'Il y avait un piano'

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.4. Jazz musicien-ne-s A... Z
            5.4.90. SOLAL Martial, trésor national de jazz
'Il y avait un piano' 

le Mar 19 Nov 2013

Au début de ce solalien parcours, je me disait impressionné. Je le suis plus encore à l'arrivée, pas une fin pour autant.

Incroyable destinée d'un musicien qui aura joué durant 70 ans de jazz avec les maîtres de toutes les générations. Pensez que Sidney Bechet fut, avec Armstrong un des premiers grands solistes... Django un génie de la guitare... les maîtres du be-bop accompagnés au Club Saint-Germain, les plus grands batteurs de l'époque... de mémorables trios... des films de légende... les compositions exigeantes pour formations diverses, les duos avec des ténors de tous instruments... les solos... et aujourd'hui encore, entouré de quelques-uns des meilleurs musiciens de jazz français...

Une question ?

Q : Pourquoi ne pas avoir de site Web à vous ?
R : Parce que j’estime que cela ne sert à rien. La première fois que j’ai cherché « Martial Solal » sur Internet, j’ai trouvé cinquante pages. J’estime que cela suffit.
http://www.citizenjazz.com/Un-apres-midi-chez-monsieur-Solal.html

Mes excuses pour en rajouter...

Dans le chapitre "Il y avait un piano" il raconte qu'à Alger, au début des années 1940, une de ses tantes avait pour voisin de palier "le" musicien de jazz d'Alger, Lucky Starway, sans qui il ne serait jamais devenu musicien.



Ce pianiste et chef d'orchestre disparaît dans un attentat, en 1957, le piano réduit en miettes.