Des errances à 3 à l'évidence à 2

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.4. Jazz musicien-ne-s A... Z
            5.4.35. GIUFFRE Jimmy, sax clar flûte argt
Des errances à 3 à l'évidence à 2 

le Sam 28 Sep 2013



Barre Phillips : « J’ai rencontré Giuffre, avec qui j’ai joué en 1964 et 1965. Il venait d’enregistrer « Free Fall » (NDLR : recueil d’improvisations libres avec Paul Bley et Steve Swallow, sur Columbia) et ça ne se vendait pas. Ses activités étaient quasiment nulles, ça l’a tué. Quand je suis arrivé avec lui, c’était en trio avec Don Friedman. On a fait une tournée en Europe, une semaine au Shelly’s Manne Hole à Los Angeles, quelques autres concerts à droite et à gauche, et c’est tout. Trois semaines en deux ans ! En 1964, je jouais avec Jimmy et George Russell quand George a été contacté par George Wein pour tourner en Europe avec un sextette.» Interview Gérard Rouy > http://stephen0711.over-blog.com/article-1942098.html


Jimmy Giuffre (ldr, cl, ss, ts), Don Friedman (p), Barre Phillips (b)


> http://www.jazzweekly.com/interviews/bphillips.htm
« I toured Europe in '65 with the Jimmy Giuffre Trio, which was the old Free Fall trio.// It was fantastic. He was a real searcher for how to make music and he found a lot of stuff. He lived just ten minutes away by foot, down the street from me and I was over there every possible minute over two years time when I wasn't working or doing something else because he basically had no work at the time. He was very available. Free Fall didn't sell. Free Fall was on Columbia Records (reissued on Columbia/Legacy), which Jimmy Giuffre had access to from his older music, from his older standard jazz stuff. But since it didn't sell, it didn't do anything on the market, he lost his contract and he lost all his connections. He went through some years of difficult financial times not earning any money. That is the Jimmy Giuffre story. Anyway, he was an extremely creative man, very open to things, and I learned by osmosis playing with him an awful lot. They just released, here in Europe, a recording of a live concert that we did in 1965 in Paris. It was very interesting for me to listen to that music from thirty-five years ago »


1994

le Mer 25 Sep 2013

Après une douzaine d'années d'absence, c'est avec Bley que Giuffre retourne en studio en novembre 1974, pour une formule encore renouvellée de trio, cette fois avec Bill Connors. Le guitariste a quitté la fusion électrique de Return to Forever, avec Chick Corea et Stanley Clarke, et s'est mis à la guitare acoustique avec une technique « classique », mais Bley adopte parfois le piano électrique...

Nous voilà au cœur des années « fusions », mais loin du jazz-rock... La plupart des pièces sont plutôt librement improvisées. Je n'ai écouté qu'un thème. D'après Scott Yanow, bien qu'on y trouve « quelques couleurs instrumentales intéressantes, des balades sans but, un ensemble peu convainquant pour les talents investis ».

Goodbye > http://www.youtube.com/watch?v=N3r33KgyWjs
Spanish Flames Sample > http://www.allmusic.com/song/spanish-flames-mt0011291723 (shunté avant Giuffre...)


1978

Sample > http://www.allmusic.com/album/iai-festival-mw0000433836
Un remake en faux quartet avec Lenny Konitz, et Connors. Giuffre y joue successivement en duos avec le pianiste, le guitariste, et le saxophoniste; de la clarinette et du ténor; de la flûte basse et du saxophone soprano. Je conseille vivement l'écoute des samples pour les duos Konitz-Giuffre à la flûte basse ou au ténor. Le premier instrument renvoie au disque de 1974 dont je parlerai au post suivant. Avec le ténor, on a une démonstration magistrale de swing sans rythmique par deux géants du saxophone. Les orphelins de Giuffre jazzman s'y retrouveront.

À ceux-là un autre 'conseil', sans Giuffre :