

les français ont obtenu le retrait du CPE et le départ de Sarkozy, et alors ? alors Hollande est arrivé, élu grâce au PCF avec le Front de gauche. On connaît la suite, Zorro ne viendra pas

une analyse approfondie et détaillée d'un très grand intérêt au-delà de l'Ukraine. Impossible à résumer. Je retiens néanmoins deux passages concernant le combat communiste à mener sans attendre :

Denis « La stratégie la plus raisonnable pour la gauche, comme pour moi, aurait été de tenter de construire un « second front » à la fois contre le gouvernement et contre l’extrême droite. Cela aurait dû être fait  hors de Maidan, pas à l’intérieur de Maidan. Nous ne devrions pas être effrayés de dire qui nous sommes et ce que sont nos ultimes buts politiques ; c’est seulement de cette manière que nous pourrions construire une forte coalition politique avec d’autres forces qui se trouvent présentement dans la même situation (par exemple avec les libéraux de gauche qui sont aussi exclus du mouvement).

Dès maintenant, nous projetons de faire une campagne contre la dictature politique en insistant sur le fait que l’affaiblissement du pouvoir présidentiel ne correspond nullement aux intérêts de tous les partis politiques. Cela pourrait être le point de ralliement d’une large coalition et alors nous pourrions entamer une critique de la démocratie bourgeoise en elle-même.

Une autre importante direction serait de préparer une campagne anti austérité si le gouvernement doit faire face à une crise budgétaire plus tard dans l’année.

Mais, de toute façon nous devons comprendre que nous ne pouvons renverser les tendances fondamentales et éliminer l’hégémonie culturelle en une nuit. Nous avons beaucoup de dur travail devant nous, il s’écoulera des années avant que nous puissions penser à notre propre révolution

Vratislas– Y-a-t-il quelque chose d’autre que tu voudrais dire au sujet du mouvement Maidan ou sur la présente situation ; ou peut-être sur les perspectives possibles de tout le mouvement dans tout le pays ? Y-a-t-il quelque chose que les anarchistes et communistes de l’étranger peuvent faire pour vous aider ?

Denis– Je pense que la meilleure forme de soutien de l’extérieur serait de faire campagne contre l’aile « gauchiste » de la coalition  gouvernementale ukrainienne – le  dénommé Parti Communiste d’Ukraine – et les institutions qui lui sont rattachées. De cette façon, les travailleurs opprimés sympathisants communistes et anarchistes et les activistes de gauche ne chercheront pas à soutenir les éléments d’extrême droite, libéraux et patriotiques qui dominent les protestations. La nature ultra gauche de l’action de solidarité doit être énoncée clairement

que faire en France ?

si j'ai bien compris les explications de Denis, je ne me suis pas planté sur les enjeux vus du point de vue international, mais j'étais loin du compte quant à la complexité de la situation sociale et politique de l'Ukraine.

pour compléter en ce qui concerne ce qui peut être fait en France, deux choses me paraissent s'imposer :

- arrêter, en tant qu'«anarchiste», de soutenir naïvement n'importe quel soulèvement d'ampleur comme étant «révolutionnaire»; faute d'être clair, on peut en venir à se ranger auprès de combattants peu recommandables sur place;

- faire la clarté sur les positions adoptées par les organisations et partis français, en particulier la 'gauche de la gauche' institutionnelle, à commencer par le PCF, qui soutient le PC Ukrainien « Nous soutenons en ce sens la démarche des communistes ukrainiens de soumettre ses questions, qui engagent la souveraineté de leur pays, au référendum populaire.»

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 plus ou moins de démocratie, PCU PCF même combat

cela peut paraître une évidence, mais voir se réveiller les vieux démons de l'avant-guerre et de la guerre froide devant la montée d'un populisme d'extrême droite y compris en Europe de l'Ouest, cela donne à réfléchir sur «la stratégie» et «les tâches immédiates» des communistes révolutionnaires

quant à ceux qui prêtent à entendre que tout cela n'a pas l'enjeu immédiat d'un combat de classe au point de s'en mêler, renvoyons-les à leurs modèles 'ultra' de cette époque, sans besoin d'étiquettes

on ne m'enlèvera pas de l'idée que certains arguments théoriques servent à justifier un non-engagement concret, intellectuel ou physique, et qu'ainsi rien ne distingue ceux qui les portent de la majorité silencieuse, ni collabos ni résistants. Bref la France moyenne majoritaire continuée en version théoriquement communiste

à la recherche du caen perdu

la madeleine, que de bons souvenirs !

Les ouvriers de la biscuiterie Jeannette bloquent leurs  machines vendues aux enchères Libération AFP 24 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 french caen quand ?

«Prime de misère, blocage de l’usine», «non au pillage de l’outil industriel» «Nous ne laisserons pas mourir la dernière usine de Caen qui a continué à produire sous les bombardements en 1944», a ajouté Franck Mérouze secrétaire de l’Union locale CGT de Caen.

«Ces madeleines ont en a vendues jusqu’au Japon et en Chine» dans les années 2000, se désole Christian Leroy, 29 ans de maison, «et depuis on a diversifié notre production dans les biscuits secs».

Français, qui dort dîne, couche-toi de bonheur, ton biscuit sec a coulé, ton beefteak est passé car...

Équarissage. Siram menacée de fermeture dans la Manche Ouest France 18 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Ah la vache ! Théorie de l'écart

enfin une bonne nouvelle pour les anti-spécistes, véganes et autre végétariens radicaux

L'avenir est incertain pour les 29 salariés des sites de Néhou et Saint-Hilaire-du-Harcouët dans la Manche. Suite à la décision du tribunal de commerce de Paris, Saria cesse la collecte et le traitement des animaux morts dans 9 départements de l’Ouest. Dans la Manche, deux sites sont concernés par cette décision : Néhou et Saint-Hilaire-du-Harcouët qui emploient respectivement 13 et 16 salariés.

Pour ces 29 personnes, l’avenir est incertain. Siram, leur entreprise, est cogérée par Saria et Akiolis via leur filiale commune Atemax. Conséquence de la guerre ouverte entre les deux entreprises : celle-ci est liquidée.

hé hé, de l'autre côté de la Manche *

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 le taureau par les cornes, le diable par la queue, sans excès de sexe

* endnote :  La vache qui rit, crée en 1921, est une marque commerciale désignant un mélange de fromages français et d'un fromage britannique fondus de fabrication industrielle, du groupe Bel.

Economie. Les salaires impayés explosent Ouest France 24 février 2013

au-delà de l'illégitimité de la revendication salariale, travailler sans être payé, premier pas vers l'esclavage, et la suite contre ?

Les avances de salaires effectuées par le régime de garantie ont atteint en 2013 un record de 2,19 milliards d'€. Une conséquence de la crise. Le montant couvert par l'Association pour la gestion du régime de Garantie des créances des Salariés (AGS) a augmenté de 5,4 % sur les douze mois de l'année 2013.

L'ampleur de ces salaires impayés est un des éléments qui permet de juger de la santé des entreprises. Le précédent record datait de 2009, année économiquement compliquée. L'AGS avait avancé 2,11 milliards d'euros en 2009. Le nombre des salariés concernés a lui augmenté de 3 %, soit plus de 285.000 personnes

Les secteurs les plus touchés restent, comme l’ont montré les récents bilans sur les défaillances en 2013, la restauration et l’hôtellerie où les interventions de l’AGS ont progressé de +10,6 %.

renverser la perspective 2 texte complet dans le communisme comme combat : réflexions et luttes pour la révolution (au-delà de l'anti-capitalisme)

avec Jacques Camatte contre ses critiques post-prolétariennes

peintures de Patrick Hughes Reverspective

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

négation de la négation du discours théorique, la poésie au service de la révolution, ou Debord renversé

« Guy Debord : la révolution au service de la poésie » Vincent Kaufmann 2001

Femmes profondes de passion et de lutte
Doux amis à la rage d’amour
Je vais le cœur rempli de vous
Á la rencontre de vos traces.

Giorgio Cesarano 21 Janvier 1975

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

« Pas un mot sur les « modalités » de la lutte ? C'est que trop de mots se sont trop longtemps interposés en lieu et place de la lutte. Si la critique suggérait à quiconque ce qui est à réaliser, ce serait pour retomber dans la fosse dérisoirement ouverte devant les scènes des théâtres. À chacun d'agir par lui-même, avec ses pairs : dans la mesure où il ne se conciliera pas avec lui-même, ainsi que les évènements le déterminent à être, il sera avec tous, dans la lutte de tous. Pas un mot sur ce qui est à réaliser afin que chacun sache, pour soi, s'enflammer dans la passion unitaire de la création, de l'amour et de la participation. « Nous ne craignons pas les ruines », dit Buenaventura Dunuti. «Nous hériterons de la terre, c'est certain. Nous portons en nous un monde nouveau, et ce monde grandit à chaque instant qui passe. ? grandit même maintenant que je suis en train de vous parler.» Manuel de survie, Critique de la passivité Giorgio Cesarano 1974

0 Je ne suis pas «moi», moi.
1 La critique est le paradoxe qui fait, en la montrant possible, se saisir la praxis de ce qui la rend vraie, et dévoile son impossibilité manifeste d'être dans l'ordre du discours.
1.1 La critique est la négation du discours pratiquée, avec ses moyens contre ses fins.»
hors marges
Giorgio Cesarano 

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

Jacques Camatte a-t-il été compris par ses critiques post-prolétariennes ?

les penseurs post-prolétariens critiquant Camatte, particulièrement Théorie Communiste, ont beaucoup insisté sur sa formule, il est vrai ambigüe, de «quitter le monde», mais l'accusent d'abandonner purement et simplement la perspective révolutionnaire d'abolition du capital. En voient-ils la preuve dans cette autre peu claire : «l'échappement du capital». Ils font comme si... 

tout en considérant que les débats sur la valeur ont pris un coup de vieux, j'avoue mon incompétence pour rentrer dans ces considérations théoriques, et je me demande bien jusqu'où peut aller Astarian sur l'abolition de la valeur mise au centre de la problématique de l'abolition du capital par la communisation

toujours est-il que traiter Camatte en chien crevé est un coup bas de plus au compte de qui se sera distingué pour éliminer la concurrence théorique et se présenter comme la théorie adéquate à son temps. Qu'ils courent après leurs ombres, il n'y a plus de soleil communisateur à l'horizon. La structure s'est coincée la bulle dans la totalité de leurs cervelles

ils nous diront encore que ni Camatte, ni moi ne « produisons théoriquement la révolution», alors qu'eux ne le font que dans leur fantasme, en comblant leur manque d'un raisonnement par l'absurde, comment le prolétariat n'ayant plus d'identité de classe va-t-il s'auto-abolir en la recréant dans l'unité le moment venu... ils n'ont en main qu'une utopie négative, une religion communiste

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 De Chirico Architecture métaphysique 1915-20 ?

or il n'y a pas à se perdre en théorisations, conjectures et conjonctures, mais à savoir ce que nous pouvons faire ici et maintenant pour rendre possible une issue communiste au capitalisme

c'est au présent que je parle de combat communiste, de mener la lutte initiale en dépassant notre passivité, et parce que nous n'avons pas d'autre choix, de faire comme si elle pouvait mener à la révolution

aujourd'hui, je trouve dans la pensée de Jacques Camatte, sans équivalent par sa profondeur de champ, de quoi nourrir mon questionnement inscrit dans la perspective communiste > le CAPITAL CONTRE le VIVANT, la RÉVOLUTION POUR la VIE

n'est-elle que de hasard, cette convergence ancienne avec Giorgio Cesarano, poète et critique communiste ?

quant à l'auto-subjectivivation d'un sujet révolutionnaire, nous revoilà au cœur de notre lutte initiale

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

éclairages Jacques Camatte et la revue Invariance / Quarante ans plus tard, retour sur la revue Invariance, Temps Critiques novembre 2012

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

 

l'écart, tel quel : les mots sont importants

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 une cuillère pour papa LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 une cuillère pour maman...

... ça n'a rien à voir !

les écarts entre riches et pauvres dans les grandes villes canadiennes Hufington Post 24 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 première mesure révolutionnaire (avant Hazan) LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Avant Adam (Jack London)

'Découvrir le temps des premiers hommes sous la plume et par l’imaginaire de Jack London est une aventure en soi. Vivre, racontée par le père de Buck, héros de L’Appel sauvage, une saison en compagnie d’un jeune adolescent préhistorique, entraîne dans un monde sans pitié où ne survivent que les forts. Chassé du nid par un mâle dominant, contraint à l’exil, tantôt chasseur, tantôt gibier, dormant au plus haut des arbres ou dans des failles rocheuses inaccessibles aux grands fauves, amoureux aussi et découvrant l’amitié, l’exil, le froid et la loi du clan, le gamin du Paléolithique ignore les projets mais s’amuse pourtant. Un jour à la fois... Publié en 1907, quatre ans avant La Guerre du feu, Avant Adam est un inoubliable roman dédié à nos ancêtres''

Jack London, 1906, Ce que la vie signifie pour moi « Je suis né dans la classe ouvrière. Très tôt, j ai découvert l'enthousiasme, l'ambition, les idéaux; et les satisfaire devint le problème de mon enfance. Mon environnement était primitif, dur et fruste. Je ne voyais nul horizon, seulement de bas en haut. Ma place dans la société était tout en bas. Là, la vie n'offrait que laideur et misère, aussi bien pour la chair que pour l'esprit. Car la chair et l'esprit y étaient pareillement affamés et tourmentés.

Au-dessus de moi s'élevait l'édifice colossal de la société, et à mes yeux la seule façon de m'en sortir était par le haut. Alors, j'ai résolu très tôt d'escalader cet édifice. Aux étages supérieurs, les hommes portaient des costumes noirs et des chemises impeccables, les femmes étaient habillées de robes somptueuses. Et il y avait des bonnes choses à manger, et beaucoup. Ça, c'était pour la chair. Et puis il y avait les choses de l'esprit.

Là, je suis content de travailler, la barre à mine à la main, épaule contre épaule avec les intellectuels, les idéalistes et les ouvriers qui ont une conscience de classe – et nous donnons de temps en temps un bon coup de barre à mine pour ébranler tout l'édifice. Un jour, lorsque nous aurons un peu plus de bras et de barres à mine, nous le renverserons, lui et toute sa pourriture et ses morts non enterrés, son monstrueux égoïsme et son matérialisme abruti. Puis nous nettoierons la cave et construirons une nouvelle habitation pour l'humanité »

la classe moyenne doit hypotéquer son avenir « Les salaires des travailleurs de la classe moyenne ont stagné entre 1993 et 2007 », indique-t-on dans le rapport en référence à la période étudiée par les experts gouvernementaux. « Les familles de la classe moyenne sont de plus en plus vulnérables aux chocs financiers. »

« Le marché ne récompense pas suffisamment les familles de la classe moyenne. En conséquence, la croissance de leurs revenus est de plus en plus limitée » par rapport aux familles aisées, expliquent les auteurs. Ils ajoutent que ces travailleurs obtiennent moins de soutien de la part du gouvernement en période de transition professionnelle, citant en exemple la baisse marquée de leurs prestations de chômage en comparaison avec d'autres groupes économiques. Il souligne également le taux d'endettement des familles de la classe moyenne, affirmant que plusieurs d'entre elles vivent au-dessus de leurs moyens et « hypothèquent leur avenir pour maintenir leur train de vie actuel ». À moyen terme, il est peu probable que les Canadiens de la classe moyenne atteignent des échelles salariales plus élevées, ce qui signifie que le « rêve canadien » est plus un mythe qu'une réalité », prévient-on dans le document.

Franklin Templeton inquiété par la crise ukrainienne Les Échos 24 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 le capitalisme cognitif

Le gérant britannique détient près d'un tiers des obligations souveraines du pays émises en dollars. Est-ce le début d'une contagion ? La crise en Ukraine donne quelques sueurs froides aux entreprises mais aussi aux gérants d'actifs qui ont investi massivement ces dernières années en Ukraine, pays jusqu'ici prometteur en termes de croissance économique. Les « spreads » (écarts de rendement avec le taux sans risque) ont bondi ces derniers jours sur les titres courts ukrainiens, avec sur certains papiers des « spreads » atteignant 34 % voire 42 % contre 6 % en moyenne en janvier. De même les « spreads » sur les obligations de plus long terme n'ont pas été épargnés.

Franklin Templeton est un habitué des positions importantes sur les pays émergents. Sa taille l'oblige parfois à des expositions considérables sur les émissions de pays relativement petits ou faiblement endettés, mais qui offrent des rémunérations intéressantes sur leurs obligations. Rien ne l'oblige en outre à vendre ses positions avant leur terme si aucune menace d'impayé ne se profile, rappelait vendredi un proche du groupe au « Financial Times ». Le quotidien britannique rappelle d'ailleurs que son gérant star, Mark Mobius, a d'ailleurs insisté récemment pour dire que l'Ukraine était« dans une situation économique idéale »avec des européens qui veulent l'aider d'un côté et des russes qui veulent aussi l'aider.

de la crise économique à la crise démocratique Éloi Laurent Le Monde 27 janvier

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 vote en touches ?LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

Cet écart entre le discours politique et l’expérience quotidienne des citoyens est un véritable poison pour la démocratie de part et d’autre de l’Atlantique. Il cristallise une incompréhension et une méfiance grandissantes entre les électeurs et leurs élus au sujet de la réalité économique et sociale. Il reflète un désaccord sur les faits, pas sur les opinions ou les convictions, désaccord qui ne peut être résolu par l’échange patient d’arguments raisonnables entre gens de bonne volonté. Il suggère qu’au delà même des très réelles stagnation économique et régression sociale que connaissent actuellement l’Europe et les Etats-Unis, c’est une crise démocratique silencieuse qui est en cours, dont les spasmes populistes ne forment que la surface : les citoyens et les politiques ne parlent plus la même langue et ne vivent plus le même monde

La crise économique et sociale, qui dure encore n’en doutons pas, ne pourra prendre fin que lorsqu’on prendra la juste mesure. L’alternative pour les responsables politiques consiste à poursuivre leur dialogue de sourd avec leurs électeurs au sujet des réalités économiques, sociales et écologiques, jusqu’au point où ces derniers renonceront pour de bon à les écouter

la crise économique aggrave les écarts de niveaux de vie Médiapart 11 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 antisémite ?

'as far as the East is from the West' Bible Psalm 103:11-14

Malheureux exilés, épave abandonnée
de ce peuple martyr qui fut toujours vaillant,
fils d'une mère esclave, sans cesse angoissée,
victimes d'un exploit sublime et émouvant :
en pays étranger, bannis de leurs foyers,
pâles et décharnés, dans un sombre taudis,
ils boivent et leurs cœurs gémissants sont blessés,
et chantent mais leurs chants sont de pleurs assouvis

Peyo Yavorov Arméniens 1901

Thaïlande : la crise politique s'éternise Europe 1 23 février

Venezuela : manif géante pour la paix après deux semaines de chaos Le Parisien 23 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

« Si nous perdons l'Ukraine, nous perdons la tête » Lénine Le Monde 23 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 l'overdose

 la Bulgarie pays le plus pauvre et le plus pollué d'Europe 7sur7 23 février

la demande et l'offre

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 lover dose

'Après un passage au FC Nantes, il évolue depuis 2012 dans le club ukrainien du Hoverla'

Intermarché de Nantes à l'Ukraine aller-retour avec Le Soir (Kroll), Ouest-France (Chaunu), et Presse-Océan (Damien Le Tellec)

23 février

'on n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans' pour mon fils, c'est le jour

On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
- Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
- On va sous les tilleuls verts de la promenade

Arthur Rimbaud Roman 29 septembre 1870


abolir le dualisme corps/esprit

 
Dexter Gordon: tenor saxophone, George Gruntz: piano, Guy Pedersen: bass, Daniel Humair: drums Belgique 1964

Ayant développé la spirale concernant la théorisation communiste, je la remonte au passé où l'on retrouve les sources de 'ce que l'Occident ne sait pas de l'Occident', mais d'un point de vue différent de Legendre

il s'agit d'abolir une séparation qui croit se dépasser alors qu'elle s'ignore et se reproduit dans sa prétention même

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

on se la traîne depuis plus de 25 siècles en Occident, et Pythagore, Democrite, Platon... le christianisme en rajoute une couche, Descartes une autre... et les Lumières n'en traversent pas l'épaisseur, qu'elles soient "matérialistes" ou "idéalistes". Hegel pose la cerise sur le gâtisme, et depuis les philosophes et autres "penseurs" se partagent le gâteau, pendant que Madame est en cuisine

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Descartes

Marx qui refuse la philosophie élabore en pratique une remarquable approche de la représentation, à laquelle la plupart de ses héritiers tournent le dos, abandonnant en route le projet communiste de faire la révolution

depuis, les marxistes' occidentaux pensent, qui l'émancipation, qui la communisation... du monde entier

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

en Chine depuis la haute antiquité, la dualité est pensée en Yin et Yang, un faux dualisme qui structurent le taoïsme, le confucianisme... et d'une certaine façon le concept de contradiction mâtiné de marxisme de Mao Tsé Tung source

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

en Inde à la fin du 8ème siècle de notre èere (chrétienne), Shankaracharya fonde l'«advaita», ou non-dualisme source

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

au Japon d'autres façon de penser la pensée apparaissent  exemple Shôbôgenzo

les Japonais sont habitués à une pensée démultipliée, le boudhisme zen et le shintoisme avec ses restes d'animisme se partageant sans conflit le territoire spirituel lié aux rythmes de la nature et aux événements de la vie, à quoi s'ajoute l'apport américain...

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

à l'Afrique, le dogme hégelien et occidental a dénié toute religion et morale et la moindre trace de l'«esprit objectif» source la philosophie africaine de la période pharaonique 2730-330 avant notre ère

quoi qu'il en soit le problème est certes historique, pour en finir avec le deux poids deux mesures des penseurs occidentaux, mais surtout présent, qui ne s'apprend pas dans les livres même bien choisis

l'affaire dépasse la dualité praxis/poiesis (Aristote) telle qu'on le découvre par le faire, pensé ou improvisé en shuntant la pensée, dont j'ai parlé quant au jazz, à la peinture, à l'écriture poétique... ou quant aux luttes théorisant leur propre activité

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Rivera Trotsky Breton

manifeste pour un art révolutionnaire indépendant 1938

on a prétendu pondre une «art révolutionnaire», les anti-staliniens plus près qu'ils ne pensaient du réalisme socialiste soviétique, mais là ce sont les gauchistes et les trotzkistes qui sont à l'œuvre, contre Aragon bataillant lui-même dans le PCF - il faudrait en finir avec les âneries sur le compte d'Aragon, la plupart de qui ne l'a pas lu et bêle son Houra l'Oural à qui veut bien le suivre : les gauchistes sont des moutons c'est bien connu

la poésie post-moderne à de rares mais belles expressions près s'est sclérosée en poésie de la pensée ou du sentir le nez bouché sur le social. N'importe quel intello s'improvise poète, n'y connaissant rien, le nez sur son nombril pondant des phrases sensées non-dire sa profondeur, et les autres d' aller de leurs «ça me parle». Pas étonnant, ils sont faits pour se comprendre, venant du même milieu et ne comptant pas en sortir, planqués dans leurs mirad'ors. Lisez leurs bio, regardez d'où ils sortent, et comment ils parlent fauxde «ceux d'en-bas»

«ceux d'en-bas» ne pensent ni ne parlent comme ça, mais n'en sont pas moins intelligents, et même cultivés, si l'on entend par là, d'une part la mémoire qu'ils tiennent d'où ils viennent, d'autre part l'expérience de leur propre vie

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Haïti

et là les penseurs d'en-haut peuvent aller se rhabiller dans leurs bouquineries

«nous» donner à comprendre = «nous» prendre pour des cons, tel est pris qui croirait comprendre

il n'y a rien à répondre, à discuter, à débattre, car rien n'est d'abord à comprendre... c'est comme ça

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

et tous ceux qui voudront seulement comprendre passeront à côté sans franchir le pas

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 

UN RIEN OBSCUR

« quand ils n'ont rien à dire, font semblant de dire quelque chose : alors c'est en poésie qu'ils le disent...» 
Aristote, Rhétorique III, 5, 1407 a 33-35

en mémoire de Henri Meschonnic

Circulez rien à voir

Quand là un obscur cire 
le sombre en profondeur

Que sombre dans le blanc 
la parole indicible

Du rien voici le rôle

Un poème-semblant 
passe pour difficile

Son effet pour valeur 
de vous fait l'imbécile

En voici la recette

On fait du poétHique 
puisqu'on est philopouet

L'époque étant au tic 
authentique fait bête

Rien obscurcit ce lien

La poésie de société 
son impensable a secrété

Ce monde de lui même 
ne peut faire un poème

Le poème au présent

Contre tout je suis si 
tout contre je suis ici

Je ne suis pas ailleurs un poème 
un poème d'ailleurs ça n'existe pas

13 décembre 2011 CRISE EN VERS

poète, encore un effort pour... être poètique

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 miroirs 1992 avec Jazz de Matisse, tressage 7 x 12

(J moins 298)

(Parfois, ici, je suis poète)

Dans LES BRAS DE PARIS 
FRANÇAIS DE LA BAGUETTE 
OÙ TOMBENT LES FILLES VERTES 
DE L’EXIL

Dans L’ALCOOL DES POITRINES
JUSQU’AU DERNIER BOUTON 
OÙ TON OR BLANC MONTE A LA TÊTE 
FRAGILE

Dans LE JOURNAL MA DROGUE 
MA VIGNE AUX PIEDS VIOLENTS
OÙ TOUT A L’ATOUT MAÎTRE  
À LA LIGNE

Je VIOLE LES ÉCHOS ET PILLE LES ÉTOILES 
AU TANGO LOIN 
DES VIOLENTS
 
Je me DONNE

(Je me pique à L’HUMANITÉ)  

LIVRE SANS NOM 1990 à Paul Verlaine Chanson d'automne

la poésie se puise mieux dans le journal que dans la tête

trouvaille en vrac à tract et patatrac la poésie

les poètes parfois devraient davantage «séparer la philosophie et le travail poétique». On n'écrit pas un poème avec des idées. La poésie ne sort pas davantage d'une idée que la peinture, la musique ou le communisme. Au lieu de mettre de la révolution dans leurs vers, ils feraient mieux de révolutionner leur langage poétique, c'est leur boulot de poète

ils ne sont pas émancipés des mots. Ils pensent lourd et trop

ils parlent de travail poétique mais n'ont pas travaillé assez. Ils poétisent les mots

où le rythme, le son, le chant, la prosodie ?

« Parlant du rythme, c’est de vous que je parle, c’est vous qui parlez, les problèmes du rythme sont les vôtres. La critique du rythme n’a pas de conclusion. Elle est ouverte sur l’historicité du langage, de la littérature, de la théorie.» Henri Meschonnic, Critique du Rythme

parler de la poésie c'est une chose, la faire une autre

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

par temps critiques, la poésie s'absente Jacques Guigou dit sa poésie Montpellier juillet 2011, «le style c'est l'homme», disait Buffon, mais le bouffon ?

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

« Boltanski distingue la « critique sociale » de la « critique artiste » qui insiste sur des aspects différents du capitalisme. La critique sociale dénonce l’exploitation et la misère sociale. La critique artiste insiste sur l'aliénation, la perte de sens et l’autoritarisme. Dans le mouvement communiste ou dans les luttes de Mai 68 ses deux critiques convergent. Mais le capitalisme parvient à récupérer des éléments de critique. Ainsi la lutte des classes contre l'exploitation et la critique de l'aliénation doivent être indissociables.

Les sociologues et théoriciens révolutionnaires professionnels doivent être critiqués à double titre. D’une part, ils apparaissent comme des professionnels de la pensée. Comme les bureaucrates syndicalistes ou les politiciens, ils se vivent comme une avant-garde qui doit guider les masses. Une pensée émancipatrice doit au contraire se construire sur une base égalitaire et anti-hiérarchique. D’autre part, avec les marxistes académiques, la pensée critique et la théorie révolutionnaire semble séparée de la pratique. Il s’agit simplement d’interpréter le monde, sans pour autant le transformer. La théorie n’est qu’un moment de la pratique. Comme l’indique Lautréamont pour la poésie, la théorie révolutionnaire doit être faite par tous. Non par un.» Luc Boltanski et la pensée critique

il n'y a pas de «pensée émancipatrice» sans agir émancipateur, pas deux moments mais un même mouvement. En 68 les deux pensées n'ont pas «convergé», elles étaient fondues, et les intellectuels qui avaient "dit leur temps", leur temps s'est fait avec ou sans voire contre, mais sans besoin d'eux. Leur influence est sur-évaluée dans l'histoire parce celle-ci n'est écrite que par leurs semblables, qui ainsi se reconnaissent pour en être et s'auto-valorisent. C'est pourquoi ils aiment tant les critiques de texte à texte, qui les classent comme sérieux : bouffons !

la question n'est pas de faire «converger» une supposée «critique sociale» et une prétendu «critique artiste». On les mène ensemble comme la vie : qui pense pour éplucher une orange, descendre un escalier, faire l'amour... se coupe le doigt, se casse la gueule et se fait virer pour absence

avec Tristan Cabral, la poésie est-elle un acte révolutionnaire ? RageMag 29 janvier 2014

des mots sans chaînes et sans verrous, sans barreaux, sans frontières,
sans calice, sans contrition, et sans tortures !
sans Dieu, sans Maître, sans Rédemption,
des mots à bout portant !
des mots qui déclouent toutes les mains,
des mots de fiançailles insensées avec les sources, avec le feu,
avec la mer, des mots de pain pour partager et de pierres
pour les lancer
à la figure des Assassins!

Mots de passe pour l'an 01

« Je n’ai jamais séparé la philosophie du travail poétique... les philosophes sont beaucoup plus malhonnêtes à certains égards !

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 mon corps est d'un autre âge mon sang d'une autre mer

Ceux qui l’ont séparée, comme Sartre, ont dit un peu n’importe quoi. Il m’a semblé qu’il n’y avait pas de contradictions entre Breton et Marx, que tout cela allait ensemble. La philosophie arrive tard, alors que la poésie était là, elle est sans âge. Elle ne vous quitte jamais alors qu’on peut se séparer plus facilement de la philosophie car elle est plus arbitraire : dans un poème, rien n’est arbitraire. Il n’y a que de l’essentiel – Bergson l’avait très bien compris.

Il n’y a pas de mensonge possible avec la poésie : chaque mot compte. En philosophie, on peut raconter beaucoup de choses, se contredire souvent, mais on n’imagine pas ajouter un mot à Une saison en Enfer ou aux textes de Michaux. Les poèmes, en eux-mêmes, sont absolus – ce qui arrive très rarement chez les philosophes, qui sont beaucoup plus malhonnêtes à certains égards !

j'habite les révoltes et les révolutions »

avec Martial Solal, trésor national de jazz

 Martial Solal à 80 ans avec jumeaux Moutin joue mêlé

« - Quels sont les sentiments, les images, que vous cherchez à faire passer ?
- Mon rêve serait de faire physiquement pleurer toute une salle, et tout de suite après, la faire rire aux larmes. Les grands comiques comme Chaplin ou Bourvil sont des gens qui savaient vous faire rire et pleurer. Les très grands font passer toute la gamme des sentiments.
»
la relation au public, le don aux auditeurs Patlotch 2002 Citizen Jazz février 1998

DOUTE EN TÊTE D'OUTRE MAÎTRE

Alexandre est mon mètre ou Comme en trois sonnets : 7 x 12 x 6 = 84 x 6 = 3 x 14 x 12

Laissant les jours dompter la mort qui les bascule 
en la nuit du labeur, de l'aube au crépuscule, 
les foules ont sombré sous les immeubles gris 
des voitures épris, la vêture assombrie 
par les revers du temps, et la couleur se brise 
en triste sort glissant sous les yeux dans la crise...

Les bruits nous font durable ce silence aussi 
profond qu'un fracas de torrent soudain grossi 
par le dément des maux, ce déluge au débord 
infini de non-sens cumulable, à l'abord 
si précis du monde toujours nouveau d'un crime 
passionnable en série bétonnée vers l'abîme...

Et nous voilà prières, suspendus odieux, 
en sermons policés d'inouïs doux adieux 
que n'entendit jamais, depuis son vivre encore 
tout-à-l'heure, demain, l'an prochain de son corps, 
de plaisirs à douleurs, cet enfant interdit, 
ce garçon, cette fille à la gaieté verdie ...

Alors j'écris sur l'avenir sa feuille de déroute 
où je pleure d'une encre indélébile un doute 
absolu et certain, où rien répond de tout, 
à mon tour, à ma place, ou de tel autre itou... 
Nous sommes tous le même, allant par maintes foires 
s'étaler de savoir mais de son maître ignare...

Pourtant combien parfois le soleil nous a pris, 
nous apprit à s'éprendre, tendrement et sans prix 
et du soir au matin et de dons les mains pleines, 
comment on ne sait plus, ça ne vaut pas les peines 
arracher de l'oubli, mieux cuire l'inconnu 
que tenir le malheur comme déjà venu...

L'avenir me poursuit, police du présent 
à mes basques, et moi voleur de tout mon temps 
perdu à fuir pour fuir, pour aller nulle part 
dire être ailleurs, improbable chant du départ 
échoué dans les gorges du trac, patatras, 
prince d'échecs, à la nasse en déchet extra

Ordinaire travail à l'insu bordel né 
des sons d'impur génie, son sang d'avant donné 
pour un sucre trempé dans la chartreuse verte 
de peur que la souris s'en saoule - elle est experte, 
dit la chanson. L'escargot est un chaud lapin. 
Il faut le croire et manger cru. Avec du pain.

20 mars 2012 Temps basculés

re-création : ouvrir l'œil

What is contemporary Arab Art ?

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Mona Hatoum    LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Mounir Fatmi

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Tarek Al Ghoussein LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014  Kader Attia 

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Arwa Abouon LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Adel Abidin

'la démocratie comme despotisme' Alexis de Tocqueville

De la démocratie en Amérique II 1840 « L'égalité produit, en effet, deux tendances : l'une mène directement les hommes à l'indépendance et peut les pousser tout à coup jusqu'à l'anarchie ; l'autre les conduit par un chemin plus long, plus secret, mais plus sûr, vers la servitude.

Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s’accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c’est au pouvoir national qu’ils la livrent. Cela ne me suffit point. La nature du maître m’importe bien moins que l’obéissance.

Nos contemporains sont incessamment travaillés par deux passions ennemies : ils sentent le besoin d’être conduits et l’envie de rester libres. Ne pouvant détruire ni l’un ni l’autre de ces instincts contraires, ils s’efforcent de les satisfaire à la fois tous les deux. Ils imaginent un pouvoir unique, tutélaire, tout-puissant, mais élu par les citoyens. Ils combinent la centralisation et la souveraineté du peuple. Cela leur donne quelque relâche. Ils se consolent d’être en tutelle, en songeant qu’ils ont eux-mêmes choisi leurs tuteurs. Chaque individu souffre qu’on l’attache, parce qu’il voit que ce n’est pas un homme ni une classe, mais le peuple lui-même, qui tient le bout de la chaîne.

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 c'était le bon temps 

Je pense donc que l’espèce d’oppression, dont les peuples démocratiques sont me­na­cés ne ressemblera à rien de ce qui l’a précédée dans le monde. [...] Je cherche en vain moi-même une expression qui reproduise exactement l’idée que je m’en forme et la renferme ; les anciens mots de despotisme et de tyrannie ne conviennent point. La chose est nou­velle, il faut donc tâcher de la définir, puisque je ne peux la nommer.
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l’espèce humaine ; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d’eux, mais il ne les voit pas ; il les touche et ne les sent point ; il n’existe qu’en lui-même et pour lui seul, et, s’il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu’il n’a plus de patrie.

Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. il est absolu, détaillé, régulier, pré­voyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance ; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur ; mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages, que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ?

C’est ainsi que tous les jours il rend moins utile et plus rare l’emploi du libre arbitre ; qu’il renferme l’action de la volonté dans un plus petit espace, et dérobe peu à peu à chaque citoyen jusqu’à l’usage de lui-même. L’égalité a préparé les hommes à tou­tes ces choses : elle les a disposés à les souffrir et souvent même à les regarder comme un bienfait.»

la ploutocracie capitaliste vers l'esclavage démocratique

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 elle est Babel la vie ?

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014  The Plutocrats' Plan To Enslave Humanity

La nouvelle ploutocratie née de la mondialisation Samir Amin Marianne 1er septembre 2008

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

'Ceux qui se mettent en lumière finissent inévitablement par parler au nom des autres'  In Limine 15 décembre 2013

l'anonymat l'Anonimato Indymedia Athènes 31 août 2013

L'anonymat élimine le droit de propriété de l'auteur sur ce qu'il a fait, dépersonnalise l'action en la libérant de la particularité humaine qui l'a commise. Ce faisant, il permet que l'action devienne potentiellement un acte pluriel. L'action anonyme n'a pas de propriétaires, n'a pas de maîtres, n'appartient à personne. Cela signifie qu'elle appartient à tous ceux qui la partage.

 

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Potlatch ?

«...Autant le désir d'attaquer l'ennemi est humain, spontané, naturel et immédiat, autant est artificielle et calculée l'impulsion de faire de la propagande dessus, d'en assumer la paternité, de s'en attribuer le mérite. Aux yeux de qui ? Si les auteurs d'une action se mettent en avant, c'est parce qu'ils veulent être reconnus, parce qu'ils veulent de distinguer, c'est-à-dire parce qu'ils veulent être admirés et suivis. Là commence le spectacle, là s'ouvre le bureau de recrutement. Ceux qui se mettent en lumière finissent inévitablement par parler au nom des autres. Il ne peut en être autrement, parce que c'est sur eux que les projecteurs sont braqués, c'est à eux qu'on passe le micro. Les autres, s'ils ne veulent pas se sentir utilisés, seront obligés de faire à leur tour un pas en avant ; les uns pour suivre les traces des premiers, les autres pour s'en distancier. La fin de l'anonymat marque la fin de l'égalité, le début de la représentation... » (Extrait du texte L'anonymat de l'italien à partir d'Indymedia Athènes, 31 août 2013)

le rang ne se mesure qu'à sa limite

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Adel Abidin

Il y a d'une part l'impulsion à se dépasser soi-même, à engager le combat pour une cause, à « mettre sa vie en jeu » de telle façon qu'elle s'intègre « naturellement » dans le jeu du monde. Il y a d'autre part une double possibilité de le faire : en étant lucide envers sa propre individualité afin d'espérer « l'horreur » de la dépasser et d'en asseoir une nouvelle sur l'oubli qu'elle inspire alors (et l'individualité - activité - est une porte par laquelle s'engouffre la vie), ou bien de ne rester que l'individu du jeu qui s'approprie la gloire et, croit-on la puissance, afin de n'être que trop soi-même au travers des autres (et l'individualité - réactivité - est cette certitude dans laquelle s'enferme la vie). De cette seconde possibilité s'envisage le « rang » comme ce qui réintroduit sempiternellement l'individu au sein du labyrinthe et l'affaiblit inévitablement.

 théorie du Potlatch Georges Bataille La part maudite 1967

22 février

au-delà d'un colloque : le communisme de laboratoire

sonnons les matines

quand le capital se repose histoire
d'enfiler
aux luttes de classe un suppositoire

leur penser
pour nous, pauvres et vilains
frêles frères Jacques, nous endort trop bien
 

sonnons-les mutins

Frères Jacques, Traditionnel French Song

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Jacqueries

'La force des idées au service de l'émancipation' (sic) l'Humanité 18 février 2014

c'est pas mon faute, ces braveux cocos n'en ratent pas une :

Le colloque international organisé par le réseau Penser l’émancipation et le laboratoire Sophiapol se déroule à partir de ce mercredi dans les locaux de l’université de Paris-Ouest-Nanterre. Quatre plénières rythmeront les quatre journées d’interventions :
- «Au-delà du capitalisme», avec Bernard Friot, Éric Hazan, Frédéric Lordon et Alberto Toscano, mercredi 19 février
- «Utopies critiques», avec Moishe Postone, Étienne Balibar et Jacques Bidet, jeudi 20 février
- «Au-delà du patriarcat» avec Joan Scott, Selma James et Sara Farris, vendredi 21 février
- «Au-delà de l’impérialisme», avec Gilbert Achcar, Houria Bouteldja et Richard Seymour, samedi 22 février

labo Sophiatol, ça sonne un peu pharmaceutique, trouvez pas ?
mais pas de hasard car chez les lAchcards Hazan il est là !

en-deça d'au-delà sens dessus-dessous 
hélas par ces temps las d'autres vont penser la communisation (re-sic ?)

pour Marx, le communisme n'est pas une idée, mais pour ces marxistes ?

leçon d'histoire du temps présent, passé et à venir

Déclaration sur la situation en Ukraine du Syndicat Autonome des Travailleurs de Kiev 19 février 2014, ICO 22 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 chat alors !

ICO pas à mon programme de thé ouvrier, mais il est vrai que ce texte éclaire non seulement la situation en Ukraine mais aussi les positions 'surréalistes' de l'extrême gauche française 'marxiste' ou 'anarchiste'. Recoupant les éléments d'histoire ci-dessous, le point de vue d'ICO :

« Sans forcément en partager tous les points, ce texte nous semble intéressant pour tenter de comprendre la situation politique en Ukraine, alors qu’une bonne partie de l’extrême-gauche occidentale soit développe des théories dignes de celles des staliniens pendant la guerre froide, favorables au régime ukrainien actuel et à Poutine, soit fait preuve d’un optimisme démesuré en saluant une "révolution démocratique" alors qu’on ne voit aucune intervention de la classe ouvrière en tant que telle »

situation compliquée même en réception française, puisque nécessitant une critique sur les deux fronts, étatiste et démocratiste de gauche 'radicale', le double héritage proudhonien français anarcho- et nationalo-coco, l'illusion tenace que la politique détermine l'économie...

'Maidan and its Contradictions' Interview with an Ukrainian Revolutionnary Syndicalist   Prátelé Komunizace 19 février 2014

'Plameni vody, ved' mê až k mori ohnê'

Flamme d’eau
guide-moi
jusqu’à la mer de feu

André Breton

une traduction française de cette interview consistante serait bienvenue

le dit Parti Communiste Ukrainien soutient Poutine et la répression d'État, et le PCF soutient le PCU au nom de la 'légitime' démocratie...

« Ukraine, sortir de l'ornière :  Le PCF exprime sa vive préoccupation à propos de l'évolution de la situation en Ukraine. Après les incidents dramatiques qui ont fait plusieurs victimes, il appelle les autorités du pays légitimement élues à faire prévaloir la voie du dialogue et non celle de la répression, et le fonctionnement normal des institutions face aux tentatives de déstabilisation, opérées notamment par l'extrême-droite ultranationaliste, qui risquent d'entraîner le pays dans une dramatique escalade de la confrontation et entraîner l'éclatement du pays.

Les questions cruciales qui sont posées aux Ukrainiens, comme celle du choix de l'intégration régionale de leur pays et de ses liens avec l'UE et la Fédération de Russie, relèvent d'abord des institutions représentatives du peuple ukrainien, comme du dialogue entre celles-ci et les institutions européennes et celles de la Fédération de Russie. Nous soutenons en ce sens la démarche des communistes ukrainiens de soumettre ses questions, qui engagent la souveraineté de leur pays, au référendum populaire

... au nom de la démocratie, certains 'communistes' français sont déjà et seront contre les miséreux révoltés un débat significatif dans l'Humanité

ceux qui croient sauver la démocratie capitaliste de l'extrême-droite  auront une démocratie de droite extrême adéquate à la gestion du capital

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 réalités en noir et blanc LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 rouge paire et gagne

voici donc la réponse aux questions ci-dessous à propos de Lénine, qui n'est pas qu'une statue figée du passé, mais symbolise au présent l'attitude anti-sociale et policière, dans la continuité du stalinisme, du Parti Communiste Ukrainien (PCU) qui a voté pour la répression et condamné la protestation comme étant soutenue par l'étranger afin de déstabiliser l'Ukraine

ce dernier point est également vrai, dans la mesure où l'Europe et l'Occident soutiennent l'opposition politique, pour leurs intérêts d'être présent et influents politiquement dans la région, autant qu'en termes de concurrence de marchés économiques pour l'exportation. Mais pas plus que cela ne justifie la répression d'État, pas plus la population ukrainienne n'est contrainte de choisir son camp entre frères ennemis du capitalisme international, partis communistes anciens ou nouveaux compris

de tous ceux-là les Ukrainiens et les autres n'ont à attendre que des mauvais coups

Open Letter to the European Left  Autonomous Workers Union Kyiv 18 janvier 2014

Extraits traduction mienne... « Non seulement la représentation communiste a voté unanimement la répression, mais le site officiel du Parti Communiste Ukrainien présente du matériel condamnant les récentes protestations, comme étant inspirées par l'idée de déstabiliser l'Ukraine.

Il est vrai que des anti-communistes notoires ont joué un rôle significatif à Maidan, mais cet anti-communisme est dû le plus souvent à la position arrogante du Parti communiste lui-même. Ce n'est pas la première fois que le CPU essaye de déligitimer la protestation civile et adopte une attitude conservatrice. De plus, dans le pays qui a souffert de pertes catastrophique causées par la faim et la répression sous le régime stalinien, le CPU a refusé de condamner l'action des dirigeants de l'URSS et l'a même excusée, ce qui a rendu les idées socialistes moins populaires dans notre pays.

C'est pourquoi nous souhaitons que la gauche partout dans le monde, et particulièrement en Europe, rompe toute relation avec le Parti Communiste d'Ukraine et condamne ses actions.

Nous estimons qu'un parti qui traite les soulèvements populaires avec une haine flagrante, un parti qui s'exprime contre l'«incitation à la discorde sociale», ne peut plus être appelé 'communiste' ou 'de gauche', et n'a plus de «communiste» que le nom » 

la Commune à l'assaut du ciel ?

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 a eu lieu à Paris LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 n'aura pas été d'avoir eu lieu à Kiev

LP Le Chant du Monde 1971

les révoltés de Kiev n'ont pas eu tort plus que les Communard·e·s de Paris convoqué·e·s plus bas, mais celleux-ci ont tenu la ville 72 jours et celleux-là pas un

ce qui était intenable dans le contexte national d'alors le serait-il dans celui mondial d'aujourd'hui ?

« Il faut rêver mais sérieusement » disait Lénine, les pieds sur terre et la tête sur les épaules, pas dans les nuages d'une 'révolution' portée par la nuée d'une guerre sociale aujourd'hui mondiale, où en prenant ses rêves théorisés pour la réalité du moment présent

variations sur un symbole déchu : 'Vive le luxe' ?

quels sont ces Lénine, celui de 1905 ? d'Octobre 17 ? de 1921 ? Staline en 1956 ? en larmes 1968 ? brisé en 1989-90 ? ravalé en 2011 ? décapité en 2013 ? abattu en 2014 ?

que représente Lenine pour les Ukrainiens 25 ans après l'effondrement du «socialisme réel» ?
sinon l'État policier et la misère d'un capitalisme qui ne se pare plus, comme en Chine, du nom de communisme

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014  Budapest 1956 les bottes de Staline LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Prague 1968

1990... LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Berlin... LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Bucarest  LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Russie Krasnoyarsk anniversaire 2011

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Ukraine 2013 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Kiev février 2014

8-9 décembre Parc des Cheminots Svoboda

à qui profite la chute ? quelle sera la nouvelle idole ? et comment mettrons-nous à bas le veau d'or ?

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Wall Street LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 la structure descendue dans la rue ?

Serbie 2008

une de mes peintures, en 1989, représente une statue de Lénine à l'envers, la tête en bas, et ces mots du journal incrustés : « Vive le luxe !»

que ne pas faire pour faire ? dans le communisme comme combat : réflexions et luttes pour la révolution

il y a des tâches communistes immédiates dans une lutte initiale sans autre finalité que produire en actes le dépassement du capital

le 'démocratisme radical' n'a pas dit son dernier mot / le 'courant communisateur' a du plomb dans l'aile
la nécessité d'un mouvement social communiste international / le communisme en réseau

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 écho logique mais non au recyclage

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 et non à l'insémination artificielle

non à la lutte désarmante

 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 oui au communisme en réseau

la banque d'images avec accès direct aux rubriques est mise à jour

« Que ce soit par héritage, par choix ou par pur hasard, on trouve quelque chose qui nous convient - amasser de l'argent, jouer du piano jazz ou aider les autres, peu importe - et on s'y accroche, on s'y donne à fond. Le problème, c'est qu'au bout d'un moment, pour bon nombre d'entre nous, ça ne marche plus. Ceux qui le remarquent ont une fenêtre, une issue. Les autres, ceux qui n'ont rien remarqué, qui continuent à se donner, se retrouvent enfermés dans ce processus comme sous une élytre. Il les use. » James Sallis, Salt River, Gallimard Noire, p.54

franchir LES pas vers une conjoncture révolutionnaire mondiale dans le communisme comme combat : réflexions et luttes pour la révolution

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 l'horizon c'est ce qui recule quand on avance

reformulation et terminologie

pour faciliter la compréhension commune (de qui ?), je reprends la terminologie 'conceptuelle' de Théorie Communiste (TC). La conjoncture est le moment où se défont les rapports sociaux capitalistes dans 'l'activité de crise du prolétariat' (Astarian Hic Salta). Le concept de 'conjoncture' est élaboré en 2010 par TC à l'occasion de la crise grecque, événement local prenant un sens mondial dans le contexte global

'Franchir le pas' selon TC peut s'entendre soit au niveau théorique d'accepter son schéma, soit au niveau concret, dans le processus de communisation engagé au niveau mondial : franchissement des 'limites' auxquelles le prolétariat est confronté pour ne plus l'être, et doit abolir pour ça le capital et ce qui va avec

ce schéma abstrait ne donne aucune indication du passage de 'conjonctures' locales à une conjoncture révolutionnaire mondiale. On n'a pas avancé d'un iota. Si ce n'est une impasse théorique, ça peut être juste mais ça n'apporte rien, comme je l'ai fait observer dans pour en finir avec mon communisme-théorique juin 2012

l'idée de la constitution du sujet révolutionnaire à chaud, dans le moment même de déclenchement du processus communisateur, qui plus est dans une sorte d'utopie négative, « le dos au mur » hic salta... sans savoir où aller ni comment, cette idée est une vue de l'esprit pour combler un manque. Elle n'est pas idéaliste en elle-même, cependant...

chaque conjoncture locale produisant d'ici là un 'écart' est vouée à la défaite, la situation étant, du fait même que c'est « un événement mondial » reprise en main à ce niveau par le Capital et ses États quels qu'ils soient, assurant la police de leur monde globalisé, 'capitalisé' comme dit Temps Critiques. Les oppositions d'intérêts immédiats sont multipliées et exacerbées sans qu'aucune piste ne se dégage de connections concrètes (d'unification) au-delà d'une vague solidarité internationale de paroles qui ne coûtent pas chères

leçon ukrainienne à chaud

la situation en Ukraine le confirme, les émeutes anti-État n'aboutissent qu'à une reprise en main de l'ordre international capitaliste, les manifestants étant bernés dans le jeu concurrentiel des grandes puissances pour conserver leurs pouvoirs et leurs avoirs (ici la Russie de Poutine alliée du pouvoir ukrainien actuel) la région en cause politiquement et économiquement : la volonté politique de l'opposition ukrainienne de rallier l'Europe et l'Occident (cf 'accords de Munich' 1er février 2014) doit affronter le fait que l'essentiel des échanges commerciaux de l'Ukraine sont à l'Est, comme on disait des missiles naguère

attaquer l'État en sa police (commissariats, bâtiments institutionnels...) ne menace pas le capital mondial, et participe simplement au rééquilibrage permanent des forces du capital dans sa restructuration en crise. Rien n'indique jusque-là le moindre dépassement de ce stade

dans la période actuelle, toute attaque d'un État sur ce mode est vouée à l'échec. On peut en tirer ce qu'on veut sur la limite des luttes suicidaires, mais un suicide ne coûte pas leur vie aux théoriciens ni aux anarchistes soutenant de loin « la révolution à la vie-à la mort »

la constitution préalable d'un sujet révolutionnaire sera incontournable

Negri a eu la prescience de cette nécessité dans Multitude, «le sujet constituant», mais sur une base erronée, le « Capitalisme cognitif », dans une lecture dés-historisée des Grundrisse et sur-interprétant Marx...

j'ai suggéré précédemment que des limites sont d'abord à franchir pour dépasser la fragmentation identitaire du sujet virtuel (disons le 'prolétariat' par commodité et pour la satisfaction du marxiste en nous)

c'est à mon sens la problématique de l'heure, les réponses étant à trouver et promouvoir par les communistes dans les luttes en question, ce qui leur confère une tâche immédiate claire, non un projet ambigü courant après un sujet fantasmatique en toc

ce sont autant de pas à franchir avant d'envisager comme possible de faire le grand saut. Hic Salta ? On verra...

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 que d'eaux que d'os

21 février

vers un en-commun révolutionnant : ainsi s'éclaircit le dessein dans le communisme comme combat : réflexions et luttes pour la révolution

« Ils sont le sel de la Diversité. Ils ont dépassé les limites et les frontières, ils mélangent les langages, ils déménagent les langues, ils transbahutent, ils tombent dans la folie du monde, on les refoule et les exclut de la puissance du Territoire mais, ils sont la terre elle-même, ils vont au-devant de nous, ils voient, loin devant, ce point fixe qu'il faudra dépasser une fois encore.»
Édouard Glissant,
Tout-Monde - le Roman pas le Traité - 1995

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

nous vivons le temps des rebouclements critiques dans le bouclage historique accompli sous nos yeux par le capital dans sa crise :
c'est le moment présent du capitalisme et des luttes contre lui en son sein

chemin faisant, je fais appel à des pensées de notre époque contemporaine dont certaines ne s'inscrivent pas dans la tradition communiste ou révolutionnaires, ne s'inscrivent pas 'à gauche', ni nécessairement 'à droite' ((Pierre LegendreJean-Pierre Le Goff...)

il est de les faire mariner ensemble, à la façon dont est née ladite 'Salsa', qui n'est pas ainsi nommée à Cuba (Son, Casino...) et alentours (Cumbia en Colombie...) : racines musicales cubaines populaires ou savantes elles-mêmes extrêmement variées (La musique à Cuba, Alejo Carpentier), jazz d'avant-guerre ou be-bop (Dizzy Gillespie -Chano Pozzo), etc.

après avoir critiquer en largeurs et profondeurs l'auto-étiquetage militant des partis et organisations communistes ou anarchistes, après avoir critiquer en largeurs et profondeurs l'auto-étiquetage militant des partis et organisations communistes ou anarchistes (14 février), le théorisme conceptuel et le sectarisme pratique de Théorie Communiste et d'autres, rien n'empêche d'en retenir les éléments féconds, rien n'empêche d'en retenir les éléments féconds

rien n'empêche de constater ces impasses comme le fait Endnotes, déclenchant d'autres critiques américaines

rien n'empêche de revenir à Marx pour le dépasser comme le fait Silvia Federici (Caliban et la sorcière)

rien n'empêche de retenir des éléments critiques d'intellectuels prenant partie pour le communisme (Slavoj Zizek, Toni Negri...)

rien n'oblige ni à les approuver en tout, ni à les récupérer en déformant ce qui se présente comme un corpus autonome et cohérent

rien n'empêche de lire ou relire Jacques Camatte, ce que je dois entreprendre plus sérieusement

rien n'empêche de penser par soi-même avec tout ça

mon projet n'est pas d'en faire la synthèse, ni de les faire converger à leur insu vers une pensée globale tenant le tout de la révolution à faire, et donc à préparer

dans cette histoire, je me considère tout sauf un ficeleur de paquet-cadeau théorico-pratique, peut-être comme un passeur, un traverseur clandestin de frontières non tracées mais réelles

elle ne se préparera pas en colloque de sommités universitaires ou politiques de la gauche radicale anti-capitaliste. Le Colloque de Nanterre, Penser l'émancipation, se caractérise fondamentalement, même s'il ne le dit pas, par son extériorité à un « sujet politique » ou « sujet révolutionnaire » qui n'est pas a priori convié à ces débats

le «sujet révolutionnaire» certes et pour cause n'existe pas, mais on voit bien qu'en seront les éléments constituants « ceux d'en-bas », du fait qu'ils sont engagés pour survivre dans des luttes à la vie-à la mort contre le capital, n'ayant eux que leurs chaînes à perdre : l'argent, le pouvoir, le riche, le propriétaire, l'homme, le Blanc... qui les exploite ou les domine

il s'agit donc de renverser la perspective en se plaçant résolument du point de vue de ce sujet révolutionnaire, de ce «nous» à constituer en puissance contre le capital, en dépassant les limites internes qui lui interdisent une identité commune, qu'on la nomme prolétariat ou communauté humaine étant de moindre importance, du fait que s'y ajoute désormais le problème qui n'est plus seulement interne à l'humanité de sa survie sur terre

mais en aucune manière il s'agit d'organiser à court ou myen termes des nième États Généreux du Communisme, dont on sait par avance qui ils réunissent et ce qui n'en sort pas

et si je convoque les artistes, poètes et musicien·ne·s, ce n'est pas pour la décoration, ni par ma supposée «prétention à poétiser la révolution»*   L'art peut être un ferment subjectivant d'en-commun, à condition de ne pas se prétendre révolutionnaire par lui-même. Rimbaud n'a jamais entendu poétiser la Commune, Eugène Potier en faire une chanson, ni Courbet la dé-peindre. Ils en étaient de toutes leurs armes, point.

* comme l'a entendu Jacques Guigou, Poétiques révolutionnaires et poésie, aurais-je été confus ? ma critique de toute prétention à un art révolutionnaire est claire depuis celle de Free-Jazz Black Power, ce «gauchisme esthétique» (Plaisance 1971, Patlotch 2002), critique prétendue marxiste. J'ai posé dans ma poésie le problème de tremper le poème dans le cambouis révolutionnaire, ce qui est sensiblement différent, que j'y sois parvenu ou pas. De ce point de vue, je suis avec les poètes qui l'ont tenté depuis Villon, hormis quelques dérives, précisément quand ils abandonnent le champ poétique et le chant du poème pour la propagande à bouts rimés. On ne l'évite pas en parlant d'autre chose, qui serait par nature plus poétique, d'un mystérieux qui cache mal son creux derrière son esprit de sérieux. Car parfois, il faut bien s'amuser...

ce projet prolonge et élargit celui formulé dans le primat des luttes 'théorisantes' sur la théorie : inverser la perspective

'la négation post-totalitaire de la démocratie' Jean-Pierre Le Goff 1982

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 vous en reprendrez bien un peu  ?

« La thèse du livre rejoint celle de Pierre Legendre [voir choisir son camp 18 février] qui voit dans le retournement de l'anti-totalitarisme en nouveau "dogme anti-dogmatique" et  "norme anti-normative" la cause d'une nouvelle domination totale de la "non-pensée" unique et de la négation de la démocratie. Ce sont ces "représentations qui déstructurent le vivre ensemble" par crainte du totalitarisme que Jean-Pierre Le Goff appelle le phénomène constituant le point aveugle de nos démocraties, et qu'il interroge [...]»

mais le titre de l'article en lien (non signé ?) déforme la charge anti-démocratique de celui de Le Goff, et au-delà le lien indissoluble de la démocratie contemporaine et du mode de production capitaliste, une faiblesse commune à Legendre et Le Goff

nous vivons le temps des rebouclements critiques dans le bouclage historique accompli sous nos yeux par le capital dans sa crise : c'est le moment présent du capitalisme et des luttes contre lui en son sein

Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas

Aragon, La Rose et le Réséda 1943

c'est la raison pour laquelle il me faut remettre en scène toute l'histoire du capitalisme et des luttes révolutionnaires, et en selle tout ce qui constitue encore séparément, comme disait Marx en 1867 de son livre le Capital, « le plus terrible missile qui ait encore jamais été lancé à la face des bourgeois »

les accords de Munich : "tenant compte de l'arrangement déjà réalisé en principe..."

cocos anars français si vertueux
respirez l'air de nos campagnes
et sentez-vous merdeux
en attendant de nos compagnes
rougir le véloce sabbat

l'opposition politique ukrainienne avec le soutien de l'Occident

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014    LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 les accords de Munich, 1er février 2014

qui, par intérêts politico-économiques, a livré les manifestant·e·s ukrainien·ne·s à leur mort annoncée ? Poutine n'est pas seul à la manœuvre, et le Parti Communiste Ukrainien soutient la répression d'État (voir 22 février)

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

Parti communiste français pendant la "drôle de guerre" « À la Chambre des députés, avec seulement trois autres députés, les soixante douze communistes rejettent les accords [de Munich]. Les communistes sont persuadés que la France et le Royaume-Uni ont voulu détourner vers l'URSS les foudres hitlériennes. Jusqu'alors, les communistes français n'avaient pas de mal à concilier leur fidélité à l'URSS et l'antifascisme. Mais le 23 août 1939 , ils sont totalement pris au dépourvu en apprenant par la radio et les journaux la signature du Pacte germano-soviétique.[...] Daladier interdit la presse communiste le 26 août et dissout le Parti le 26 septembre...»

Les accords de Munich 29 septembre 1938

« Les quatre puissances : Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie, tenant compte de l'arrangement déjà réalisé en principe pour la cession à l'Allemagne des territoires des Allemands des Sudètes, sont convenues des dispositions et conditions suivantes [...] Chacune d'elles, par cet accord, s'engage à accomplir les démarches nécessaires pour en assurer l'exécution :

1. L'évacuation commencera le 1er octobre [1938]

2. Le Royaume-Uni, la France et l'Italie conviennent que l'évacuation du territoire en question devra être achevée le 10 octobre, sans qu'aucune des installations existantes ait été détruite. Le gouvernement tchécoslovaque aura la responsabilité d'effectuer cette évacuation sans qu'il en résulte aucun dommage aux dites installations.

3. Les conditions de cette évacuation seront déterminées dans le détail par une commission internationale, composée de représentants de l'Allemagne, du Royaume-Uni, de la France, de l'Italie et de la Tchécoslovaquie.

4. L'occupation progressive par les troupes du Reich des territoires à prédominance allemande commencera le 1er octobre. Les quatre zones indiquées sur la carte ci-jointe seront occupées par les troupes allemandes dans l'ordre suivant [...] Les autres territoires à prépondérance allemande seront déterminés par la commission internationale et occupés par les troupes allemandes d'ici au 10 octobre.

5. La commission internationale [...] déterminera les territoires où doit être effectué un plébiscite. Ces territoires seront occupés par des contingents internationaux jusqu'à l'achèvement du plébiscite. [...] Elle fixera, en outre, pour l'ouverture du plébiscite, une date qui ne pourra être postérieure à la fin du mois de novembre.

6. La fixation finale des frontières sera établie par la commission internationale. Cette commission aura compétence pour recommander aux quatre puissances : Allemagne, Royaume-Uni, France et Italie, dans certains cas exceptionnels, des modifications de portée restreinte à la détermination, strictement ethnologique, des zones transférables sans plébiscite.

7. Il existera un droit d'option permettant d'être inclus dans les territoires transférés ou d'en être exclu. [...] Une commission germano-tchécoslovaque [...] examinera les moyens de faciliter les échanges de populations et réglera les questions de principe que soulèveront lesdits échanges.

8. Le gouvernement tchécoslovaque libérera, dans un délai de quatre semaines à partir de la conclusion du présent accord, tous les Allemands des Sudètes des formations militaires ou de police auxquelles ils appartiennent, dans la mesure où ils désireront cette libération. Dans le même délai, le gouvernement tchécoslovaque libérera les prisonniers allemands des Sudètes qui accomplissent des peines pour délits politiques.

Munich, le 29 septembre 1938.

Le chancelier du Reich,
Adolf Hitler.

Le premier ministre du Royaume-Uni,
Neville Chamberlain.

Le président du Conseil français,
Édouard Daladier.

Le chef du gouvernement italien,
Benito Mussolini.»

les conseillistes ne furent pas les payeurs

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 68 année en fuite

Quand à la Sorbonne Cohn-Bendit le traite de "Vieux con", Aragon lui répond "C’est avec les jeunes cons que l’on fait les Vieux cons"

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 dépensés faisons table nase

vive la 'révolution' ukrainienne ?

On compense à Nanterre
C'est la faute aux cocos
On bêle libertaire
Hélas ya pas photo

'vive la révolution en Bosnie' 'Ukraine : la révolution ou la mort' le Jura libertaire 11 et 20 février

Lénine est tombé en Ukraine 21 février

On est laid à Nanterre,
C'est la faute à Voltaire,
Et bête à Palaiseau,
C'est la faute à Rousseau.

Joie est mon caractère,
C'est la faute à Voltaire,
Misère est mon trousseau,
C'est la faute à Rousseau.

Je suis tombé par terre,
C'est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C'est la faute à...

Victor Hugo Les Misérables 1862

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 voir anti-journal 15 février 

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 

Calais : Les fascistes se mobilisent contre les squatteurs Appel à la solidarité internationale Jura Libertaire 21 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014  LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 deuxième manche ?

des bourgeois décallés, les petits Blancs de la côte Nord

Pourtant pas de “migrants” dans la maison dont ils ont tenté ce matin d’enfoncer la porte, mais des citoyens de différents pays de l’Union européenne
De même que les deux vélos dont ils crevé les pneus hier appartiennent à un Breton et un Calaisien

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 première manche

en vérité le West Coast Jazz...

Mingus West Coast 1945-1949

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 West Coast Ghost 1958
Shafi Hadi (Alto Saxophone, Tenor Saxophone)
Dannie Richmond (Drums)
Bill Evans (Piano)
Jimmy Knepper (Trombone)
Clarence Shaw (Trumpet)

si on brûlait Nanterre ?

le ventre encor fait con des cocos en colloque
à Nanterre est en cloque
il pense aux émancipations
quand nous penche à révolution

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 graffiti mai 68

« Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d'ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce. »
Karl Marx Incipit de Le 18 brumaire de Louis Bonaparte 1851

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

vous avez des pensées nous avons un penchant

et de la mémoire : « C’est à Londres que se tient le premier congrès ouvrier. Dans un texte rédigé par Karl Marx, néanmoins exclu de l’association puisqu’il n’est pas ouvrier, l’AIT déclare que « l’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes » . Elle s’engage à organiser une émancipation définitive, qui passe par « l’abolition du salariat » Source

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

de l'audace ! encore de l'audace !

«nous» a reçu une lettre des cocos loques : « penser l'émancipation, pourquoi ? »

« les mots sont importants : nous ne parlons pas de communisme, ni de révolution, mais d'émancipations, les vôtres

universitaires émancipateur·eu·ses de réputation internationale, en ce lieu symbolique de mai 68, l'Université de Nanterre, nous pensons pour vous émanciper

enseignant·e·s, hommes de plumes et femmes savant·e·s de poids, la palette colorée de nos spécialités closes mise en commun, voilà qui nous confère une avance universelle reconnue, bientôt à votre disposition émancipatrice - un résumé des actes du colloque sera publié via tweeter et facebook

très libres d'esprit, la plupart d'entre nous attaché·e·s au service public comme salarié·e·s de l'État, payé·e·s pour formuler l'idéologie du capitalisme adéquate au moment présent de sa crise

c'est dire nos limites, inhérentes à notre fonction sociale, mais soyez-en certain·e·s : nous ne voulons pas faire la révolution communiste, nous voulons un post-capitalisme démocratique de classe moyenne

de l'audace encore de l'audace ! »

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Encagés de Nanterre Oh hisse !

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014  sages commes des images

colloque coco loque ?

Penser l'émancipation : théories, pratiques et conflits autour de l'émancipation humaine Colloque Paris Nanterre 19-22 février

avec des vedettes du spectacle émancipateur : Moishe Postone, Etienne Balibar, Houria Bouteljia... sans oublier l'incontournable avant-gardiste du Tout Paris, l'innéfabulon Eric Hazan aux "premières mesures révolutionnaires" : peut-être qu'il va nettoyer les chiottes à la fin du cocolloque ? prononcer coLLLoque, comme nous l'a enseigné Raymond Devos

émergent trop discrètement quelques titres alléchants : langages en luttes, luttes et auto-organisation dans la région arabo-musulmane, théories : de la critique à l'esthétique, la fabrique de sujets, les luttes aux marges du salariat, pour une critique décoloniale du racisme, Sex Race Class What are the Termes of Unity...

sur un marécage de vieilleries annonçant son poids de niaiseries démocratistes pour universitaires universellement dévitalisés

il faudra bien que se produisent, loin des colloques, des ruptures radicales avec ou sans celleux-là, dans les pensées et dans les luttes

voir le communisme comme combat : réflexions et luttes pour la révolution (au-delà de l'anti-capitalisme)

'communisation' et 'accélérationisme'

An Abstracty Critique of Endnotes

Wandering Abstraction Ray Brassier, Mute 13 février 2014

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 l'impur désir de Dürer

Developing a presentation given at the Accelerationism symposium in Berlin December 2013, Ray Brassier draws upon the divergent theories of 'accelerationism' and 'communisation' whose mutual illumination exposes the problems of articulating cognitive abstraction and social practice

‘Accelerationism’ excites passionate condemnation and equally fervent affirmation. Perhaps this is because what is at stake in this ‘Marxist heresy’ is our relation to the future: is communism, understood as ‘the real movement which abolishes the present state of things’. Or is communism rather the repudiation of an Enlightenment modernity that is nothing but an alibi for the despotism of capital? The version of accelerationism recently proposed by Nick Srnicek and Alex Williams affirms the former by reasserting the Enlightenment – and classical Marxist – compact between emancipation and rationality.

This new, ‘rationalist’ accelerationism is intended as a corrective to the vitalist proclivities of its post-structuralist predecessors, best epitomised by Deleuze & Guattari's Anti-Oedipus, in which political agency was hitched to an Aeolian processes of deterritorialisation and emancipation was propelled by the metaphysics of desiring-production. Srnicek and Williams’ attempt to decouple accelerationism from vitalist metaphysics requires distinguishing between epistemic and political acceleration as indexes of conceptual and social abstraction respectively. It is the conjunction of the latter pairing that their proposal seeks to articulate. Thus the issue of abstraction, and of its epistemic, social, and political valences, turns out to be central to their reformulation. Of course, Srnicek and Williams’ suggestion that the feedback between social and conceptual abstraction might play a positive emancipatory role is controversial. So how are we to understand the relation between these two registers of abstraction? [...]

Conclusion
The issue of the realisation of function is crucial for clarifying the relation between conceptual and real abstraction. Communisation short-circuits conceptual abstraction and social abstraction in an insurrectionary praxis whose fixation on totality prevents it from formulating criteria for distinguishing between progressive and regressive social forms. Perhaps the real import of the accelerationism defended by Srnicek and Williams is as an intervention into the politics of abstraction. They argue that the representation of abstraction is not only unavoidable but necessary in order to mount an epistemic and political challenge to capitalism. But the fact that such representation is necessary does not guarantee that it is possible to align epistemic and political acceleration, or more basically, that it will be possible to align theoretical explanation with emancipatory activity. Doing so requires the social realisation of cognition, which is what communisation’s focus on totality acknowledges even if it arguably prevents it from achieving it. Without a theory of the totality that articulates explanatory rationality with emancipatory causality, it becomes difficult to understand the conditions under which epistemic practices might be realised. This is arguably accelerationism’s chief lacuna. What is required is an account of the link between the conceptual and the social at the level of practice, which is to say, an account of the way in which cognitive function supervenes on social practices. This is what neither accelerationism nor communisation currently provide.

20 février

'Fuir ! là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres'

Brise Marine Mallarmé... commentaire pour le bac : « Nous retrouvons le refus de l'environnement actuel » 

Nigeria : une attaque de Boko Haram fait 60 morts Le Monde 20 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 la bête et la belle

 

'Things Ain't Like they Used To Be'

« et je me rappelais ce que tu m'avais raconté, comme quoi une bonne partie de ce qu'on t'avais appris sur la psychologie; sur la nécessité d'exprimer ce qu'on ressent, de faire remonter les émotions au grand jour; ben, tout ça, c'était complètement à côté de la plaque.
- Le genre humain s'est toujours acharné à trouver un concept unique capable de tout expliquer : religion, visites d'extraterrestres, marxisme, théorie des cordes, psychologie...
- Tu disais qu'on ne change pas.
- J'ai dit qu'on s'adaptait, rectifiai-je. Tout ce qui était là avant y est encore et le sera toujours. Le truc, c'est d'arriver à s'en accommoder. »

James Sallis
, Salt River, Gallimard Noire 2007, p.27

c'était mieux avant

« Toute difficulté offre une chance de se surpasser »Duke Ellington

 et ça pose un lapin
First, a little background information on ASCAP and its function is useful since that Society played a role in how this song was introduced. The American Society of Composers, Authors and Publishers was founded in 1914 for the collection of royalties for the broadcast or public performance of music. In March, 1940, ASCAP proposed a new contract calling for a 100 percent increase in radio’s rates over the previous year.
Anticipating this increase, the broadcasting industry countered by forming its own licensing organization called BMI (Broadcast Music Incorporated). By the end of 1940, 650 broadcasters had signed up with BMI and only about 200 radio stations continued to use the ASCAP catalog. By the end of 1941, ASCAP and the broadcasting industry had negotiated a new contract, but the interim ban had a significant effect on popular music.
In 1941, while all this was going on, Duke Ellington was playing at the Casa Manana in Los Angeles and had a nightly broadcast. Due to the ASCAP strike he could not air his compositions, so he turned to his son, Mercer, and to Billy Strayhorn , neither of whom belonged to ASCAP. The strike turned out to be a great opportunity for both Strayhorn and the younger Ellington, during which time Strayhorn wrote such songs as “ Take the ‘A’ Train ,” “ Johnny Come Lately ,” “ Chelsea Bridge ,” “ Day Dream ,” and “After All.” Mercer wrote, among others, “Things Ain’t What They Used to Be,” “Blue Serge,” and “Moon Mist.”

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

Went around the way for you
Did all the things you asked me to
I thought it was the perfect day
To see just open love to say

It doesn't mean a thing to me
It doesn't mean a thing to me
And it's about time you see
Things ain't like they used to be

I headed out to Lester Hill
But that just made me weaker still
She's got the kind of love I need
The kind that's never good on me

(...)

Walked into the battle blind
It happens almost all the time
The yard is kinda overgrown
And all those happy times are gone

But it doesn't mean a thing to me
It doesn't mean a thing to me
And it's about time you see
That things ain't like they used to be

Venezuela : nouveaux incidents dans les rues de Caracas Le Monde 20 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 mémoire d'un peuple 'libéré'

« Seuls les méchants peuvent professer la haine à la vertu » Simon Bolivar

Depuis deux semaines, le pays est secoué par une fronde étudiante qui a débuté en province d'abord contre l'insécurité puis contre la situation économique, marquée par une inflation record (plus de 56 %) et des pénuries croissantes.

Mercredi, une manifestante blessée par balle alors qu'elle défilait avec l'opposition dans le nord du pays est morte des suites de ses blessures, ce qui porte à quatre le nombre de victimes de quinze jours de manifestations. La fronde populaire contre le gouvernement vénézuélien continue dans les rues de Caracas. Des centaines de manifestants ont été dispersés par la police dans la nuit du mercredi 19 au jeudi 20 février dans l'est de la capitale en marge d'une nouvelle manifestation antigouvernementale. La police antiémeute a fait usage de gaz lacrymogènes et de tirs au plomb sur les manifestants, qui voulaient de nouveau bloquer une avenue dans le quartier de Chacao dans l'est de la ville, en brûlant des poubelles. Personne n'a été blessé ni arrêté.

Les manifestants, pour la plupart des jeunes, se sont regroupés dans l'après-midi sur la place Altamira, un lieu habituel de protestation. Les affrontements avec la police avaient débuté en fin d'après-midi.

Zone euro Avenir sombre : statistique allemande inquiétante pour la zone La Tribune 20 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Zone euro deux Zorro

L'Allemagne continue d'améliorer sa compétitivité / Les salaires réels allemands ont reculé de 0,2 % en 2013 / Le modèle exportateur repart de plus belle / Pas de rééquilibrage de la croissance allemande / Pas de « moteur allemand » / L'impossible concurrence face à l'Allemagne / Avenir sombre pour la zone euro

la crise économique et sociale comme crises politiques

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 pope art

comme nous le voyons en Ukraine, en Bosnie, en Thaïlande, au Venezuela... des populations dans la misère sociale et une jeunesse sans espoir d'avenir tournent leur rage et leur violence essentiellement contre les gouvernements et les institutions, contre les États

parallèlement, les conflits ouvriers du travail portent sur la défense de l'emploi, le paiement d'arriérés de salaires...

ce que certains nomment un peu vite «révolutions», ces «printemps» précoces, se heurtent vite non seulement à la puissance d'une répression armée d'un niveau nouveau en Europe, mais bientôt à une remise en ordre politico-économique pilotée au niveau international, comme cela se dessine en Ukraine, loin des espoirs entretenus par les leaders de l'opposition politique ukrainienne, et en dépit des icones opposées à la police

les classes et leurs contradictions, elles sont venues elles sont toutes là, ya même la religion, la fille maudite

la mamma Charles Aznavour 1965

Sainte Marie pleine de grâces
Dont la statue est sur la place
Bien sûr vous lui tendez les bras
En lui chantant
Ave Maria

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 émeute icône ?

Où en sommes-nous dans la crise ? version 2 Théorie Communiste Octobre 2013

« La poli­tique ou l’Etat pour­raient être la foca­li­sa­tion conjonc­tu­relle de toutes les contra­dic­tions entre les classes et de tous les niveaux de ces contra­dic­tions (c’est-à-dire non pas une crise l’autoprésupposition du capi­tal, mais une crise l’autoprésupposition), mais ce n’est pas pré­sen­te­ment le cas.

Ce qui actuel­le­ment unit les classes et les seg­ments de classes dans leurs luttes, ne serait-ce que dans leur conco­mi­tance, c’est la redé­fi­ni­tion de l’Etat. Mal­gré, ou plu­tôt à tra­vers leurs conflits, tout ce qui, dans la phase actuelle, en fait le pro­blème le pré­sente comme la solu­tion. Tant que la crise se jouera à ce niveau, l’enjeu en der­nière ins­tance des luttes sera tou­jours la recon­fi­gu­ra­tion de la mon­dia­li­sa­tion et la recom­po­si­tion de la classe domi­nante dans les­quelles le pro­lé­ta­riat est embar­qué. Embar­qué à tous les niveaux : au niveau du déve­lop­pe­ment inter­clas­siste interne de ses luttes ; mais aussi au niveau de l’extension et de la vio­lence dans le monde des luttes pure­ment et sim­ple­ment reven­di­ca­tives.

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 le sabre et le goupillon dans tous leurs tiers états

un policier capturé conduit par un prêtre pour des soins

La classe capi­ta­liste va avoir au tra­vers de ses propres anta­go­nismes à « répondre » à cette situa­tion. Aucune recon­fi­gu­ra­tion de la mon­dia­li­sa­tion, aucune recom­po­si­tion des classes domi­nantes n’est ; l’une et l’autre ne peuvent être que des formes déve­lop­pées d’une restruc­tu­ra­tion du rap­port d’exploitation qui se joue tou­jours comme un bri­co­lage his­to­rique. Il ne faut jamais oublier que la lutte de classe n’est pas une simple réponse à une situa­tion exis­tante don­née (objec­tive), mais une trans­for­ma­tion de cette situa­tion (des « cir­cons­tances » aurait dit Marx contre Feuer­bach) et indis­so­lu­ble­ment une auto­trans­for­ma­tion. Il ne s’agit pas de la fameuse dyna­mique des luttes en elles-mêmes, mais de la dyna­mique du rap­port dans sa tota­lité.

Au début de l’année 2013, en Egypte, les manifs et les actions visant les com­mis­sa­riats, les centres de la police défi­nissent l’Etat et le rap­port de classes comme rap­port dis­ci­pli­naire. Mais, en même temps que la lutte contre la répres­sion signi­fie que l’Etat ce n’est pas ça (reven­di­ca­tion d’ordre démo­cra­tique), elle le résume à sa fonc­tion de répres­sion (cf. texte sur la Grèce : « le moment coer­ci­tion »)

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 ite missa est, Deo Gratias

hôpital d'urgence dans un monastère à Kiev

Le mar­tyr dans son rôle idéo­lo­gique pose l’Etat dans sa fonc­tion cen­trale à laquelle il se résume en sur­plom­bant toutes les autres : l’Etat c’est le gour­din. On est là dans une situa­tion pro­pice à l’existence d’écarts à l’intérieur de la lutte en tant que classe. Le mou­ve­ment se crée ainsi sa propre base et sa propre dyna­mique : la lutte contre la répres­sion et une défi­ni­tion de soi-même et de l’adversaire. A ce moment là où est la reven­di­ca­tion qui est pour­tant le fond social de tout le mou­ve­ment (écart). Van­da­li­ser un com­mis­sa­riat ne reven­dique rien et met à nu la vacuité des séces­sions civiles et des auto­ges­tions urbaines.»

il n'est toutefois pas impossible qu'avec l'approfondissement rapide de la crise économique, ces soulèvements populaires s'étendent un peu partout et particulièrement en Europe. Comme l'analyse Théorie Communiste, c'est la totalité qui s'auto-transforme dans ses différents rapports, cela vaut pour les économies et les États, cela vaut pour les luttes et leurs contenus, et j'ajoute une totalité qui embrasse et brasse dans sa complexité chaotique, au-delà du seul rapport entre classes antagonistes, d'autres dimensions telle que l'environnement et l'assignation des femmes à la reproduction et au bons plaisirs de ces messieurs

les articulations et autres intersectionnalités socio-logiques descendent dans toutes rues du monde

mouvement sociaux de 1968 dans le monde Wikipédia

janvier : Vietnam Têt / février : Tchécoslovaquie, Italie, Caroline du Sud / mars : Pologne / avril : États-Unis, Italie, Allemagne /
mai : Japon, France, Biafra / juin : Yougoslavie (Serbie), Canada, Uruguay
août : Tchécoslovaquie, Chicago / septembre: RadicalWomen USA / octobre : Mexique, Irlande du Nord, Japon

les grands événements de l'année 1968 vidéo INA 72mn 1er janvier 1969

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

grand art à balle réelle

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 la réalité est descendue dans la rue

ceci n'est pas un sonnet

si tu ne vas pas au cinéma
le cinéma viendra à toi
le
cinéma dit 7ème art
toujours dépassé par la

réalité fait au présent son cinéma
mise en scène du capital
budget l'horreur des jours la nuit
pour tout le monde c'est gratuit

nous sommes tous au cinéma
soit actrice de ta vie
de ton propre rôle figurant

mais paye-toi de retour
avec un lance-pierre
allons-y gaiement

flash danger mâle

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 je t'aime...

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 100 femmes par an tuées par leur compagnon

1 femme sur 10 se déclare victime de violences conjugales, 13 sur 1000 portent plainte

La parole d'une femme battue au Carré-d'Arts Ouest-France 12 février

« J'étais persuadée d'être la seule à vivre ça »

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Ballfak LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

Un retraité condamné pour avoir torturé sa femme pendant plus de 30 ans Le Figaro 13 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 moi non plus

Dents arrachées, un œil perdu sous les coups, mutilation sexuelle… la liste des sévices est longue... Colette aura cherché deux fois à fuir l'emprise de René, professeur d'histoire et géographie. Une première fois en 1971, après seulement quatre mois de mariage, et une seconde en 1977. À chaque fois, il la rattrape. «J'ai vécu 19 ans en Afrique, la plupart du temps en brousse, donc impossible de m'échapper. De toute manière, je ne pouvais pas m'échapper car je n'avais pas d'argent» Ce n'est qu'en 2002, et après deux tentatives de suicide, qu'elle parvient enfin à se libérer. Mais elle attendra encore 4 ans, après leur divorce en 2005, pour enfin oser porter plainte.

L'expert psychologe évoque «une relation conjugale folle, sadomasochiste, perverse qui les conduisait, elle, à la mort, lui, à devenir meurtrier». «J'étais obligée d'accepter, si je n'acceptais pas c'était pire», s'est défendue Colette. Aujourd'hui, elle invite toute femme battue à porter plainte dès le premier coup.

flash danger police

La Réunion « Un manque d’effectif lors des nuits d'émeutes » Syndicat Police Alliance, l'Info.Re 19 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 marmaille racaille, la rime policière

Aldo Bègue, secrétaire départemental du syndicat Police Alliance, a exprimé son soutien aux 4 policiers présentés au juge dans le cadre de l’affaire du tir de flash-ball au Port : «Nous avons cette difficulté : nous avons 4 fonctionnaires de police qui sont pères de familles et aujourd’hui je pense à elles [...] Ce soir-là, il y avait le feu sur Le Port. Ce que je déplore c’est le manque d’effectif qu’on a pu rencontré lors de ces nuits d’émeutes", affirme le syndicaliste, il est clair que sur les violences urbaines quand vous avez 15 ou 20 policiers pour 50 ou 70 marmailles qui sèment le trouble sur la voie publique, il est difficile de riposter »

capitalisme vert tueur

A new calling for capitalism The Guardian 13 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 maintenant elles tournent

Once a means of raising capital to finance ambitious projects for the greater good, capital markets are now driven by financial returns alone. Can a more sustainable system be found?

Why our Capitalist Gene is pushing us to  destruction Paul B. Farrell Wall Street Journal 12 février 2014
Commentary: Me-first in all of us is dooming the planet

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 et pourtant il dé-tourne

SAN LUIS OBISPO, Calif. (MarketWatch) — Yes, we’re all capitalists. Today 7.2 billion. Soon 10 billon humans, all with a Capitalist Gene that says “me first, climate later.” Human nature. Basic psychology, evolutionary biology, brain science. When the chips are down, our instinctual, fight-or-flight gut reaction for self-preservation wins. Protect yourself, your family.

Yes, you may want a sustainable planet for future generations. Maybe you drive a hybrid. Recycle. Eat organic. May you’re even on a crusade to save the planet or save civilization from eventual collapse. Save the environment from global-warming disasters: melting arctic glaciers, rain forests disappearing, urban smog, toxic pesticides, dying species, deserts killing farm lands, ozone burning, lost energy reserves, diseases, pandemics.

That’s capitalism at work. And we’re all capitalists. Soon we’ll pass a point of no return, with 10 billion on Planet Earth, unprepared, still demanding, burning energy, exhausting scarce resources, driven by our inner instinctual, me-first Capitalist Gene. Why? All warnings about climate change, global warming and environmental threats will never be as immediate and strong as our “daily bread” need, thirst and hunger pains, kids crying for a meal, a drink today.

XL dissent march, rally and mass civil disobedience in opposition to the Keystone XL pipeline  SocialistWorker 19 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 et pourtant elles marchent

ORGANIZERS OF a student/youth-led demonstration are hoping their XL Dissent protest in Washington, D.C., on March 2 will be one of the largest actions so far against the Keystone XL pipeline project that would transport tar sands from Canada to the Gulf Coast of the U.S.

Some 2,000 to 3,000 people will travel from around the country to march from Georgetown University to the White House, according to the predictions of organizers. Speakers featured at the demonstration will represent communities most affected by the pipeline, such as Native Americans and farmers. And once the march gets to the White House, demonstrators will engage in mass civil disobedience.

The Nation: The sit-in is expected to be the largest act of civil disobedience by young people in the recent history of the environmental movement, and it will be led by just the demographic that helped propel Obama to the presidency. The protest, known as "XL Dissent," is meant to send a clear signal to President Obama that the base that helped elect him sees Keystone XL as a decision that will define his entire legacy.

Global Capitalism Has Written Off The Human Race Paul Craig Roberts OpEdNews 18 février 2014

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 à bras raccourci

19 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 this is not a pipe

« Le soleil ne se couche jamais sur mes terres » Charles Quint (de tout), premier souverain universel, dernier empereur à l'ambition d'une Europe chrétienne codirigée avec le Pape

Les nuits n'épargnent pas nos jours sur terre

« Petits Blancs » contre bobos, la nouvelle lutte des classes ?  Le Figaro 14 février Débat

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 blanche au beurre noir

AU PAS DE PORTE PAS DE QUARTIER

« - Le problème avec les gens, c'est qu'ils ne comprennent pas les autres » David GOODIS, Nightfall

Rengaine à bouts rimés 1er mars 2010

On a de la classe 
au sein de sa classe 
Mais dès qu'on en sort 
on perd son ressort

On fera semblant 
d'avoir l'air dehors 
Avec un bon plan 
dedans est au bord

On passe pour contre 
alors qu'on est pour 
Et l'on ne rencontre 
que son alentour

 

Un gentil quartier 
rangé de voitures 
Un plaisant métier 
divan et culture 

Un goût des beaux arts 
appris à l'école 
La peau d'un lézard 
en guise de col 

On est raffiné 
on parle tout bas 
Des Lascars filmés 
on n'insulte pas

On respecte tout 
le plus sûr atout 
C'est sauter d'un doute 
sur ce qui dégoûte 

On a de la chance 
un ami très bien 
De toute confiance 
à qui on doit rien 

Est si généreux 
que retour d'achats 
Il nourrit des chats 
étiques affreux 

Oh un gars modeste 
comme vous et moi 
Toujours un p' tit geste 
un joint en fin d' mois 

Un dealer de came 
qui fait pas souci 
En bon client, dame 
on lui dit merci 

On fume moins cher 
de la bonne ainsi 
On s'envoie en l'air 
en restant assis 

On est bien tranquille 
au milieu des siens 
Le plus difficile 
c'est sortir le chien 

Dans la rue le soir 
avec tous ces Noirs 
Aux dents d'un ivoire 
qui fait peur à voir 

Un qui a trop bu 
pisse et il est nu 
Une qui se voile 
dessous est à poil 

Ils font nos poubelles 
où l'on garde à vue 
Un reste de belle 
tête de morue 

Une auto en flammes 
à deux pas d'ici 
Un qui scie des femmes 
des vélos aussi 

On est bien tranquille 
au milieu des siens 
Le plus difficile 
c'est sauver son bien 

On fait rien de mal 
genre comme ces 
Chômeurs et malades 
qui vont pas bosser 

Et yen a assez 
de payer pour ceux 
Dont débarrassé 
on serait heureux 

Faudra bien, ma chère 
si ça va pas mieux 
Passer le Karcher 
et fermer les yeux

       On a de la classe 
       au sein de sa classe 
       Pourvu qu'on ne sorte 
       Sur le pas de porte

 

Ukraine direct live

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

AFP Serguei Supinsky

à cran l'Ukraine

morts ukrainiens
cœurs nous en saignent

nos corps chagrins 
sang de leur haine

notre heure vient 
dame ukrainienne

capital craint
son temps s'éteigne

sur nous qui règne 
l'argent n'est rien

FoSoBo 19 février 2014 15:37/16:18

la vile multitude en belle ville révolutionnaire

' Le Canon Fraternité' Jean-Pierre Chabrol INA 15 octobre 1970

12:35 de bonheur et d'histoire (presque) vécue sur les lieux des combats, par un conteur de gage, au milieu des Bellevillois·e·s

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 « Aujourd'hui les militants révolutionnaires s'imaginent que pour être profond, il faut être sinistre »

« Parfaitement, c'est nous la vile multitude, nous demandons toujours quelque chose de plus et nous demandons d'abord ce qui n'existe pas encore »
'vile multitude' était l'expression de Thiers pour le prolétariat parisien

« Un grand roman sur le siège de Paris et la Commune. Les héros du Canon Fraternité, deux adolescents, Florent et Marthe, vivent cette épopée avec les habitants pittoresques d'une impasse de Belleville. Après avoir été les compagnons du grand Flourens, ils seront, dans cette impasse, de la dernière barricade. Quant au canon Fraternité, c'est celui qui a été fondu par les ouvriers de Belleville avec le bronze de petits sous donnés par tout le peuple de ce quartier révolté, sublime et misérable.»

vers nouveaux

« Ce n'est rien ! j'y suis ! j'y suis toujours. »
Arthur Rimbaud Vers NouveauxQu'est-ce pour nous mon cœur ? 1872, parmi les poèmes liés à la Commune

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Edouard Manet

impair il perd on gagne

le monde est à refaire
nouveau d'un pas unitaire
coloré sans unité
séjour compté mais sans nuitée

de cinq à sept ou huit et
allons-y gaiement

FoSoBo 19 février 2014 11:59

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

point de verte critique ?

« Éloge de la " croissance des forces productives " ou critique de la " production pour la production " ? »
Le 'double Marx' face à la crise écologique
par Anselm Jappe Critique de la valeur, Wertkritik 14 février

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 salades ? qui l'eût cru ?

2011

« Marx écologiste ? L'opinion courante est que Marx et le marxisme se situent du côté d'une modernité prométhéenne, anthropocentrée, qui ne considère la nature que pour mieux la dominer et l'exploiter, selon une logique productiviste qui fut celle tant du capitalisme que du socialisme historiques. L'écologie, comme discipline scientifique et comme politique, aurait ainsi à se construire en rupture avec l'héritage marxiste ou, du moins, au mieux, en amendant considérablement celui-ci pour qu'il soit possible de lui adjoindre des préoccupations qui lui étaient fondamentalement étrangères.

Qu'en est-il vraiment ? Dans Marx écologiste, John Bellamy Foster, textes à l'appui, montre que ces représentations constituent sinon une falsification, du moins une radicale distorsion de la réalité : des textes de jeunesse aux écrits de la maturité, inspirés par les travaux de Charles Darwin et de Justus von Liebig, le grand chimiste allemand, fondateur de l'agriculture industrielle, Marx n'a jamais cessé de penser ensemble l'histoire naturelle et l'histoire humaine, dans une perspective qui préfigure les théories les plus contemporaines de la coévolution, et a offert à la postérité une des critiques les plus vigoureuses de la rupture par le capitalisme de l'interaction métabolique entre la nature et les sociétés humaines.

L'enjeu de ce retour à Marx dans une perspective écologique n'est pas de pure érudition ; il ne s'agit pas non plus de sauver une idole. S'il faut aujourd'hui tirer de l'oubli la tradition marxiste et socialiste de l'écologie politique, c'est que la perspective marxienne en la matière a une actualité brûlante : une des questions les plus urgentes de l'heure n'est-elle pas de savoir si la crise écologique est soluble dans le capitalisme ?

Ce livre est la traduction des chapitres 8 à 11 de The Ecological Revolution. Making Peace with the Planet de John Bellamy Foster (New York, The Monthly Review Press, 2009).

John Bellamy Foster est, avec Barry Commoner, James O'Connor et Joel Kovel, une des figures les plus importantes de l'écosocialisme aux USA. Il enseigne la sociologie à l'université de l'Oregon et dirige depuis 2000 la prestigieuse Monthly Review Il est notamment l'auteur de Marx's Ecology. Materialism and Nature (Monthly Review Press, 2002).»

points rouges Ukraine Thaïlande Centrafrique Bosnie

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014  feux LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014        LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

le moment présent du capitalisme, documents, éléments critiques, luttes 'théorisantes'

il va falloir choisir... suite

Actes d'eux

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014  jamais deux sans trois ?

« Lorsqu'une lutte prolongée, opiniâtre et ardente se poursuit, il arrive d'ordinaire un moment où les points litigieux, centraux et essentiels, commencent à apparaître, dont la solution déterminera l'issue définitive de la campagne, et auprès desquels les menus et insignifiants épisodes de la lutte sont de plus en plus reculés à l'arrière-plan. »
Lénine, Incipit de la Préface à
Un pas en avant, deux pas en arrière, 1904

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 Allons, Flipote, allons; que d'eux je me délivre... Maintenant je respire

Molière Le Tartuffe Pernelle 1 et 1945 /1962

il voudra laisser croire encore que j'aurais moi abandonné la perspective communiste, en cherchera ici ou là la preuve, à grossir. Des erreurs, il en trouvera, ce ne sera pas difficile autant que de les prendre comme tremplin d'avancées communes

un pas en avant, deux pas en arrière, jamais deux sans trois ?

In Limine

la nature, la raison, et le besoin

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 der Grund, la raison dans son genre

c'est une sorte de réjouissance que l'échange muet qui s'établit d'ici à ces autres dé-buts que présente un Max l'Hameunasse
dans l'air d'un temps qui change aux pleins poumons
de fait n'existe pas une unité des pensées susceptible de contenir toutes celles qui questionnent le moment présent sous divers angles de vues
c'est bien mieux comme ça
il y faudra une multitude de langages en toutes langues de ce monde

mais l'un nous sera toujours opposé à l'autre. Tu as cité untel et te voilà complice. L'imbécile cherchera toujours l'unité de sa pensée comme propriété de lui seul et, s'il n'y parvient pas lui-même, la cherchera chez un autre. C'est la fabrique des idoles le paradoxe du penseur 'marxiste' est celui de 'l'individu de capital' ainsi, qui veut croire que notre individualité est toute entière celle du capital, celui-là est plus que d'autres cet 'individu du capital' par excellence, car les autres n'entrent pas dans son rapport à lui-même. Ne se concevant pas comme ensemble de ses rapports sociaux, il ne comprend cette relation qu'entre son individu isolé et telle particularité sociale, telle identité, de classe, de race, de genre, d'origine, d'âge etc. le penseur de la totalité s'en croit épargné en s'exprimant de façon impersonnelle, surplombant le tout en philosophe de la raison. Partant de là, il n'atteint pas à l'échanges des paroles, mais à son simulacre, la polémique. Il n'est capable d'inclure dans sa pensée celle d'un autre qu'en adverse, comme un tout opposable à la sienne, de textes à textes clos et scellés. Il est si désintéressé que s'il emprunte une idée à un-e aure, il évitera de le dire. C'est un point très communs chez la plupart des vedettes de la pensée sur le marché de leur concurrence, en petit maîtres, individus mini-États penser, c'est le faire seul, mais toujours par les autres

« Dans la culture du Sujet-Roi, de l’individu mini-État, chacun est à soi-même une secte, et la société une super-secte gérant l’absurde. »
Pierre Legendre Leçons 1 1983

« LE NOMBRE. - La découverte des lois du nombre s'est faite en se fondant sur l'erreur, déjà régnante à l'origine, qu'il y aurait plusieurs  choses identiques  (mais  en fait il n'y a rien d'identique), au moins qu'il existerait des choses (mais il n'y a point de « choses »). La notion de pluralité suppose qu'il y a quelque chose qui se présente à plusieurs reprises : mais c'est là justement que règne déjà l'erreur, là que nous imaginons déjà des êtres, des unités, qui n'ont pas d'existence. - Nos  sensations  de  temps  et  d'espace  sont  fausses,  car  elles  mènent,  si  on  les  examine  avec conséquence,  à  des  contradictions  logiques.  Dans  toutes  les  affirmations  scientifiques,  nous comptons inévitablement toujours avec quelques grandeurs fausses ; mais comme ces grandeurs sont du moins  constantes, par exemple notre sensation de temps et d'espace, les résultats de la science n'en acquièrent pas moins une rigueur et une certitude complètes dans leurs relations mutuelles ; on peut continuer à tabler sur eux – jusqu'à cette fin dernière, où les suppositions fondamentales  erronées,  ces  fautes  constantes,  entrent  en  contradiction  avec  les  résultats,  par exemple dans la théorie atomique. Alors nous nous trouvons toujours contraints à admettre une « chose » ou un « substrat » matériel, qui est mis en mouvement, tandis que toute la procédure scientifique a justement poursuivi la tâche de résoudre tout ce qui a l'aspect d'une chose (matière) en mouvements : nous séparons, ici encore, avec notre sensation le moteur et le mû et nous ne sortons pas de ce cercle, parce que la croyance à des choses est incorporée à notre être depuis l'Antiquité. - Lorsque Kant dit : « La raison ne puise pas ses lois dans la nature, mais elle les lui prescrit », cela est pleinement vrai à l'égard du  concept de la nature, lequel nous sommes forcés de lier à elle (nature = monde en tant que représentation, c'est-à-dire en tant qu'erreur), mais qui est la totalisation d'une foule d'erreurs de l'entendement. - À un monde qui n'est pas notre représentation, les lois des nombres  sont  pleinement  (totalement)  inapplicables :  elles  ne  valent  que  dans  le  monde  de l'homme. »
F. Nietzsche, Humain, trop humain, Des choses premières et dernières, Aphorisme 19

Patlotch meurtrier

« Connais-toi toi-même » Platon, Charmide

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 tombé sur un os ?

cette nuit j'ai tué un homme, d'un coup d'opinel dans le ventre. Si je me souviens bien, c'est la première fois. Je ne le connaissais pas. Sur le coup, et même encore maintenant, je ne regrette rien. Je ne sais pas s'il l'avait mérité. Tout ce qui existe mérite de périr, pas forcément avant son heure. Suis-je un assassin ? Un individu jugé coupable d'assassinat ? Suis-je coupable ? Aux yeux de qui ? Quelle valeur avait-il aux miens ? Il s'apprêtait à tuer mon ami, alors... Choisir c'est renoncer, et ce n'était qu'un rêve. Que peuvent en saisir ceux pour qui l'inconscient n'existe pas ? C'est pourtant une voie royale d'accès à l'intérieur, ils devraient essayer

c'est le tueur en moi que j'ai tué

points chauds Ukraine Thaïlande Centrafrique Bosnie

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014 chat ira ?

DU COMMUNISME EN FLEUR, FAITES FORTUNE, écrit vain 13 mars 2012

« Le terme de “communioniste” qui implique celui de “communionisme” est employé en Angleterre en 1827 pour désigner les partisans de Robert Owen.[...] On se sert à nouveau en France du mot communiste après la Révolution de 1830, plus précisément aux environs de 1834. Les polémiques, les procès, l’agitation le rendirent courant, à tel point que Georges Sand, qui lui préférait du reste le terme de “communionisme”, écrivait en 1841 que le mot “fait fortune”.» Extrait de Le curé Meslier (Athée, communiste et révolutionnaire sous Louis XIV)  par Maurice Dommanget (p. 317-318, éd. Julliard 1965)

En principe je suis un homme de printemps. Saisonnablement cyclothymique. Raisonnablement syntonique. Sain tonique au soleil, musement asyntone. Symptôme ici, débute un nouveau cycle, au présent que rebute un saint home, je me sens comme un arbre. Du genre abricotier, abrité, coco fier pour deux sous, bourgeonniste et précoce habité, j'ai chopé sans bouger la bourgeotte. C'est ainsi que j'ai mis à la vie, que j'ai fait rose, et blanche, et pentamère, ma première fleur. Je l'ai faite. Comme on le dit de sa première communion. Fête. « Communier est le fait de recevoir et consommer du pain et éventuellement du vin... » en de certaines circonstances, que précise wikipédia. De bonne foi plus que certain des circonstances, c'est l'éventualité du dit vin qui m'a conduit au communionisme. C'est ainsi que m'étant immédiatement converti en communionisationniste, je me promus vite communionisateur. Souhaitant comme tout un chacun valoriser mes capacités d'individu pour satisfaire mes besoins singulièrement poétothentiques, j'ai choisi la branche communionisationnàtartiste, option "le-plus-tôt-sera-le-mieux". Je suis admissible aux épreuves écrites, je passe l'oral en grec à la prochaine émeute.

Bref, pour ceux qui ne peuvent pas attendre, retenez que je suis un arbre, que je reçois et consomme du vin. Ce qui a du corps, ceci est mon fruit. Ce qu'est un écrit vain. En vérité, je vous le dis, je ne boirai plus du produit de la vigne jusqu'au jour où je boirai le vin nouveau. Prenez et buvez en tous. D'un mot gratuit faites fortune.

Note : Concernant l'invention terminologique et son infinimagination, communioniste ne figure pas dans le recensement que fait en 1841 L. Reybaud (Études sur les socialistes modernes, rééd. 1844, tome 2, p. 267) : « Il serait difficile de dire en quoi consistent les nuances qui les divisent : peut-être n'y faut-il voir qu'une simple différence de noms. On cite toutefois des égalitaires, des fraternitaires, des humanitaires, des communitaires ou icariens, des communistes, des communautistes et des rationalistes cité dansL'humanitaire en discours, Mots, Les langages du politique, n°65, mars 2001. Voir aussi la passionnante thèse d'Andrea LANZA, 2006, La recomposition de l’unité sociale, Étude des tensions démocratiques chez les socialistes fraternitaires (1839-1847) 

Pour mon sujet, il importait de ne pas me fourvoyer avec communautisme, qui fait par trop autisme en commun. C'est bien assez de l'être seul, en poésie.