classe genre race :  communisation, pour une mise à jour / 6 janv 2014

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

classe genre race : communisation, pour une mise à jour / 6 janv 2014 

8 mai 2014 : ce serait à suivre dans critique de 'genre' et du capital, femmes et communs...

8 mars 2014

avec Silvia Federici Revolution at Point Zero, House Work Reproduction and Feminist Struggle (PDF)

le livre à paraître Caliban et la Sorcière est paru en anglais il y a 10 ans : PDF (on peut toujours regarder les images)/

autres textes plus récents Free access online articles 

en 2012 paraît une compilation présentant l'intérêt d'être plus en prise sur le temps présent, avec la reproduction dans la globalisation capitaliste et l'enjeu des 'communs' dans les luttes des femmes

LE CANARD DES CHAÎNÉ·E·S anti-journal 1988-2014

 En voici le sommaire :

  • Part I: Theorizing and Politicizing Housework         
    Wages against Housework (1975)           
    Why Sexuality Is Work (1975)      
    Counterplanning from the Kitchen (1975)    
    The Restructuring of Housework and Reproduction in the
    United States in the 1970s (1980)    
    Putting Feminism Back on Its Feet (1984)    
  • Part II: Globalization and Social Reproduction
    Reproduction and Feminist Struggle in the New International
    Division of Labor (1999)     
    War, Globalization, and Reproduction (2000)   
    Women, Globalization, and the International Women’s
    Movement (2001)     
    The Reproduction of Labor Power in the Global Economy
    and the Unfinished Feminist Revolution (2008)   
  • Part III: Reproducing Commons
    On Elder Care Work and the Limits of Marxism (2009)  
    Women, Land Struggles, and Globalization: 
    An International Perspective (2004)   
    Feminism and the Politics of the Common in an Era of 
    Primitive Accumulation (2010)

lecture publique par Silvia Federici (vidéo 2 heures) 

22 janvier 2014 la communisation comme abolition du racialisme + hic salta ou franchir le pas : TC (contre Marx ?) une théorie blanche occidentale les 2 textes en version à imprimer12 janvier Pour s'y retrouver, restructuration capitale et sommaire, liens actifs

6 janvier

Je formule le projet d'un prochain texte Classe Race Genre, pour une mise à jour des théories de la communisation. Ce texte partira de l'idée que ces trois contradictions, chacune avec ses spécificités, est intersectionnée (s'articule) avec les deux autres pour structurer ensemble le mode de production capitaliste [suite 6 janvier]

La communisation est l'abolition simultanée, par une révolution des exploité-e-s, dominées et racisé-e-s mêmes, des classes sociales, du genre (la domination masculine) et du racisme, et dans le même mouvement de l'argent, de l'économie, du travail et des médiations sociales qui les accompagnent (Etats, Nations...). En bref, c'est l'abolition du capitalisme comme un tout.

Une question importante est de savoir quels sont les présupposés théoriques du "démocratisme radical" dans l'articulation genre/race/classe, dans l'esprit de 'l'intersectionnalité', abandonnant le 'programme ouvrier' dans lequel le capitalisme était la seule contradiction à dépasser par la prise de pouvoir, pour un ensemble de "dominations" ou d'"oppressions". Ce qui se gagne en articulations se perd en structuration, aboutissant à un anticapitalisme sans fin, autrement dit le capitalisme sans fin, sans perspective révolutionnaire. À cet égard, les titres des ouvrages ou études donne une indication a priori.

classe genre race : communisation, pour une mise à jour / 6 janv 2014

6 janvier 2014

Je formule le projet d'un prochain texte Classe Race Genre, pour une mise à jour des théories de la communisation. Ce texte partira de l'idée que ces trois contradictions, chacune avec ses spécificités, est intersectionnée (s'articule) avec les deux autres pour structurer ensemble le mode de production capitaliste. Cette structuration de l'unité du capital comme tout s'est construite depuis le milieu du 17ème siècle, pour l'accumulation primitive du capital, en particulier avec le commerce triangulaire (traite et esclavage) et les terres encloses en Angleterre. Le capitalisme au 19ème siècle, devenu mode de production, s'étend par la colonisation et l'intégration des femmes qui participent à la reproduction de la population exploitée, principale force productive. Toute l'histoire du 20ème siècle et de ce début de 21ème est incompréhensible sans considérer ces trois contradictions comme motrices de son évolution en système globalisé à l'échelle mondiale. Chacune est traversée par les deux autres. 

Exemple appelée à faire école (en Afrique et ailleurs), les luttes d'émancipations des Africains-Américains, unissant hommes et femmes, et le Black Feminism, dont l'auto-organisation traduit d'une part la double nécessité de lutter contre la domination masculine noire ou blanche, d'autre part l'impossible unité avec la majorité aclassiste du féminisme blanc.

La France, entre autres pays occidentaux, est aujourd'hui singulièrement confrontée à un problème semblable avec par exemple la stigmatisation des femmes portant le voile, sur fond d'un racisme anti-arabe hérité du colonialisme et du post-colonialisme. Cette réalité participe de la segmentation du prolétariat, et de l'impossible unité du prolétariat contre le capital.

Le féminisme même, en France particulièrement, sera de plus en plus confronté à des conflits internes, tant sur le plan "racial" (cf "affaire du voile" et guerres en territoires 'musulmans'), que sur celui de l'appartenance des femmes à des catégorie sociales en conflits du travail, comme salariées, précaires ou chômeuses face à des femmes de la "classe de l'encadrement" et de la bourgeoisie patronale comme du personnel politique.

Le prolétariat dans son ensemble sera de plus en plus divisé, avec la segmentation économique dans la concurrence pour l'emploi, les intérêts immédiats et leurs traductions dans ses luttes sans possible unité, le fait d'être femme et/ou racisée participant aussi de cette division.

On le voit, il n'est plus possible d'envisager ce qui vient sans intégrer ces trois dimensions, tant dans l'analyse des rapports sociaux et des luttes sur ces trois fronts ensemble ou séparés que dans le chantier ouvert de la théorie révolutionnaire. La guerre est engagée sur ces trois fronts. Il n'est plus possible de repousser un agiornamento de la théorie communiste articulant structurellement ces trois contradictions dans la critique du capitalisme globalisé comme dans la perspective communisatrice à la lumière des luttes qui viennent. La théorie doit être reformulée depuis chacun des trois points de vue articulant les deux autres.

En conséquence, la rubrique social/domination masculine s'appelle désormais communisation : genre classe race 

Il n'est pas exclu qu'un semblable chantier soit à ouvrir dans une quatrième dimension : le genre humain et son environnement.

Ce texte s'inscrira par conséquent comme suite à celui de Communisation Troisième courant 2006 dont la problématique est naturellement bouleversée par sept années d'évolution de la théorie de la communisation prenant en compte structurellement le genre.