'Sans tambour ni trompette'

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.4. Jazz musicien-ne-s A... Z
            5.4.90. SOLAL Martial, trésor national de jazz
'Sans tambour ni trompette' 

le Sam 16 Nov 2013

« D'autres disques ont suivi. Le plus intéressant est peut-être le trio à deux contrebasses, au début des années 1970, intitulé comme il se doit Sans tambour ni trompette. Cet ensemble est né d'un hasard. J'avais obtenu un engagement pour le festival de Budapest. Je comptais y jouer avec mon trio du moment (Gilbert Rovère/Bellonzi). Seul le contrebassiste étant libre, j'ai demandé à Humair de compléter le trio. Lui non plus n'était pas libre. D'où l'idée de jouer sans batterie, avec un deuxième contrebassiste. Ce fut Jean-François Jenny-Clarke, qui connaissait un peu mon répertoire habituel. Le concert a été si bien accueilli que je me suis demandé s'il n'y avait pas une voix nouvelle à explorer. J'ai alors passé plusieurs mois à imaginer des solutions et à écrire un répertoire spécifique pour ce nouveau trio. Après plusieurs mois de répétitions, nous avons enregistré.» p.138

1970

Sample > http://www.allmusic.com/album/sans-tambour-ni-trompette-mw0000521400

« Autrefois, les troupes militaires partant à l'assaut de l'adversaire étaient accompagnées de musiciens, tambours et trompettes principalement, chargés de donner du baume au cœur à ceux qui partaient à l'abattoir.
En cas de mauvaise fortune, la retraite pouvait aussi être accompagnée par ce qui restait des musiciens. Mais lorsque la troupe devait décamper le plus discrètement possible, il va de soi qu'il était hors de question d'ajouter du bruit à celui des mouvements. Dans ce cas, les soldats partaient sans tambour ni trompette.
Venue du monde militaire en 1650, mais précédée un peu avant par "sans trompette et sans tambour", cette expression s'est généralisée à toute action effectuée discrètement ou secrètement. » Source http://www.expressio.fr/expressions/sans-tambour-ni-trompette.php
Unisson > http://www.youtube.com/watch?v=EjwRZWbkuNI
Une réminiscence de Monk (Misterioso) dans l'échange des archets sur l'exposé du thème
Accalmie > http://www.youtube.com/watch?v=APHg6R_1OCo

« Un agent a essayé de nous faire passer dans quelques maisons de la culture. Nous avons pendant cette période battu les records de non-affluence. La moyenne était une quinzaine de spectateurs. Nous avons abandonné le projet. Et pendant les années qui ont suivi, j'ai souvent rêvé que j'arrivais devant une salle vide. Ce fut une belle histoire et, je crois, un de mes meilleurs disques. » p.138
Séquence tenante > http://www.youtube.com/watch?v=UgYldVzpKKE Encore une image bizarre pour illustrer ce trio...

« Mais il faut relativiser cet échec. Le jazz traversait une période difficile. Aussi bien aus Etats-Unis qu'en Europe, le public se détournait de notre musique. Les historiens ont attribué cette situation à l'arrivée en force de la pop music et du free-jazz. Je ne sais pas quoi en penser, mais je crois qu'il y a du vrai. »
Vingt ans plus tard, Solal retrouve Jenny-Clarke pour un trio avec un maître-tambour, Daniel Humair, jouant sans pain...

1990 Juan-les-Pins (Jazz à Juan)
Martial Solal p, Jean-François Jenny-Clark b, Daniel Humair dms