Sadao Watanabe, l'héritage parkérien (1)

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.4. Jazz musicien-ne-s A... Z
            5.4.100. WATANABE Sadao, saxophones, flûtes
Sadao Watanabe, l'héritage parkérien (1) 

le Dim 8 Sep 2013


Watanabe a revendiqué dès les années cinquante l'héritage parkérien, et toute sa vie, il y revient. « Sadao Watanabe est un imitateur de Charlie Parker », c'est ainsi que l'entend l'amateur français honnêtement informé. Dans le Nouveau dictionnaire du jazz, Philippe Baudoin et Christian Gauffre n'hésitent pas à écrire : « Son style de prédilection reste néanmoins le be-bop et sa prodigieuse technique a fait de lui plus qu'un simple suiveur de Charlie Parker : une copie conforme.» Comme rien n'est parfait, ils ajoutent, « Une différence néanmoins : la sonorité, plus incisice...». On vous l'avait bien dit : les Japonais ne savent que copier... Des imitateurs de Parker, il y en eut des dizaines, pas forcément plus éloignés de leur idole, et à qui l'on a pourtant reconnu une personnalité. Sonny Stitt fut aussi accusé de singer le Bird, et « à un journaliste qui l'accusait de trop jouer comme Parker, gen Quill répliqua "Toi, essaie donc de l'imiter!". » Wiki ajoute « Stitt a toujours eu un son original au ténor, immédiatement identifiable. »



Sonny Stitt, Stitt plays Bird (1966) Parker's Mood > http://www.youtube.com/watch?v=eWNtBQnKXy0

Pour les heures passées à l'écouter, je soutiens que Sadao Watanabe aussi, et que sa différence avec Parker ne tient pas qu'au son tiré de l'alto. Même dans les hommages explicites, son approche mélodique et rythmique est différente et personnelle. Paradoxalement, c'est peut-être dans le traitement des ballades qu'il se rapproche plus de lui (with Strings...). Un peu comme Stitt, il s'en écarte par un son moins dur, et un traitement mélodique moins dissonant, qui adoucit la rugosité harmonique du bebop originel. Watanabé, dans toute sa musique, semble attiré par la beauté des choses, avec un certain apaisement très japonais. Il n'a jamais joué 'free', même s'il ne répugne pas quand le contexte s'y prête à faire chauffer ses tubes.

Dans sa prime jeunesse – « un village où l'on n'avait jamais vu un saxophone » -, il découvre le jazz swing avec le film Birth of the Blues



Plus tard il entend Parker chez Jay McShann, et auprès des militaires américains avec qui il fait le bœuf après guerre. Il ne s'initie au be-bop qu'au début des années cinquante, dans les conditions d'alors au Japon, c'est-à-dire à l'oreille avec les disques et en jouant avec les jazzmen japonais les plus avancés, dont les quartets de Toshiko Akiyoshi. Je n'ai malheureusement pas trouvé d'extraits des sessions au Macambo, dont la pochette est plus haut, ni du premier disque de Watanabe en leader, en 1956.

Les premiers enregistrements dont j'ai disposé sont ultérieurs à sa formation à Berklee, de 1962 à 1965. Il connaît et fréquente un autre admirateur du Bird, Charlie Mariano, marié à Toshiko en 1960. Je réserve un chapitre à leur longue collaboration, mais Watanabe lui-même reconnaît sa dette : «"Charlie and I go back to 1967," he recalled. "He stayed at my house in Japan for a couple of months and we did tours together all over Japan and recorded too. I learned so much from Charlie. Bird was my idol and Charlie's too, but most of my Bird influence came from Charlie Mariano.» Source Kantzler 2008 http://www.allaboutjazz.com/php/article.php?id=30457#.UisUFqVM-o0

Toshiko & Mariano Quartet CD 1961 > http://www.cduniverse.com/productinfo.asp?pid=7264061&style=music&fulldesc=T

On trouvera cette influence parkérienne dans les albums de bossa-nova des années 60, mais allons tout de suite aux hommages explicites de Sadao au Bird.

1961 Now's the time Recorded Aug.1961 at Nippon Toshi Center, Tokyo Sadao Watanabe (as,fl) , Akira Nakano tp, Kazuo Yashiro p , Masanaga Harada p, Takeshi Inomata b, Akihiro Hasegawa dms (pas trace)

Le premier album entièrement consacré à Parker est enregistré en 1969, avec son quartet japonais : Kazuo Yashiro p, Masanaga Harada b, Fumio Watanabe dms. Invité Terumasa Hino tp Recorded Live Mar. 15, 1969 at Yamaha Hall


Avec le Great Jazz trio de Hank Jones



Une succession de rencontres avec le pianiste Hank Jones, en 1976, 1977, 1978, et 2006 (+ avec Art Farmer en). Un seul est entièrement consacré à Parker, mais tous contiennent de ses thèmes et des standards récurrents (difficile de s'y retrouver dans les versions Youtube, tant les vidéos sont trompeuses). Hank Jones a enregistré avec Charlie Parker en 1952.

http://www.jazzdisco.org/the-great-jazz-trio/discography/


1976

1977

Birds of Paradise > http://www.youtube.com/watch?v=Qu7EpnUQli8
Embraceable You > http://www.youtube.com/watch?v=1DPFngDgJw8
Confirmation > http://www.youtube.com/watch?v=a8Be5TAEP9w

En 1978 "Live Under The Sky", "Denen Colosseum", Tokyo, Japan, July 30, 1978

Sample > https://itunes.apple.com/us/album/carnaval-live/id208136317

Confirmation, I'm Old Fashioned, Moose the Mooche, Chelsea Bridge, Manha de Carnaval

I'm Old Fashioned > http://www.youtube.com/watch?v=bgzUNlCMCt4

En 2006, formule renouvelée avec Hank Jones p, John Patittucci b, Omar Hakim dms. Watanabe sur 4 thèmes.

Sample > http://www.eastwindimport.com/product-info.asp?CategoryName=Watanabe%2C+Sadao&ProductID=291
Sony Music Nogizaka Studios, Tokyo, Japan, September 4, 2006 Vidéos live :
I'm Old Fashioned > http://www.youtube.com/watch?v=9e3tJ_PK3Yg
Parker's Mood > http://www.youtube.com/watch?v=wo2jWkjgsJA
à comparer avec cette version de Sonny Stitt > http://www.youtube.com/watch?v=eWNtBQnKXy0

Je consacrerai le post suivant à d'autres disques dédiés à Parker et à des rencontres post-parkeriennes, avec
> James Williams p, Charnett Moffett b, Jeff Watts dms
> Cedar Walton p, Sam Jones b, Billy Higgins dms
> Jackie McLean as, Mulgrew Miller p, Bob Hurst b, Kenny Washington : ds
> Cyrus Chestnut p, Roland Guelin b, Rodney Green dms + Terell Staford tp
> with Strings
et d'autres avec des musiciens japonais tout à fait à la hauteur