migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... 

Organisation internationale pour les migrations / Domestic Workers Worldwide / Race, Poverty, and the Environment

cartes des migrations internationales

« L’immigration en tant que cœur stratégique de l’espace-temps de la chosification devenue effective vient dire qu’en cet instant où de plus en plus d’extra-Européens viennent s’entasser dans des ghettos à la mode américaine du fast-food, de la drogue, du tribalisme et de l’enfermement religieux, la libre circulation généralisée des fournitures humaines telle qu’elle est mise en mouvement par la contradiction valorisation/dé-valorisation est la clef de voûte des combinaisons par lesquelles le Capital entreprend de faire migrer le prolétariat hors des tumultes de sa propre histoire indocile pour le diluer dans la dépossession étendue du melting pot de la marchandise totale.»
Dix thèses sur la fabrication capitaliste de la soumission politique, l’émancipation humaine, l’économie de la crise spectaculaire et la crise de l’économie spectaculaire
par Gustave Lefrançais thèse VII

23 mars 2015

le capital, les migrants, et la mort

Le mur meurtrier de la Méditerranée : L’assassinat institutionnel de masse de l’Union européenne Saïd Bouamama 22 mars

3419 migrants sont morts en 2014 en tentant de traverser la Méditerranée selon l’agence de Nations-Unies pour les réfugiés. Ce chiffre macabre fait de la Méditerranée la frontière la plus meurtrière, le nombre total de décès pour le monde entier étant de 4272. Sur une durée plus longue ce sont plus de 20 000 migrants qui ont perdu la vie depuis l’an 2000. La tendance est de surcroît à une hausse permanente, l’année 2014 ayant battu tous les records en laissant loin derrière le précédent pic qui était de 1500 décès en 2011. Les discours politiques et médiatiques construisent chaque nouveau drame comme des catastrophes imprévisibles sur lesquelles les gouvernements européens n’auraient aucune prise et aucune responsabilité. Le discours de la catastrophe cache un processus d’assassinat de masse de l’Union Européenne.

Les angles morts sur les causes structurelles  / Le discours médiatique de la catastrophe n’est qu’un processus de masquage des causes économiques structurelles.  / Le discours médiatique de la catastrophe masque également la responsabilité européenne vis-à-vis de cette cause des migrations contemporaines. / Frontex ou la création des conditions d’un assassinat de masse / La hausse du nombre de décès n’est pas le fait d’une catastrophe imprévisible mais le résultat de décisions prises en toute conscience des conséquences meurtrières. / Aux morts de ma méditerranée, il convient donc d’ajouter les sévices, les brutalités et les morts de la sous-traitance. Ce rôle d’installation des conditions de l’assassinat institutionnel de masse est, bien entendu, absent des reportages que nos médias diffusent à chaque naufrage meurtrier. / Le discours médiatiques sur les passeurs / Si ces criminels doivent être poursuivis et jugés, il n’en demeure pas moins que de telles pratiques ne sont possibles que parce que la politique européenne en crée les conditions.

Les travaux de recherche sur les discriminations considèrent qu’une des formes de celles-ci est la discrimination systémique c’est-à-dire étant la conséquence d’un système et non d’une décision volontaire de discriminer. Nous pouvons emprunter le même concept en ce qui concerne les morts de la méditerranée. Certes l’assassinat de ces migrants n’est pas direct. Il est en revanche le résultat inéluctable des politiques de l’Union Européenne tant dans sa politique africaine que dans sa politique migratoire, tant dans la hausse de la pression migratoire que dans sa traduction en décès à grande échelle.

voir en relation Échanges et mouvements, Une classe en lutte, les tragédies de l'immigration

pas sans rappeler l'industrie de la prison vue par Angela Davis

26 février 2015

« Le noir est le refuge de la couleur » Gaston Bachelard

refuge : lieu où l'on se met en sûreté. Synonyme : abri. Anglais : refuge

Plus 50 millions de réfugiés et déplacés dans le monde L'Humanité 26 février Rapport 2014 d'Amnesty International sur les 'Droits humains'

Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, le nombre de personnes déplacées dans le monde a dépassé les 50 millions s’alarme Amnesty International dans son rapport annuel. En 2014, les civils ont été particulièrement touchés.

220,000 réfugiés ont tenté de traverser la méditerranée, 3400 sont morts noyés en essayant

4 000 000 personnes ont fui le conflit en Syrie

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... les pays accueillant le plus de réfugiés syriens

30 décembre 2014

Éloge du zombie (World War Z) du site DDT21

5 décembre 2014

migrer et/ou crever pour le capitalisme

Communisme* ou barbarie (2) : Une industrie capitaliste de l’horreur, l’exploitation de la marchandise humaine « migrant » Henri Simon Échanges 149 (automne 2014) Mondialisme.org 3 décembre

Dans un premier article (Echanges n°?148, été 2014), nous avons tenté d’expliquer comment dans la période actuelle les pays industrialisés tentent de se protéger par tous les moyens contre ce qu’ils considèrent comme une invasion menaçant leur intégrité politique, économique et sociale. Nous reprenons une approche plus théorique de cette question à l’occasion de révélations sur une nouvelle forme d’organisation des filières de l’émigration.[...]

Communisme* ou barbarie (1) : les parias à l’assaut de la forteresse nord id. Échange 148

Chaque jour, pres­que chaque heure, nous apporte son flot d’informations sur ces guerres classiques qui n’osent pas dire leur nom, entre Etats ou à l’intérieur d’un Etat, et qui continuent de coexister même si l’une chasse l’autre dans la diffusion médiatique au gré des exactions, des atrocités, de la menace des intérêts des grandes puissances ou des interventions directes ou indirectes de celles-ci. L’Ukraine prend le devant de la scène sur Gaza qui peut supplanter l’Irak et le Kurdistan qui camoufle ce qui se passe en Syrie et met un voile sur les interventions militaires en Centrafrique, et vice et versa. Mais ce n’est pas de ces conflits « ouverts » que nous voulons parler, bien qu’ils jouent un rôle dans une autre guerre, bien plus généralisée celle-ci, mais ignorée et seulement médiatisée d’une manière parcellaire, plus comme un fait divers que comme une guerre bien particulière. Ce qui est certain, c’est que de plus en plus les populations fuient ces zones de combat ou en sont expulsées pour des raisons ethniques ou religieuses.[...]

*?« Communisme » n’a rien à voir ici avec le capitalisme d’Etat style soviétique ou chinois ou les différentes moutures social-démocrates. Il postule une société où il n’y a pas d’exploitation de l’homme par l’homme et où chacun décidera par lui-même quelle sera son activité et comment il l’assumera. Les parias que sont les migrants de partout sont à l’extrême d’un monde communiste car dans leur destin, ils ne sont maîtres de rien, soumis d’un bout à l’autre de leur vie à toutes les contraintes d’un système auxquelles ils tentent d’échapper pour tomber dans d’autres contraintes.

13 novembre 2014

la voix des sans papiers, relayé par Yves Coleman Mondialisme.org

10 novembre

Gender, Temporality, and the Reproduction of Labour Power, Women Migrant Workers in South China, Hannah Schling signalé par Nao Libcom, 9 novembre 2014 Libcom

3 août

Les fondements politico-économiques du fémonationalisme, Sarah Ferris 2012  "Femonationalism and the 'Reserve' Army of Labor Called Migrant Women" traduction Contretemps 2013

« Bien que le concept de fémonationalisme soit peu usité en France, il fait écho aux nombreux débats sur l'instrumentalisation de la rhétorique de l'égalité entre hommes et femmes à des fins racistes. Cette notion pourrait bien prendre une actualité à l’heure où le discours « paternaliste » envers les femmes voilées qu’évoque Farris dans son article se mue en actes et en violences racistes. Dans cet article, Sara Farris propose d’éclairer le phénomène fémonationaliste à travers les transformations de la place des migrant-e-s sur le marché du travail globalisé et les nouvelles différenciations entre hommes et femmes immigré-e-s.[...]

Conclusion

Le rôle « utile » que les travailleuses migrantes jouent dans la restructuration contemporaine des régimes de bien-être, et la féminisation de secteurs clés dans l’économie des services, bénéficient d'une certaine indulgence des gouvernements néo-libéraux et de la compassion trompeuse des partis nationalistes envers les femmes migrantes, comparativement aux hommes migrants. Nous pourrions constater qu'en plus d'être extrêmement utiles en tant que « travailleuses reproductives », les femmes migrantes sont aussi des « organismes reproductifs » dont le taux de natalité est plus du double de celui des femmes autochtones40. Malgré des tentatives de « rétablir l’avantage démographique national » – telles que Judith Butler les présente – comme on le voit depuis quelques années dans certains pays de l'UE, des appels à l’assimilation adressés aux femmes migrantes – musulmanes ou non-musulmanes – signalent le rôle spécifique qu’elles jouent dans la société contemporaine européenne. Dans la mesure où elles sont considérées comme les corps utiles aux  générations futures, en tant que mères jouant un rôle crucial dans le processus de transmission des « valeur sociétales », en tant que remplaçantes des femmes nationales dans le secteur reproductif, mais aussi en tant qu’épouses potentielles pour les hommes européens, les femmes migrantes semblent devenir les cibles d’une campagne de bienveillance trompeuse dans laquelle elles sont «  nécessaires » en tant que travailleuses, « tolérées » en tant que migrantes et « encouragées » à se conformer aux valeurs occidentales en tant que femmes.

Deux autres éléments doivent être évoqués brièvement. Considérer le placement spécifique des femmes sur le marché économique est important pour une critique du fémonationalisme, non seulement quant au rôle des femmes en tant que productrices et reproductrices, mais aussi quand nous les considérons comme consommatrices et même comme marchandises.

Comme le souligne Hester Eisenstein, « si le but de la globalisation est de créer des opportunités d’investissement et de marketing, et donc l’acception des produits occidentaux avec les normes occidentales, alors dans ce contexte l’image d’une femme occidentale libérée devient un argument de vente. (…) Le féminisme, défini comme la libération des femmes des contraintes patriarcales, est rendu équivalent à la participation sur le marché en tant qu’individu libéré ». L’expansion capitaliste continue dans le Tiers Monde aussi bien que l’incorporation complète de tous les individus dans la logique des pays riches implique une extension et une re-articulation de l’idéologie que Macpherson a appelé l’« individualisme possessif ». Selon ce principe, les migrants intégrés dans la société occidentale – et particulièrement les femmes migrantes – devraient concevoir leur liberté vis-à-vis des groupes communautaires et leur capacité à satisfaire un désir consumériste infini.

Les femmes migrantes, cependant, sont aussi des marchandises, puisque l’on exige d'elles qu'elles se comportent conformément aux valeurs supposées des femmes occidentales émancipées. Ici, en considérant le fémonationalisme contemporain comme une construction idéologique éclairant les processus de marchandisation des femmes non-européennes, je considère que nous avons besoin de poursuivre la logique proposée par Alain Badiou il y a quelques années. Après le vote de la loi contre le hijab dans les écoles publiques en France – une loi qui a concentré le débat sur l’équation entre l’Islam et l’oppression des femmes –, le philosophe français l’avait définie comme « une loi capitaliste pure ». Pour que la féminité opère sous le capitalisme, le corps féminin doit être exposé pour pouvoir circuler « sous un paradigme marchand ». Une fille musulmane doit donc montrer « ce qu’elle a à vendre ». En d’autres mots, elle doit accepter et soutenir activement sa propre marchandisation. L’insistance sur le dévoilement des musulmanes en Europe combine donc à la fois le rêve durable des hommes occidentaux de « découvrir » la femme de leurs ennemis, ou des colonisés, ainsi que la demande d’en finir avec l’incongruité du corps féminin caché en tant qu’exception à la règle générale selon laquelle elles devraient circuler comme des « valeurs franches ».

La montée en puissance du fémonationalisme doit être enfin conçue comme symptomatique de la position distincte des femmes occidentales et non-occidentales dans la chaine matérielle de production et de reproduction économique et politique au sens large. Les tentatives d’appropriation par les discours nationalistes-xénophobes des idéaux féministes d’égalité et de liberté ont émergé de la reconfiguration spécifique du marché du travail, de la migration et des mouvements de la force de travail produits par les dynamiques de la globalisation néo-libérale des trente dernières années. Se confronter au fémonationalisme nécessite donc non seulement un travail de réfutation idéologique, mais aussi une analyse concrète de ses fondements politico-économiques. »

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

en relation L’obsession Femen avec la nudité alimente un féminisme colonial raciste, Chitra Nagarajan Etatd'Exception.net avril 2013

symposium annoncé octobre 2014

Reflections on Dispossession: Critical Feminisms
This two-day symposium explores the relationship between the material, cultural, psychic and symbolic dimensions and effects of dispossession. Building on a range of critical feminisms, the papers, collective discussions and keynote addresses will take forward and build on the rich and dynamic traditions of black, indigenous and post-colonial feminisms, queer theory and materialist feminisms. Themes include: migrant women workers and European nationalism; indigenous dispossession of land, labour and status in Canada, Hawai, and Palestine; sexual subjects and propriety; affect, emotion and the production of racial subjects; and much more…

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

Presenters and Interlocutors
Rafeef Ziadah, Sara Farris, Denise Ferreira da Silva, Davina Bhandar, Alyosha Goldstein, Nirmal Puwar, Eddie Bruce-Jones, Jon Goldberg-Hiller, Jordana Rosenberg, Brenna Bhandar, Nadine El-?Enany, Leena Kumarappan, Sarah Lamble, Feyzi Ismail, Charmane Elliot, Letitia Sabsay and others

7 juillet

« les migrants ne sont pas des criminels » BPActualités

le capital circule, l'humain accule, chacun ensemble s'accumule

réforme de la politique migratoire USA infos

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

2 juillet

migrants actualités

Le bilan des migrants morts étouffés sur un bateau en Sicile s'alourdit Libération 2 juillet
Calais : évacuation d'un camp de migrants par la police RTL 2 juillet
Maroc : migrants sur liste d'attente Jeune Afrique 2 juillet
Près de 500 migrants ont pris d'assaut les barrières de Melilla Le Monde
Arrestation brutale de migrants africains en Israël : "C’était l’enfer sur terre" France 24 1er juillet

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

Le travail domestique est un travail comme un autre OIT 16 juin

L’affaire très médiatisée d’Erwiana Sulistyaningsih, une bonne indonésienne victime d’abus, a placé sous le feu des projecteurs le sort d’une population vulnérable et souvent invisible, les travailleurs domestiques migrants. Yoshiteru Uramoto, Directeur régional de l’OIT pour l’Asie et le Pacifique, explique comment nous pouvons contribuer à mettre fin à ce fléau, en s’appuyant sur les normes internationales du travail.

5 février 2014

3% de la population mondiale en migrations internationales (2012)

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... ONU 2007

état de la migration dans le monde 2013 Rapport de l'Oim Organisation internationale pour les migrations

dynamiques migratoires dans le monde 2012 

Si près d’un milliard de personnes est aujourd’hui en mouvement dans le monde, seuls 3  % de la population globale franchit des frontières pour des raisons qui varient au rythme de ce monde qui bouge : les déplacés environnementaux croisent les retraités du Nord avides d’économies et de soleil quand les chercheurs d’emplois croisent les victimes de persécutions. Les migrations dans le monde ont triplé en quarante ans, atteignant aujourd’hui quelques deux cent quarante millions de migrants internationaux (contre septe cent quarante millions environ de migrants internes). Un milliard de la population de la planète est donc en mouvement [15% de la population mondiale] surtout à l’intérieur de son propre pays : en Chine par exemple, on compte environ deux cent quarante millions de migrations intérieures, soit l’équivalent de l’ensemble des migrants internationaux.[...]

Les catégories de migrants sont devenues de plus en floues : à la différence du passé où nombre de réfugiés, dissidents de l’Est, se distinguaient fortement des travailleurs non qualifiés, aujourd’hui ce sont les mêmes qui tantôt utilisent la demande d’asile, l’accès au marché du travail ou le regroupement familial pour entrer légalement. Des sans-papiers peuvent aussi, au cours de leur vie, emprunter de nombreux statuts s’ils réussissent à se maintenir durablement sur le territoire d’accueil et s’ils sont qualifiés.[...]

Mais le changement le plus important tient sans doute à la direction des migrations, avec l’émergence du Sud : des pays émergents comme le Brésil, l’Inde et la Chine, des pays pétroliers comme les États du Golfe ou l’Angola, mais d’autres encore détenteurs de ressources minières, deviennent de plus en plus des destinations privilégiées. Environ cent dix millions de migrants vont du sud au nord, mais près de 90 millions vont du sud au sud, le reste étant constitué par les migrations nord-sud et nord-nord (ces Européens qui quittent l’Europe vers d’autres pays développés ou d’autres pays européens que le leur comme les migrants d’est en ouest et du sud au nord de l’Europe, avec la crise).[...]

Autre transformation : les pays de destination des réfugiés, une catégorie particulière de migrants susceptible de relever de la Convention de 1951. La plupart des pays d’accueil sont aujourd’hui des pays du sud, car les plus pauvres se dirigent vers des pays voisins. Même si l’Europe, les États-Unis, le Canada ont été et continuent d’être de grands pays d’accueil de demandeurs d’asile (qui accèdent d’ailleurs de plus en plus difficilement au statut de réfugié), ce sont l’Iran, le Pakistan, la Turquie, la Syrie, la Jordanie, le Liban qui ont accueilli ces vingt dernières années les victimes des crises du Proche et du Moyen-Orient. Les révolutions arabes ont, pour l’essentiel, produit des réfugiés chez leurs voisins [...]

Ces mutations sont aussi affectées, dans un monde qui à la fois valorise la mobilité pour les uns (les plus riches, les plus diplômés, les plus entreprenants), et la réprime pour les autres (les moins qualifiés, les pauvres) par le régime des frontières, ouvertes aux uns et fermées ou semi-ouvertes aux autres, sous la pression d’opinions publiques qui perçoivent les migrants comme un « problème ». Ces frontières sont, dans l’ensemble, fermées vers le nord et ouvertes vers le sud.[...]

Malgré le fait que les migrations se sont imposées comme une donnée nouvelle dans l’espace international des États, beaucoup refusent cette réalité, leurs populations (au nord comme au sud) arborant une attitude de déni et de repli sur soi. Le migrant est source de bien des contradictions dans le discours international et national sur les migrations : il rapporte économiquement et constitue parfois une nécessité démographique pour le rajeunissement des populations et la compétitivité des pays d’immigration, mais il suscite des inquiétudes relatives à son « intégration » et aux mutations culturelles des sociétés d’accueil.[...]

Enfin, le droit à la mobilité tend à s’imposer comme nouveau droit à conquérir dans l’agenda du xxe siècle, puisque la mobilité est valorisée comme attribut de la modernité, que les deux tiers de la population de la planète ne peuvent circuler librement et qu’une infime partie de celle-ci est aujourd’hui en mouvement. Les plus pauvres ne sont pas encore partis et ne partiront pas si vite car pour migrer il faut des ressources économiques, des liens familiaux ou relationnels, une langue parlée à l’étranger, des niches de travail, une connaissance des réseaux.[...]

Un monde sans frontières n’est pas dénué d’utopie, car les États restent maîtres de la gestion de leurs frontières, même si des règles supranationales s’imposent à eux en termes d’éthique et de droits de l’Homme ou du fait de la construction de logiques régionales, comme l’Europe, ou économiques, plus largement. Mais la fermeture des frontières est une idée fausse, coûteuse, inefficace, qui va à l’encontre de la rencontre du monde dans le monde à laquelle on assiste aujourd’hui en grandeur nature, dans un monde de plus en plus interdépendant dont les migrations sont le fruit. Elles sont porteuses de globalisations contradictoires, à court terme, mais qui, loin d’aboutir à une impasse, devraient déboucher sur un monde plus fluide, un monde où tout circule y compris les personnes, un « monde liquide » en quelque sorte. 

6 février 2014

¿Y si dejan de llegar inmigrantes? El Pais 6 février

carte interactive des migrations avec origines et destinations

20 janvier

avec ou sans voiles, femmes prolétaires dans les luttes de classes, Domestic Workers...

Domestic Workers accross the World: Global and regional statistics and the extent of legal protection, ILO, International Labour Office, Geneva 2013 PDF

South Asian Freedom Fighters and Refugees Excerpt from an Interview with Nadia Hussein poet, blogger and photographer

Race, Poverty, and the Environment Urban Habitat, a journal for social and environmental justice

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... n°19 Sommaire

19 janvier

[image manquante] Landmark UN Labour Treaty extends Rights for Domestic Workers Worldwide, UN News Center, September 2013

A scene at the Sukarno-Hatta International Airport in Jakarta. Thousands of women leave their homes in Indonesia to work as domestic workers each year. Photo: IRIN/David Swanson

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Costa Rica Passes Law to Protect Domestic Workers by Marcel Evans, Health News, septembre 2013 

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Domestic Workers - Progress and Ongoing StruggleWiego (Women in Informal Employment: Globalizing and Organizing), septembre-octobre 2013

28 October 2013 - The International Domestic Workers' Federation was born! This is the first global union run entirely by women, and proves that all workers can be organized to fight for their rights

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...  Bangladeshi Garment Workers, Anti Caste novembre 2013

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... 

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

Domestic workers negotiate new collective agreements in Uruguay and ItalyILO (International labour Organization), Document May 2013

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Migrants Sacrifice for better Life, Indonesia, Yudakh Parkoso, Khabar, juin 2012

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... First blood to the Hong Kong migrant worker's struggle - call for the developpement of a labour congress of migrants worker's unions, IDM, International Marxist Tendancy, février 2012

The migrant workers of Hong Kong - who have developed an independent group of unions and achieved almost 100% membership of unions, social and political groups, churches and agencies - have won a major victory in their militant action to prevent any further pay cuts. What remains are the demands to defeat any proposed changes in working conditions, fees and number caps and the new demands raised in a young movement that has now tasted first blood.

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Tamil Nadu Construction Workers, Sud India, NTUI (New Trade Union Initative) septembre 2011 

Thousands of Informal Workers March to Parliament against Price Rise on 23 February, 2011

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Bayan USA Celebrates 100 Years of the People's Struggle, Bayon Ahyansang Makabayan (New Patriotic Alliance), 8 mars 2011

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Migrants struggle to own homes, Greece Migrants, Turkey Macedonia, janvier 2011

Grèce Less than 10 percent of migrants own the homes they live in compared to 76 percent of Greeks, according to a new survey carried out by the University of Athens that compares migrants’ living conditions to those of locals.

The study found that only 8.2 percent of immigrants living in Greece own their homes, a figure that is only likely to decrease in the months to come given the lack of mortgages approved by banks. Whereas 21.9 percent of loan requests were approved in 2007, only 1.6 percent have been approved this year.[...]

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Garment Worker Struggles in Bangladesh, Infoshop News novembre 2010

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Working-Class Women at the Hearty of Globalization, Rayagadia India, Signal Fire, septembre 2010

Introduction
Hundreds of millions of working-class women are flooding out of the countrysides of the world into the cities. In an epic upheaval, pervaded with human suffering, these women are being channeled into the manufacturing and service industries of a radically transformed global economy. This wholesale relocation and reorganization of capitalism’s core work force is at the very heart of globalization.

The exodus of impoverished working-class women is rooted in two historic processes: the destruction of small-scale farming and the rise of a new global system of production and distribution—a system greedy for flexible, exploitable labor. These virtually unstoppable forces are pushing huge numbers of women out of family farms, and pulling them into new labor markets.

Each process, in its turn, represents a major change in capitalism and capitalist politics. Pushing women out of the countryside breaks the back of traditional rural patriarchy, one of the principal bulwarks of class rule for centuries. As a result, the family and gender are being challenged and refashioned.

At the same time, the new transnational labor pools drastically reshape women’s experience as workers, giving them wider contact with other women and allowing them—forcing them—to become cosmopolitan on a whole new level.

In other words, even as the new wave of capitalism extends its reach, it simultaneously revives and modernizes its own worst enemy—its antagonist class. The women of the exodus, and their daughters, will determine the future of anti-capitalist struggle [...]. Suite

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Women Workers in China, 1947-2007, Female Workers under Maoist Patriarchy, libcom.org

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Struggle for Equality and Freedom in Developing Countries, 2007, Anne Penket, Common Dreams 

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Trieuses mines d'Auchy ou les prolétaires voilées françaises de souche

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Ouvrières trieuses des mines de Béthune

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... Femmes, racisme, genre et lutte de classe, le laboratoire anarchiste, 2010

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers... DSK importe la lutte des classes à New-York, juin 2011

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

17 janvier 2014

Israël: des Africaines manifestent contre la politique d'immigration

des Africaines, accompagnées de leurs enfants, manifestent à Tel-Aviv contre le refus des autorités de leur accorder le statut de réfugié, le 15 janvier 2014, Jack Guez AFP

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

12 janvier

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

The Body Politicized: The Visibility of Women at Gezi

11 janvier

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...

A group of protesters demonstrate in front of Indian Consulate General in New York on Dec. 20, 2013 in support of Sangeeta Richard and increased protections of domestic workers.  (Stan Honda/AFP/Getty Images) Dignitary’s Maid Reveals Indignities of Domestic Work

migrantes et migrants, émigré-e-s, Domestic Workers...