nos ancêtres les Amazones : guerrières gauloises et africaines

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

nos ancêtres les Amazones : guerrières gauloises et africaines 

nos ancêtres les Amazones : guerrières gauloises et africaines

Dans "La plus belle histoire des femmes" (Seuil 2011), Françoise Héritier nous "apprend" (p.46) que « les Gaulois, par exemple, avaient des femmes guerrières. Les rois du Dahomey également, ou d'accompagnement, la norme restant néanmoins celle des guerriers masculins.

[Ces femmes combattaient], mais dans certaines conditions. Il faut noter un fait extrêmement révélateur : dans les troupes des chefs gaulois - et cela vaut aussi pour certaines sociétés africaines, ou amérindiennes - ne pouvaient combattre que les jeunes filles vierges ou impubères, ou les femmes plus âgées, ménopausées. Les femmes fécondes ne combattaient pas. Nous avons là des sociétés où la très jeune fille et la femme ménopausée se rapprochent du masculin. Cela nous ramène à ces catégories mentales anciennes qui concernent le sang et la chaleur. La femme qui ne perd pas encore de sang, ou qui n'en perd plus, accumule de la chaleur tout comme un homme. Alors que la femme féconde est fraîche, car elle perd son sang, et a donc en elle moins de vitalité et de virilité. Elle est là pour faire des enfants, et non pour combattre.

- L'existence de ces femmes guerrières ne doit donc pas être interprétée comme une preuve d'un pouvoir féminin ?

- La société gauloise n'a jamais été une société matriarcale ! Mais ces femmes guerrières ne sont pas non plus des aberrations, elles montrent au contraire un mode de pensée très bien structuré, et répandu partout. Ce qui fonde la domination masculine, c'est, dans tous les cas, la volonté de s'attribuer la fécondité des femmes. Les femmes non fécondes ne sont pas contrôlées de la même façon. »

1892 Les Amazones de choc du Dahomey

 
nos ancêtres les Amazones : guerrières gauloises et africaines
Exposition Coloniale de Lyon 1894 " Les Amazones au Combat de Dogba " Affiche signée Castellani Episode de la guerre de 1892 à 1894 contre le roi Behanzin au Dahomey (Bénin). La garde personnelle du roi Behanzin est composée de 800 guerrières (Amazones) qui combattront avec fanatisme [sic] le général Dodds, chef de l'expédition. Les Amazones disposaient de long et gros rasoirs d'environ 1 mètre et pesant près de 10 kilos. 
 
nos ancêtres les Amazones : guerrières gauloises et africaines
Femmes guerrières défilant devant les portes d'une ville dahoméenne. Sur les murs, les têtes de leurs ennemis vaincus.