Joe PASS, la sobriété, somme toute...

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.7. Jazz : Techniques et instruments
Joe PASS, la sobriété, somme toute... 
Joe PASS sans BASSe


Joe PASS a fait sa chance. Il est peut-être avec Wes Montgomery et avant l'ère fusion le guitariste de jazz le plus mis en avant médiatiquement, à partir de la quarantaine et des années 70, où il entre dans 'l'écurie' Norman GRANZ, avec les disques "Pablo" (hommage à Picasso que connaissait Granz) qu'il fonde en 1973 (Verve c'était Granz aussi).

PASS est incontestablement un grand guitariste, toujours musical et swinguant même si parfois démonstratif. À voir ses vidéos pédagogiques, il sait transmettre ce qu'il sait faire, mais il est tout sauf une théoricien de la guitare. Il a ses trucs, il s'en sert bien, il n'a rien à cacher...

Appréciations subjectives donc dans la mesure où vous trouverez sans difficulté tout ce que vous voulez savoir sur ou de Pass.


Quant à moi, j'ai de lui seulement deux LP en leader, Virtuoso en solo intégral, et Two for the Road, avec son compère Herb Ellis...





Leçons d'un maître




Technique et musicalité


Rectifions une idée courante, selon laquelle Pass jouerait simultanément lignes de basses, accords et mélodies. Hé bien c'est extrêmement rare, et cela s'explique pas le fait que sa technique bien qu'impressionnante ne le permet pas. Par contre, il en donne l'illusion parfaite, un peu à la manière de Bobby Mac Ferrin, si l'on veut. Il joue instinctivement de la mémoire immédiate de l'oreille auditrice (la sienne ou celle du public), qui superpose ce qui est joué à l'instant "t" à ce qui précède.


Ce qui me frappe est surtout l'intelligence, la musicalité, l'équilibre avec lequel Pass fait cela, plus que sa technique. C'est sa connaissance musicale du jazz, son sens du blues, son expérience professionnelle de big band et des voicings, qui sont à mon sens les éléments déterminants de son jeu et de son succès. L'entendre et le voir accompagner Ella est un bonheur musical autant que guitaristique. Il n'y a guère que Tuck ANDRESS avec Patti Cathcart pour atteindre ce niveau d'élégance dans la virtuosité.




Comping with bass


Dans le court extrait ci-dessous, Pass explique que l'important, dans ce genre, est que la ligne de basse soit mélodique, "comme une petite pièce de Bach..." On voit ici qu'il ajoute des harmonies de deux sons, souvent ce qu'on appelle des guides tones, composés de la tierce et de la septième de l'accord. Trois doigts suffisent à le faire à gauche comme à droite... C'est une technique que l'on retrouve chez Lenny BREAU, capable, sur sa propre section rythmique ainsi conçue, d'ajouter une ligne mélodique : il lui reste pour cela un doigt à gauche, deux à droite (Breau utilisait l'auriculaire).