L'autre monde : 'classique et 'contemporain'

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.4. Jazz musicien-ne-s A... Z
            5.4.90. SOLAL Martial, trésor national de jazz
L'autre monde : 'classique" et 'contemporain' 

le Lun 18 novembre 2013

« L'autre monde, l'autre musique, qualifiée de « sérieuse » par des critiques ou des musiciens pas forcément sérieux, a, elle aussi, subi des modifications très profondes au cours de son histoire. L'harmonie et le rythme ont été les plus touchés. Mais les mélodies, les conceptions orchestrales ont subi de grands changements. La musique contemporaine a mis a mal les édifices précédents. » p.145

Martial Solal consacre ce chapitre, L'autre monde, aux « relations des musiciens, disons 'classiques' pour simplifier, avec le monde du jazz. »

Ce qui nous intéresse ici, c'est sa contribution à la musique dite « classique » ou « contemporaine ». Dans son autobiographie, il n'en parle que peu, relativement au nombre de ses participations à des œuvres relevant de ces domaines plus que du jazz. Il a été beaucoup sollicité, pour des formes diverses, et a lui-même composé dans ces genres musicaux. Quelques exemples.



« Solal a composé pour Elisabeth Chojnacka, les Percussions de Strasbourg, Pierre Charial, Ensemble Concert Arban et bien d'autres.» (Wiki)

« Bien entendu, les compositeurs de jazz et de musique contemporaine ne peuvent s'ignorer et ils se sont mutuellement influencés. Personnellement, j'ai préféré choisir la voie de l'alternance. J'ai toujours essayé, dans une même œuvre, de mettre en relief tour à tour l'une ou l'autre des deux musiques. Stress est une pièce qui illustre assez bien cette tendance. Marius Constant et moi-même l'avons composé "chacun de notre côté" pour ensuite juxtaposer les différentes séquences. Marius Constant dirigeait le quintette de cuivres Ars Nova, auquel il a ajouté un piano et des percussions. De mon côté, j'avais préparé les séquences revenant à mon trio de jazz. Cette pièce a tenu l'affiche pendant plusieurs saisons.Marius Constant a toujours été intéressé par le jazz. L'entente entre nous a été parfaite.» P. 124-125

1977


« Par la suite, quand il m'a été donnéd'écrire pour des formations symphoniques ou pour des ensembles plus réduits, je me suis toujours évertué à éviter les mélanges. Sans toutefois être entièrement convaincu que c'était la seule solution possible...» p.124
1984 Fantaisie pour 2 orchestres
Jazz-Ensemble franco-allemand, Albert Mangelsdorff tb, Jean-François Jenny-Clarke b, Junge Deutsch-Französiche Philharmonie direction Justus von Websky

Fantaisie pour quintette de cuivres 2 trompettes, Cor, trombone, tuba


1986 Seul contre tous, pour basson solo, composée pour et créée par Alexandre Ouzounoff

1987/88 Concerto pour claviers et orchestre Nuit étoilée

1987 Une pièce pour quatre : pour quatuor de saxophones (soprano, alto, ténor, baryton)


1987 Ballade pour quintette de saxophones avec section rythmique ad libitum (soprano, 2 altos, ténor, baryton, p, b, dms)


1991 Jazz préludes pour piano Suite de 7 pièces

Pièce de Collection (Saxophone solo)


Dans ce parcours, signalons encore la rencontre avec le pianiste Robert Kaddouch, concertiste et pédagogue, élève de Martial Solal pour l’improvisation. Il élabore le concept de Conductibilité, nouvelle approche de la création en relation avec les sciences cognitives. Kaddouche a également joué en duo avec Jean-François Jenny-Clarke, et en trio avec Cesarius Alvim et Daniel Humair.


1997

Deux pianos, une contrebasse et toutes les combinaisons possibles à un, deux ou trois...