'On ne naît pas Noir, on le devient' / 10 janv 2014

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

'On ne naît pas Noir, on le devient' / 10 janv 2014 

17 janvier 2014 La communisation comme abolition du racialisme texte d'étape

lire aussi l'incontournable écoute de ses AutrEs par l'homme blanc, avec LeRoi Jones décédé ce 9 janvier à 79 ans

9 janvier 2014 maj 19 janvier

Ajout 19 janvier « Ce n'est pas par hasard que, dans le titre de ce livre, j'ai paraphrasé la célèbre dernière phrase du Deuxième sexe [Beauvoir 1949]. Elle est comme le paradigme de toute réflexion engagée dans le renversement des oppressions identitaires. « On ne naît pas Noir, on le devient », n'est-ce pas la trame secrète d'œuvres fondamentales du mouvement émancipateur, comme celles du militant anticolonialiste Frantz Fanon, du poète Aimé Césaire ou du grand Nelson Mandela. Le travail initial des féministes ou des militants anticolonialistes n'a pas permis d'abolir la domination masculine ni le racisme. Il suggérait lui-même que le dépassement de ces oppressions nécessiterait d'aller très loin, très profond dans la modification de nos regards et de nos actes, et que ça prendrait du temps. mais il les a certainement écornées. Surtout, il les a partout mises en évidence, c'est-à-dire, pour une part, placées sur la défensive. Difficile aujourd'hui de s'affirmer tranquillement convaincu de la supériorité naturelle des Blancs ou de la vocation des femmes à servir les hommes. On s'en défendra plutôt, même si c'est au prix de camouflages. On s'en cachera. Premiers pas. » Jean-Louis Sagot-Duvauroux « On ne naît pas Noir, on le devient » Albin Michel 2004, p.166-167.

Il est impossible, dans le contexte de la communisation en théorie, de suivre Sagot-Duvauroux sur le fond idéologique dans lequel il inscrit sa réflexion, ni la formulation (oppressionsni même dans ce qu'il donne comme exemplaire (dans le paragraphe suivant, il cite "Ni putes ni soumises", certes avant que Fadela Amara ne devienne ministre de Sarkozy). Mais qui suivrait de ce point de vue Simone de Beauvoir, au-delà de cette phrase devenue slogan, que citait récemment un membre de TC sur dndf ? Marx était bien programmatiste, et n'en reste pas moins une référence théorique de base. Il a lui-même remis sur terre Hegel et Feuerbach. Je ne tire pas des travaux de Sagot-Duvauroux (ou d'autres) les mêmes conclusions que lui. Il parle néanmoins de "dépassement" nécessitant "d'aller très loin, très profond..." en "regards" et en "actes". Lui c'est lui. Qu'on ne me fasse pas dire qu'avec lui, je me laisserais aller à l'analogie entre genre et race dans leurs rapports au capital.

Deuxième débriefing 10 janvier 00:16 : Genre-Race-Classe : l'homme blanc est transparent. Il n'aurait ni genre ('sexe social'), ni race, un 'privilège' des femmes ou des "racisés". Deux 'privilèges' pour les "racisées". Trois pour les exploitées 'de couleur'.

Intermezzo sans théorie

Vous avez dit « racisé-e-s » ? Pas d'anologieS entre race et genre ?

« Je n’aime pas trop de terme de « racisé(e) », car il revient, pour moi, à me laisser être définie par un regard extérieur au mien. Car si je me dis « femme racisée », je me sous-entends « femme racisée dans le regard d’un Blanc », ce qui fait de cette définition de moi-même un point de référence en soi. J’ai le même problème avec le terme « personnes de couleur », qui sous-entend que le blanc n’est pas une couleur mais une norme de base, à partir de laquelle nous, non-Blancs, divergeons. Mais soit, ces termes sont néanmoins intéressants car ils simplifient la discussion. » Parole de Femme Racisée

'On ne naît pas Noir, on le devient' / 10 janv 2014

Pour le reste, le discours de Gaton Kelman est plutôt 'intégrationniste', même si, pour l'Express « Gaston Kelman est un homme dangereux... » Il prône « la fin de l'opposition Noir/Blanc », sans poser particulièrement les questions de classe et de genre.

Je reviendrai sur le livre de Sagot-Duvauroux (image en marge), dont le titre détourne la phrase de Simone de Beauvoir dans le deuxième sexe : « On ne naît pas femme, on le devient ». On le verra, il est à cet égard beaucoup plus intéressant. Mais il faut pour ça que je le relise.

« Il n'est pas exagéré de dire que c'est le Blanc qui a inventé le Noir, et que, partant, le Noir a été contraint de définir le Blanc avec le vocabulaire de celui-ci, souvent de façon caricaturale puisque la seule image qu'il en avait provenait d'une rencontre tumultueuse marquée par la ruse, l'invasion, la conquête, la captivité ou la domination.» Alain Mabanckou, Le sanglot de l'homme Noir, Fayard 2012, p.45

Blague 'anti-raciste' « Deux Africains sont dans la savane. L'un d'eux pointe son doigt vers le ciel. - T'as vu ? ya un aig'... - On dit pas un aig', on dit un oiseau de couleu'

« le blanc est une valeur et non pas une couleur ». Wikipédia

'On ne naît pas Noir, on le devient' / 10 janv 2014

« Techniquement parlant, le noir est l'absence totale de lumière. La couleur étant, elle, la sensation sur notre œil des radiations lumineuses, le noir n'est pas une couleur. De même, le blanc n'est pas une couleur à proprement parler puisqu'il est la "somme" de toutes les couleurs.» Le noir et le blanc sont-ils des couleurs ? 

En fait, c'est simplement plus compliqué : en synthèse soustractive (matières colorées), le blanc est l'absence de couleur, le noir leur somme. En synthèse additive (lumières colorées), c'est l'inverse, le noir est l'absence de couleur, le blanc (ou plutôt le transparent incolore), leur somme.

Trêve d'analogie. Le Blanc est incolore et définit ses Autres comme « de couleur », « of color ».

Dire « racisé-e » veut affirmer que les races n'existent pas, biologiquement parlant. C'est le B.A.BA de l'anti-racisme, contre toutes les "preuves" de la "science" (j'y reviendrai). 

Mais on entend aussi, allant "plus loin" : « Je ne suis pas raciste, au contraire, j'aime les Noir-e-s ». Qu'en est-il ?

« Quand quelqu'un me dit : « Je n'aime pas les Noirs » [vs le mysogine], il s'attend fort logiquement à ce que je lui montre mes poings.[...] Le raciste comprend que c'est normal que l'on régisse ainsi à la haine. Quand quelqu'un me dit : « j'aime les Noirs », il s'attend tout aussi logiquement à ce que je lui montre mes dents. On pourrait le faire, mais pour le mordre. Et il criera alors à l'ingratitude. Mais je vous ai dit que j'aimais les Noirs ! Qu'est-ce que vous voulez de plus ? Il ne sait pas que les deux propositions sont inversées, mais qu'elles découlent du même raisonnement : ils sont tous pareils.» Gaston Kelman, ouvrage cité, p.97 (la nouvelle société des amis des Noirs, ou les générosités coupables).

Vous avez dit « Pas d'analogie » ? "Sphère publique" quand tu nous tiens...

BL Utérus vs Mélanine : « Il faut renoncer à toute analogie entre genre et race [...] les deux n'ont rien à voir » Voire...

'On ne naît pas Noir, on le devient' / 10 janv 2014

 Le miroir sur lequel vous vous précipitez vous renvoie l'image d'une fille aux longues jambes galbées, à la taille fine et à la poitrine parfaite. Seulement voilà: vous vous appelez Antoine et jusqu'à il y a peu, vous étiez un homme tout ce qu'il y a de plus normal, un éternel mateur de jolies filles, un amoureux des femmes, de toutes les femmes. Source

'On ne naît pas Noir, on le devient' / 10 janv 2014

« Black like me » 1961

Qui n'est ni dans la peau d'un Noir, ni dans celle d'une femme, que peut-il en savoir, en sentir, en vivre, en souffrir au-delà d'une compréhension, d'une empathie, d'une théorie avec ses différences structurelles ?

Face aux Blancs incolores, le Noir est un Blanc comme les autres, incolore ? Rien à voir avec « La femme est un homme comme les autres », slogan féministe de la deuxième vague ?


'On ne naît pas Noir, on le devient' / 10 janv 2014

'On ne naît pas Noir, on le devient' / 10 janv 2014


« Toutes les femmes sont blanches, toutes les Noirs sont hommes, mais nous sommes quelques-unes à être courageuses » « Sous ce titre magnifique paraissait en 1982 aux États-Unis une anthologie de textes fondateurs des études féministes noires... Black Feminism Anthologie, Elsa Dorlin, 4ème de couv. l'Harmattan, 2008

'On ne naît pas Noir, on le devient' / 10 janv 2014