Melville et Solal dans Manhattan

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.4. Jazz musicien-ne-s A... Z
            5.4.90. SOLAL Martial, trésor national de jazz
Melville et Solal dans Manhattan 

La musique en était confiée à Christian Chevalier qui, malade, n'a pu écrire la dernière séquence, de 7 mn.

« Écrire ces quelques minutes était dans mes cordes. La musique pour un film noir est ce qu'il y a de plus facile à concevoir. L'arsenal des effets en vogue à l'époque à l'époque était bien connu : les percussions ou quelques notes de contrebasse donnaient facilement le frisson. De nos jours, une longue note tenue sur un synthétiseur fait l'affaire. J'ai donc écrit un petit riff d'une dizaine de notes, et une mélodie très courte que Roger Guérin a ajoutée en surimpression. Le plus difficile a été de jouer le même riff pendant sept minutes sans aucun effet, sans aucune variation de tempo ou de dynamique. Une véritable épreuve. Melville a apprécié le suspense créé. Nous avons enregistré dans son studio de la rue Jenner. Ces sept minutes ont décidé de mon avenir de musicien de film. À commencer par l'aventure Godard.» p.68


Je n'ai pas de certitude quant à cette séquence. Je suppose qu'il s'agit du riff que l'on entend ici > http://www.youtube.com/watch?v=J1KL6txFOYU&list=PLEFC4F042E0A5C424



Thème de la musique du film > http://www.youtube.com/watch?v=hscbw3iFLOU
Tous les épisodes > http://www.youtube.com/results?search_query=%22Deux+hommes+dans+manhattan%22+episode&sm=3

De là Solal sera sollicité pour bien des toiles, et non des moindres (Wikipédia)

Deux Hommes dans Manhattan (1959, Jean-Pierre Melville)
Match contre la mort (1959, Claude Bernard-Aubert)
À bout de souffle (1960, Jean-Luc Godard)
L'affaire d'une nuit (1960, Henri Verneuil)
Le Testament d'Orphée (1960, Jean Cocteau)
Léon Morin, prêtre (1961, Jean-Pierre Melville)
Le Procès (1962, Orson Welles)
Les Ennemis (1962, Edouard Molinaro)
Échappement libre (1963, Jean Becker)
Trois chambres à Manhattan (1965, Marcel Carné)
Ballade à blanc (1983, Bertrand Gauthier)
Les Acteurs (2000, Bertrand Blier)

Un chapitre de l'autobiographie de Solal est consacré au cinéma. Voir le sujet Martial Solal et le cinéma.