MONTOLIU Tete, piano

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.4. Jazz musicien-ne-s A... Z
MONTOLIU Tete, piano 

http://jazzitude.forumactif.com/t4310-tete-montoliu-piano

Tete Montoliu (piano)

Message par Patlotch le Dim 11 Aoû 2013

Comme exercice de découverte improvisée grâce aux documents librement accessibles, je propose une ballade dans la carrière du pianiste catalan Tete Montoliu, né et mort à Barcelone, 1933-1997, aveugle de naissance.



Pour tout musicien de jazz, un critère me semble incontournable : son rapport au blues.

Blues for Nunia > http://www.youtube.com/watch?v=sQPJ7Jexjxk

C'est extrait d'un album de 1989, au milieu de sa carrière, qui comporte nombre de standards et particulièrement de thèmes parkériens. Pour situer. Source



Une enfance baignée dans le jazz par son amatrice de mère, Armstrong, Ellington... Il joue d'oreille des pièces de piano telle que

Alligator Crawl de Fats Waller > [url=http://www.youtube.com/watch?v=wfUBtbUTBDY[/url]

C'est peut-être là qu'il s'est forgé une technique qui, au-delà d'une virtuosité des ténèbres digne d'Art Tatum, s'accompagne d'une légèreté de doigté qu'on trouve chez Martial Solal plus qu'Oscar Peterson.

Il est bien inscrit au Conservatoire (classique), mais, pas très porté sur les études, leur préfère les Jam Sessions, et se tourne vers le jazz qui monte, Monk, Parker, Gillespie... dans le contexte peu favorable de la dictature franquiste.

Admiré par Lionel Hampton comme un des meilleurs pianistes européens, il enregistre en duo avec lui en 1956.



Il est au Festival (de jazz) de Cannes en 1958, année de son premier disque en leader, avec Ricard Roda (as), Francesc Burrull (vib), Eduardo García (b), Ramón Farrán (d). On trouve des extraits d'un disque dans cette anthologie du Jazz à Barcelone



Période en Allemagne, à Madrid, puis installation à Copenhague où il a l'occasion d'accompagner le gratin des musiciens américains, dont particulièrement Dexter Gordon, jusqu'à une consécration au Village Gate de New-York, en 1968.

Avec Dexter Gordon, NHOP, Axel Riehl, Norvège, 1964 > http://www.youtube.com/watch?v=uohK7-vxnjs Solo piano 3:10 Axel Riel est un batteur danois qui collaborera ultérieurement avec Chick Corea, Bobby McFerrin, George Benson, Diana Krall, Phil Woods, Ray Brown, Phil Collins... (source > http://www.alexriel.dk/)

Cet orchestre correspond à l'album King Neptune de Dexter Gordon, chanteur bien connu, accessoirement saxophoniste ténor.



I Want To Blow Now > http://www.youtube.com/watch?v=Z7B85PqOXVo Profiter du pianiste dans les premières mesures, et chorus piano 9:55, qui se retrouve d'ailleurs tout seul pour une sorte de stop chorus époussoufflant.

Incontournable, ce thème que Dexter affectionnait, et dont il est à mon goût un des plus fabuleux interprètes, Body and Soul > http://www.youtube.com/watch?v=HLiAVDzL8oE Solo de piano vers 4:48. Sur ce tempo de ballade, Montoliu alterne passages lyriques, traits véloces, longues phrases ciselées mélodiquement, rien qui bouleverse l'histoire du piano, pas davantage que ne le fera, une à deux décennies plus tard, dans une manière intégrant Bill Evans, un certain orfèvre en la matière, Michel Petrucciani.



Pour terminer les citations de ce disque assez sage en cette période tumultueuse de l'autre côté de l'Atlantique, un bel exercice de swing sur un vieux saucisson ellingtonien. En 1964, le contrebassiste Niels-Henning Ørsted Pedersen a 18 ans.

Satin Doll > http://www.youtube.com/watch?v=hCql_tpzWBU Après le long solo du saxophoniste, vers 6:12, Montoliu entre tranquillement dans un solo ponctué d'accords décalés à la main gauche, un phrasé toujours très bebop, marqué de blues, avec quelques plans pianistiques évoquant Oscar Peterson.
 
Dexter Gordon enregistrera plusieurs disques avec la même formation, dont ce Cheese Cake, Live recorded at the Club Montmartre in Copenhagen, on June 11, 1964.



Le flegme des annonces de Gordon n'a d'égal que son approche du saxophone.

Manha de Carnaval > http://www.youtube.com/watch?v=TeuodJ3XBfU





Pour situer ces productions, dans la mesure où je ne suis pas exhaustif, voici la discographie de Montoliu > http://www.jazzdiscography.com/Artists/Montoliu/tete-disc.php

Si Dexter semble le plus présent dans la discographie de ces années, on note que le même trio p b dms accompagne Kenny Dorham, Archie Shepp l'année précédente, qu'on trouve le pianiste auprès de Jay Jay johnson, Sonny Stitt, Booker Ervin, Roland Kirk, avec notamment Kenny Clarke à la batterie et Tommy Potter à la cbasse. Début 1964, il joue avec Chet Baker, sans trace discographique. Il serait au demeurant plus simple de dire avec qui il n'a pas joué, puisque s'y ajoutent dans les seules années 60 Johnny Griffin, Yusef Lateef, Don Cherry, Lucky Thompson, Jackie McLean...



Roland Kirk with Tete Montoliu - A Cabin in the Sky, Milan 1962 > http://www.youtube.com/watch?v=-on4qQYDGVA La bande pleure un peu sur le piano, qui n'est pourtant pas triste. Excellentes images pour le jeu du pianiste. Un carambar à qui nous dit de quel saxophone joue Kirk.

Kirk in Copenhagen, 1963, avec Montoliu, NHOP, JC Moses

Body and Soul > http://www.youtube.com/watch?v=5zxrBF9WIGo Encore un carambar pour l'instrument que joue Kirk

Avec Montoliu, un autre saxophoniste, de la génération précédente, d'avant le bebop et le "jazz moderne", un roi du souffle et de la ballade Ben Webster

How Long Has This Been Going On, 1972 > http://www.youtube.com/watch?v=6CPaJW2mf_A Bass – Eric Peter, Drums – Peer Wyboris
The Man I Love > http://www.youtube.com/watch?v=EuuOKE6s5P0
Don't blame me > http://www.youtube.com/watch?v=FgsWlJHDqhY




Come back, c'est donc en 1963 que Montoliu accompagne Kenny Dorham...



Ces enregistrements semblent pour l'essentiel construits autour de standards. Ici Short Story, Bye Bye Blackbird, Manha de Carnival, The Touch of Your Lips, My Funny Valentine. Live at Montmartre Jazzhus, Copenhagen December 19, 1963

Manha De Carnival > http://www.youtube.com/watch?v=1r-zJG6tReg Chorus piano 3:50 Noter encore ce drive (bud)powellien, comme à partir de 6:30 ce long passage en blocks-chords mélodiques, très chargés harmoniquement, à la manière du maître bebop du piano.



Comme décidément je suis un parcours laxiste lénifiste, voici une autre rencontre avec un saxophoniste, héritier s'il en est de Webster et Dexter réunis, Archie Shepp. Un Shepp en 1963, somme toute bien sage dans ses libres envolées, ne jouant pas aussi faux qu'il fut dit, qui l'eut cru ? Cela vaut pour découvrir, si ce n'est fait, le merveilleux baryton de Lars Gullin.



I Should Care > http://www.youtube.com/watch?v=Se_oeO5730A Montoliu ne prend pas de solo mais fait des petites choses magiques 'derrière' les solistes.
C'est en 1971 (Chateauvallon) que j'ai découvert Tete Montoliu sur scène, avec le saxophoniste et flûtiste Pedro Iturralde, dans ce qui se présentait par ailleurs, avec le jeune Paco de Lucia comme une fusion de jazz et de flamenco. Je n'ai pas trouvé de trace enregistrée, en échange de quoi, Iturralde et Paco en 1967

Bulerias > http://www.youtube.com/watch?v=M5I65LODdfI Ténor solo 2:30


Le pianiste allemand Paul Grassl est au demeurant tout à fait intéressant, dans le genre. Il me semble que Paco joue une guitare moins brillante que plus tard, à moins que ce ne soit l'enregistrement. Son jeu me paraît aussi moins "jazz" qu'il ne deviendra. En tous cas rencontre et fusion réussie où aucune des musiques en question n'abandonne rien à l'autre, particulièrement dans le jeu du saxophoniste, qui me paraît proche ici de ce que j'ai entendu avec Montoliu.

Voici un duo du guitariste et du saxophoniste, où s'exprime en réduction la quintessence du mélange flamenco/jazz. On peut préférer le précédent des Sketches of Spain de Miles/ Gil Evans, moins proche dans la lettre, quant à l'esprit...

Soleares > http://www.youtube.com/watch?v=8tbq-N9g2as

Quelques exemples des rencontres évoquées, dans les années 60 ou 70

Avec Jackie McLean en 1970, Billie Higgins dms

Solar > http://www.youtube.com/watch?v=n5IA98M2fVw Solo piano 3:19 Il me semble que Montoliu introduit des audaces qui enrichissent son jeu, toujours enraciné dans le bebop. Remarquer aussi combien le style de Billie Higgins, son économie de mouvement, évoquent Jo Jones, sourire compris (échanges à partir de 5:44).

Star Eyes > http://www.youtube.com/watch?v=0q1MK3XJ3lc Solo piano 2:41 Higgins impérial de A à Z, avec un des plus beaux sons jamais sorti d'une batterie (clair comme du Roy Haynes), et particulièrement des cymbales.





Autre sax, autre son, celui sur le tard d'un des plus sous-estimés ténors de l'après guerre, Lucky Thompson, 1970

Soul Carnival > http://www.youtube.com/watch?v=uUHOEaEyhEY Ça va Tete vite, et le pianiste annonce d'entrée la couleur. Surlecutant !

Le jeu du pianiste ne cessera de s'affermir, comme en témoigne sa présence en 1983 auprès de Clifford Jordan, ex compagnon de Clifford Brown et Max Roach. Écouter l'accompagnement du pianiste et son solo 2:48 Pour la lisibilité du discours dans les lignes rapides, il me fait penser à Jarrett.

Speak low, un euphémisme ? > http://www.youtube.com/watch?v=GZ4MTjBOe5M
 
Tete Montoliu, désormais vedette du jazz reconnue internationalement, multiplie les enregistrements sous son nom, souvent en trio voire en solo, et comme sideman omniprésent auprès des 'grands' de différents styles. Difficile de choisir les extraits dans une discographie que j'avoue mal connaître.

Je me jette à l'eau, quitte à remettre de l'ordre ultérieurement...

En 1971, un album en solo Songs for love, enregistré à Munich pour Enja





Here's that rainy Days> http://www.youtube.com/watch?v=tMozfJhvBnY Comment se passer de bassiste ? Réponse pianistique à partir de 3:00

Django > http://www.youtube.com/watch?v=4F5dw8MRV0A

En 1971, un album Live avec George Mraz et Joe Nay. On ne présente plus le contrebassiste, mais le batteur était pour moi un inconnu, accompagnateur de Roland Kirk, Don Byas, Dexter Gordon, Johnny Griffin, Dusko Goykovich, Randy Brecker, Volker Kriegel, Jasper van't Hof...

Sweet Georgia Fame > http://www.youtube.com/watch?v=-YoxRezLTuY



Montoliu retrouve Mraz vingt ans plus tard, en 1990, avec le batteur Lewis Nash, pour enregistrer un album à Lisbonne.



Concerto Aranjuez > http://www.youtube.com/watch?v=wFnYdPnZNWk

Easy Living > http://www.youtube.com/watch?v=C6OhdCCZbJM J'avoue préférer ce qui est fait de ce thème que du précédent

En 1974, un magnifique album en trio avec le fidèle Niels-Henning Ørsted Pedersen (b) et Albert Heath (ds). Pour ne pas éviter une platitude : quelle cohésion !



Solar > http://www.youtube.com/watch?v=RqTVhAhIrJA

Giant Steps > http://www.youtube.com/watch?v=juy2JciO96A



Old Folks > http://www.youtube.com/watch?v=X2b8qFAVKxA

Sweet Georgia Fame > http://www.youtube.com/watch?v=o8jAQkoUZLU

Blues for Perla > http://www.youtube.com/watch?v=blsJZW9cOZ0



Photo Coral Hernandez Source http://www.coralhernandez.com/reflejado/

C'est avec ce fameux trio "danois" que notre pianiste accompagne Anthony Braxton pour revisiter quelques standards modernes.



Y figure une version anthologique de deux thèmes de Charlie Parker, Ornythology et Donna Lee, à la clarinette contrebasse, sans doute pour paraître plus grave que Dolphy...

Ornythology > http://www.youtube.com/watch?v=5gssdmK6_uc

Donna Lee > http://www.youtube.com/watch?v=AFi4wuRA49M

Ce qui suit va moins vite, moins bas, mais peut réconcilier si besoin avec Braxton et les tubes du jazz

Lush Life > http://www.youtube.com/watch?v=lbHJjuinsIo

Les deux LP de l'époque ont été réunis en un CD, Whats New in the Tradition. Il comporte les thèmes suivants : Marshmallow, Goodbye Pork Pie Hat, Just Friends, Ornithology, Lush Life, Trane's Blues, What's New, Duet, Body And Soul, Marshmallow, Donna Lee, My Funny Valentine, Half Nelson

Body and Soul > http://www.youtube.com/watch?v=lQ9DG_9g4rQ
 
En ce début d'années 70, Montoliu enregistre un album de thèmes brésiliens, sur lequel je préfère passer pour éviter l'animosité des admirateurs de la beauté d'Ipanema. Un autre de thèmes latinos...



Frenesi, Contigo en la Distancia, Maria Elena etc. > http://www.youtube.com/watch?v=88SWpQyFSRs

Jusque dans les années 80, on trouve près de lui, après Ben Webster en 72, Pony Poindexter, Jimmy Owens et Braxton en 74, Eddie 'Lockjaw' Davis et Johnny Griffin et à nouveau Dexter Gordon, Buddy Tate (revendiqué par James Carter) en 75... En 1976, il apparaît à la télévision avec le Thad Jones/Mel Lewis Big Band, joue à la Maison de Radio-France avec Gilbert Rovere (b) et Daniel Humair (d) en 76 et 77. Il enregistre plusieurs albums avec son trio habituel ou d'autres, plusieurs en solo... La liste des saxophonistes s'allonge en 77 avec George Coleman, avec qui il enregistre aussi en duo sax/piano l'album Meditation



Sophisticated Lady > http://www.youtube.com/watch?v=GsYOey7JLJU

Meditation > http://www.youtube.com/watch?v=rh8PHh0k07g

Ces dialogues sont des bijoux ou Montoliu et Coleman font preuve d'une variété incroyable de manières de jouer à deux, même quand on se retrouve seul... scratch

Autre (fausse ?) rencontre, cette fois de pianos, avec Chick Corea, qui apparaît sur un album de 1979, mais seulement pour un titre. Extraits > http://www.cduniverse.com/productinfo.asp?pid=5787066&style=music&fulldesc=T



Steeplechase publie un album en solo d'un concert de 1980 à Boston. Bien qu'imperturbablement fidèle aux standards, il a encore gagné en liberté... On ne rigole pas avec Giant Steps, pourtant...

Giant Steps > http://www.youtube.com/watch?v=8OabVB22JGk

Autres thèmes, New England Blues, Guess I'll Hang My Tears Out To Dry, Have You Met Miss Jones, Catalan Suite, Hot House, Airegin, Lush Life, Giant Steps, When I Fall In Love, A Child Is Born, Confirmation, Apartment 512, Oleo, Come Sunday
La décennie 80 allonge la liste de ses partenaires saxophonistes, Hank Mobley (avec George Mraz et Al Foster 80), Joe Henderson, Eddie Harris 1981, Messengers avec Winton Marsalis et Blakey, Sonny Stitt... 1983 avec le vibraphoniste Bobby Hutcherson, Chet Baker à Santander, Harold Land ts (video plus haut), Pepper Adams bs (avec Marc Johnson et Victor Lewis), 1984 duo avec Hutcherson, 1985 quartet avec Lou Donaldson as, 1987 Teddy Edwards ts, 1988 Jerome Richardson ss (avec Reggie Johnson et Alvin Queen), Barney Wilen ts, avec Ricardo Del Fra (b) et Aaron Scott (d), 1989 Charlie Mariano (as) avec les accompagnateurs habituels du pianiste, Horacio Fumero (b) et Peer Wyboris (d), un duo avec le guitariste Mundell Lowe, un autre avec l'altiste Frank Morgan... Liste non exhaustive où l'on ne compte plus les disques en trios et en solo.

Au hasard d'Internet, quelques traces

Avec Sonny Stitt, 1981, l'altiste "le plus proche de Parker" a de beaux restes

Lover Man > http://www.youtube.com/watch?v=oggOqXBKfvQ Solo piano 2:00 et Higgins, aux balais, toujours la leçon de Jo Jones...

Walkin > http://www.youtube.com/watch?v=K51H_7yBZqI Solo piano 1:23

Avec Pepper Adams, une interview Hispano-English, 1983 > http://www.youtube.com/watch?v=EUNeHz0Wn7A December 1 or 3, 1983 XV Festival de Jazz, Palau de la Música Catalana, Barcelona

avec Mark Johnson (cb) et Peter Louis (dms) > http://www.youtube.com/watch?v=iOMgRxiXQh8 Image et son mauvais... c'est peut-être pour ça que je n'ai vu ni entendu Pepper Adams ?

It's You or No One > http://www.youtube.com/watch?v=k2NXEeV7aao Pas meilleur mais le baryton est bien là

Avec Lou Donaldson 1985 (télévision espagnole)

Billie's Bounce > http://www.youtube.com/watch?v=-5cbBF9kvZA Solo piano 2:04 Youtube n'arrive pas à suivre les doigts... On sent que l'époque est aux revivals... Tout ça est parfait, mais moins audacieux que quinze ans avant

Over The Rainbow > http://www.youtube.com/watch?v=1Khe0bHFNos

Wee > http://www.youtube.com/watch?v=_oHx4CsGEko Amusant duo piano alto sax

Avec Bobby Hutcherson



Le duo a dû tourner quelques temps, mais les disques des années 80 semblent introuvables... Un concert enregistré pour la radio, avec nombre de compostions de Monk

Bobby Hutcherson vib & Tete Montoliu
Köln (Germany), Subway Jazz Club
November 6, 1991

Mr. P.C. (John Coltrane) > In Walked Bud (Thelonious Monk) 7:19
2. Misterioso (Thelonious Monk) 8:22
3. Well, You Needn't (Thelonious Monk) 8:16
4. Theme For Ernie (Fred Lacey) 6:51
5. Just a Gigolo (Casucci-Caesar) > April in Paris (Vernon Duke) 7:29
6. Blues Five Spot (Thelonious Monk) 6:44
7. Monk's Mood (Thelonious Monk) 2:16
8. Rhythm-A-Ning (Thelonious Monk) 6:34
9. All of You (Cole Porter) 8:31

Montoliu rend hommage à Thelonious Monk dans un long medley, en 1995 au festival de Vitoria

Monk Medley > http://www.youtube.com/watch?v=LtGGfjAbCu4

Il existe en disque > http://bootlegpedia.com/en/product/TSP-TT-19950715 à ajouter au fil Monk after Monk...

 
On trouve de nombreux extraits de deux disques avec Charlie Mariano 1989





Youtube > http://www.youtube.com/results?hl=fr&gbv=2&q=charlie+mariano+tete+montoliu&bav=on.2,or.r_qf.&biw=1536&bih=764&bvm=pv.xjs.s.en_US.ciY8R2R6XC8.O&um=1&ie=UTF-8&gl=FR&sa=N&tab=v1

Stella by Starlight > http://www.youtube.com/watch?v=Kuq55B2hxOE

Moonlight in Vermont > http://www.youtube.com/watch?v=nlZasUAXC7o

Billie's Bounce > http://www.youtube.com/watch?v=pXh0jg0LibI

Nem Um Talvez > http://www.youtube.com/watch?v=0e0D58__UbI

Les deux illustres inconnus (pour moi) à la basse et à la batterie s'en sortent bien (pour des inconnus). Horacio Fumero (b), Peer Wyboris (d) sont les accompagnateurs habituels de Montoliu dans ces années là.

Du duo avec le Mundell Lowe, guitariste encore actif à plus de 90 ans, un disque qui tranche par l'originalité de l'alliage piano-guitare, délicat s'il en est. La science et l'oreille harmoniques de Mundell Lowe, de même que la beauté de sa sonorité, font de cette rencontre un joyau qui évoque le précédent entre Bill Evans et Jim Hall (Undercurrent sauf erreur).

Everythings happens to me 1989 > http://www.youtube.com/watch?v=3pJTX6v3wng

Avec Jérôme Richardson (as) en 1988

Bohemia afterdark > http://www.youtube.com/watch?v=ASDiNtZu1Bw Solo piano 3:20 Manifestement, il adore taper avec Idris Muhammad, et s'amuse follement avec NHOP

Avec Paquito de Rivera, XX Festival Internacional Jazz de Barcelona, 1988



Como fué > http://www.youtube.com/watch?v=Xhi-HUnY9sg Un boléro, solo piano vers 3:00, excellent pour apprendre le plan de congas (images vers 3:42)

Ne sortons pas trop vite du sentimentalisme...

In a sentimental Mood (Duke Ellington), piano solo, télévision espagnole 1985 > http://www.youtube.com/watch?v=I5VjM9dPc4c

Prolongeons la romance, en compagnie du chanteur Joan Manuel Serrat, deux versions à quinze ans d'intervalle, en 1981 et 1996

Paraules d'amor > http://www.youtube.com/watch?v=IYpM82uS95k Chez moi, il n'y a que la voix droite...



Tout est gris, Montoliu disparaît l'année suivante...

Tot es gris > http://www.youtube.com/watch?v=LPL6Pozq2No Mais quelle est le titre de cette chanson quand il n'est pas en espagnol ? Mon premier est un thème d'Errol Garner, mon second une couleur sans couleur, mon tout un chat familier.
On en n'a pas fini avec les leçons de swing, qui sont de tous les goûts, parfois les meilleurs

Ici en 1985 avec NHOP et Clyde Lucas (dms)

Solar > http://www.youtube.com/watch?v=N6HjPXlzM7g

Un grand pianiste parle et joue > http://www.youtube.com/watch?v=bDNg9fp5KsU

Une interview de 1993 > http://www.youtube.com/watch?v=8-4XzaF1We8

Je ne comprends quasi rien à la langue espagnol, mais j'entends qu'ici, elle swingue ! Bon d'accord, retour à la preuve musicale

1981, trio avec Ron Carter et Art Blakey, télévision espagnole

Oleo (Rollins) > http://www.youtube.com/watch?v=sy4BA78CApk&list=PL6B6FFEC3CAC47954&index=1

En 1982, Montoliu enregistre en duo avec le contrebassiste NHOP



La balade qui suit n'est pas tirée de ce disque, c'est un duo mais je ne suis pas certain du contrebassiste... Preuve qu'il n'est pas indispensable de jouer avec un batteur, ni sur des tempos d'enfer pour ssssssswwwwwwgggggggggg...........

Laura > http://www.youtube.com/watch?v=uy5gyH4aMak

NHOP en 1964 dans le souvenir de Dexter Gordon > http://www.youtube.com/watch?v=mG3DqJv47Kw

Une autre télé, d'Allemagne, avec Herb Lewis et Billy Higgins, 1990

If I should Lose You > http://www.youtube.com/watch?v=o1WGZVYxXkU La bande son n'est pas terrible...


 
On n'en a pas fini avec les sentiments. Bolero pour tous !

Avec Mayte Martín, 1996, un des plus beaux disques du pianiste n'est pas un disque-de-jazz...



Somos > http://www.youtube.com/watch?v=Daqyb9NO00Q

Usted > http://www.youtube.com/watch?v=C8Hu-7c0Euc

El día que me quieras (Carlos Gardel) > http://www.youtube.com/watch?v=mncOxYYp7XQ

Procuro olvidarte > https://www.facebook.com/video/video.php?v=163990503612045

Dans sa dernière décennie, Tete Montoliu rencontre encore Pedro Iturralde, Chick Corea (95), en 1996 Gary Bartz (ss, as) et Tom Harrell (t, fh) avec Pierre Boussaguet (b) et Alvin Queen (d)... mais joue le plus souvent en trio et en solo.

Son dernier enregistrement, en solo, le 21 mars 1997, Palau de la Música Catalana, Barcelona.



> http://www.melodycenta.com/Tete-Montoliu/Palau-de-la-Musica-Catalana-music/mp32002807/

Tete Montoliu disparaît au mois d'août 97, une chapelle ardente est installée dans le même lieu. Reportage d'époque...

Capella ardent de Tete Montoliu al Palau de la Música Catalana
> http://www.tv3.cat/videos/406319/Capella-ardent-de-Tete-Montoliu-al-Palau-de-la-Musica-Catalana

Son cœur n'y est pas enterré...

It never entered my Mind > http://www.youtube.com/watch?v=s5EPBRIykfs