Pourquoi, pourquoi, pourquoi...?

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.4. Jazz musicien-ne-s A... Z
            5.4.100. WATANABE Sadao, saxophones, flûtes
Pourquoi, pourquoi, pourquoi...? 

le Mar 10 Sep 2013

Parvenu au terme de ce long voyage dans la musique de Sadao Watanabe, des questions me viennent à l'esprit.

Pourquoi en avais-je des a priori dépassant peu, somme toute, les idées de ceux à qui je les reproche ?
Pourquoi n'ai-je aucun disque de lui ?
Pourquoi n'est-il jamais venu en France ? (sauf erreur)
Pourquoi n'existe-t-il pas sur Wikipedia/France d'entrée à son nom ? (Wikipédia, quand je vois ce que j'y trouve quant à ce que je connais, je frémis à l'idée de croire ce que je ne connais pas)
Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?...

On peut l'aimer ou le détester, s'irriter de telle production commerciale, n'en apprécier qu'une certaine période ou certaines productions, mais l'ignorer, pourquoi ?

Procédons par l'absurde. Si l'on enlève à l'histoire du jazz depuis cinquante ans tout ceux avec qui il a joué ou enregistré, qu'en reste-t-il ? Faites vos comptes, même Miles Davis n'en réchappe pas...

Qui a porté à ce niveau le principe de fusion du jazz avec des musiques du monde entier, de l'Asie au Brésil en passant par l'Afrique ? Qui l'a fait avec autant de sincérité manifeste, un pareil humanisme, un sourire sans lunettes de soleil et sans insulte à la moitié de ses partenaires ?

On comprend, à les voir et les entendre, pourquoi tous ces grands noms du jazz et au-delà, depuis un demi-siècle, ont pris un plaisir réciproque à jouer, jouer, jouer en sa compagnie. J'aurais préféré prendre l'avion ou le thé avec lui plutôt qu'avec Miles, et pourtant... Dieu sait qu'il entre en concurrence quand je parle de lui.

Il y a chez Watanebe un romantisme et une simplicité qui peuvent étonner ceux qui ne connaissent pas le peuple japonais, une ouverture d'oreille et de cœur qui tranche avec une apparente retenue, qu'ont sûrement décoincée, comme il le dit, ses amis africains. Simplicité et romantisme que porte sa musique et qui l'ont porté lui à mettre en avant la mélodie, plutôt que la gymnastique harmonique propre à nombre de ses contemporains jouant tel standard. C'est ce que faisaient les anciens, du jazz d'avant, du jazz "swing" qui a bercé son enfance, d'un jazz qui ne refusait pas alors d'être populaire, comme son inventeur Louis Armstrong.

Alors on comprend mieux, même s'il reste des pourquoi...

Un seul musicien français dans ceux que nous avons croisés avec Sadao : Mino Cinelu, le percussionniste de Miles... Martiniquais.

Richard Bona, camerounais, a vécu en France de 1989 à 2005 (Jacques Higelin, Didier Lockwood, Manu Dibango, Salif Keita, Francis Lassus, etc.), avant de se faire expulser faute de travail régulier...

J'ai trouvé un seul français ayant tourné récemment avec lui, le guitariste Louis Winzberg, en 2002 au Japon.

Je suppose néanmoins qu'à défaut de Sadao en France, les jazzmen Français qui sont allés au Japon ont inévitablement croisé cette institution locale.
 
*
 
Non, c'est pas une prévision astrologique, nos amis Belges ont reçu Sadao en l'an 2000.

Le jazz au corps et au coeur, d'Anvers à Arlon
Ainsi le saxophoniste Sadao Watanabe, l'un des rares jazzman nippon à avoir imposé son talent à l'échelon international. Ce styliste raffiné de l'alto vient (13/10 à Bruges, 17/10 au 140, à Bruxelles) en sextette augmenté d'une section de percussions africaines. Formule prometteuse. Source

Ou alors l'ont invité because les Africains, pour un remake, Sadao au Congo ?

Embarassed