Clés pour tout : Hampton Hawes et Martial Solal

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.4. Jazz musicien-ne-s A... Z
            5.4.90. SOLAL Martial, trésor national de jazz
Clés pour tout : Hampton Hawes et Martial Solal 

le Sam 16 Nov 2013

Quoi de plus surprenant que la rencontre d'un savant du piano et d'un illettré du solfège, d'un garçon parisien des plus sages et d'un ex. espoir du piano be-bop, son envol par la drogue, sorti de tôle par la grâce d'un Kennedy quatre mois avant son assassinat ? C'est pourtant ce prodige qu'accomplissent avec bonheur Martial Solal et Hampton Hawes, par la grâce du jazz et de l'écoute réciproque, autant musicale qu'humaine...

« Et il y a eu, en 1968, Hampton Hawes, pianist be-bop pur jus, venu de Californie pour quelques concerts et un disuqe en duo. J'ai été vraiment heureux de travailler avec lui. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, c'est la même année que j'ai rencontré Anna...» p. 137


« Un soir, Jean-Louis Ginibre a amené au club le pianiste et compositeur français Martial Solal. J'avais entendu plusieurs de ses disques ; son énergie, sa technique et son imagination étaient telles qu'on le tenait pour l'Art Tatum français. La seule différence est qu'il n'arrivait pas à jouer dans sa propre ville, vu que les expats américaines occupaient toutes le places disponibles sur la scène musicale ! Le problème de Martial, c'est qu'en s'installant à Paris il y était devenu invisible, comme moi à L.A., et donc il devait aller dans d'autres pays ou à Nice pour trouver des engagements. Quand Jean-Louis a proposé qu'on fasse un disque ensemble, j'ai répondu que Martial devrait avoir sa statue sur les Champs-Elysées, il assure autant que six pianistes en même temps, il n'a pas besoin de moi. Mais Martial a proposé : « - Hampton, toi et moi, on n'a pas réussi à ouvrir la porte du succès en s'y mettant chacun de notre côté – peut-être que si on essaie un bon coup ensemble, on arrivera à l'enfoncer. ».» Hampton Hawes, Lâchez-moi, 1977/ fr 2013 p. 210-212


Hampton Hawes p, Martial Solal p, Pierre Michelot b, Kenny Clarke dms
Key For Two, Stella By Stralight, Spring Can Really Hang You Up The Most, Bag's Groove, Lover, Come Back To Me, Fly Me To The Moon, The Theme, Godchild, Three For Two


«On a répété tous les deux, le courant est bien passé et on a pondu un album avec Kenny Clarke et un bassiste français. Jean-Louis a été tellement emballé qu'il a demandé à Simone [Ginibre] de nous organiser une tournée en trio, à deux piano, en France, Belgique et Italie. Ça a été un grand moment. […]
On avait encore des concerts en Espagne, Martial et moi, mais selon le programme de Jackie
[la compagne de Hawes fait une tournée d'enquête sur les écoles en Europe...], il fallait qu'on poursuive la route...
- Martial, ça a été grandiose, j'aurais aimé faire ces autres concerts, mais faut que j'y aille..
.» Hampton Hawes, Lâchez-moi, 1977/ fr 2013 p. 210-212
Le disque fait la couverture du n°152 de JazzMagazine



Question


Pas d'extrait en ligne de ce LP33t, semble-t-il jamais réédité en CD, sauf compilations (?).

J'ai écrit plus haut qu'il s'agissait d'un strict duo de piano. Il apparaît que Pierre Michelot et Kenny Clarke en étaient... Mais sans doute y eut-il, en tournée du moins, des trios de l'un et l'autre, et peut-être des duos sans rythmique...

Informations souhaitées. Merci.