John LEWIS, ou le jazz bien tempéré

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.3. Histoires des jazz
            5.3.2. l'arrangement de jazz, avec l'oubli ?
John LEWIS, ou le jazz bien tempéré 

Message par Patlotch le Mar 17 Sep 2013

L'idée me vient de poursuivre avec le travail de John Lewis comme arrangeur, dans la mesure où ses débuts sont ceux d'un pianiste be-bop, accompagnateur par exemple du Bird dans Parker's Mood, en 1948. Voir > http://jazzitude.forumactif.com/t4360-parker-s-mood-12-versions-et-si-affinites



John Lewis est un musicien intellectuel au meilleur sens du terme. Mais ses études d'anthropologie de la musique ne promettaient pas de nourrir son homme. Lewis compose, arrange et joue du piano pour l'orchestre de Gillespie de 1945 à 1948, et se fait remarquer pour « Two Bass Hit », avec Kenny Clarke et Ray Brown. Il y rencontre bientôt le vibraphoniste Milt Jackson, et l'on connaît la suite, la formation du Modern Jazz Quartet (MJQ) dont la longévité est un record, de l'ordre de quatre décennies.

Il tenait, avec ce quartet, à sortir de la prédominance du soliste dans le be-bop, à introduire des éléments de musique classique, et ce quartet se caractérise donc, au-delà de quatre solistes talentueux et de leur cohésion, par des merveilles d'arrangements miniatures. Cette histoire déborde mon sujet.



Django, Vendôme, Versailles, Concorde... la France est très présente dans cette affaire...



Je me concentre donc sur son travail d'arrangeur pour des formations plus conséquentes. Il est marqué, comme dans le MJQ, par un goût pour le minimalisme (John Lewis comme héritier de Count Basie pianiste), des variations autour d'enchaînements harmoniques simples hérités de la Renaissance et du Baroque, fugues et contrepoints (il enregistrera sur le tard « Le clavier bien tempéré » de Bach). Il a aussi des influences contemporaines, et bien sûr le blues. Cela fait de lui un des leaders (avec Gunther Schuller) de ce qu'on a nommé Third Stream, troisième courant. En voici une douzaine d'œuvres essentielles, sinon représentatives de son extension > http://www.jazz.com/dozens/the-dozens-twelve-essential-third-stream-performances



Il sera proche d'André Hodeir qui lui devra la production de ses œuvres majeures autour de textes de James Joyce (Anna Livia Plurabelle, et Bitter Ending avec les Swingle Singers, dont Patrice Caratini reprendra la partition). Troisième courant à entendre aussi comme la recherche apaisée d'une reconnaissance, dont témoignent aussi les smokings du MJQ, et que viendront bousculer, dans la tourmente des luttes du nationalisme noir, les années Free, même si elles doivent aussi musicalement à John Lewis, comme le montrent ses enregistrements avec Ornette Coleman ou Eric Dolphy.


1955

The Modern Jazz Society - Little David's Fugue > http://www.youtube.com/watch?v=P0rrrj87U8Q

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=pq2SloPwWhg

1957 Django > http://www.youtube.com/watch?v=VrAe5mU5ELw rare occasion d'entendre Janet Putman à la harpe (Discographie)
J.J Johnson, Trombone; J. Politis, Flute; S. Getz, Tenor Sax; A. Sciacca, Clarinet; M. Zegler, Bassoon; G. Schuller, French Horn; J. Putnam, Harp; P. Heath, Bass; C Kaye, Drums


1960
Günther Schuller

John Lewis presents contemporary music " Jazz Abstractions "
Eric Dolphy (fl), Robert DiDomenica (fl), Jim Hall (g), Eddie Costa (vib), Bill Evans (p), Scott Lafaro (b), George Duvivier (b)
Sticks Evans (ds), The Contemporary String Quartet
rec. 20/12/1960 NYC
Variants on a Theme of John Lewis (Django) > http://www.youtube.com/watch?v=faSD3g1ndHE
Abstraction > http://www.youtube.com/watch?v=Imo1kQME8K4


1962



1960 Détails discographiques 1960-63

Ce disque est réédité en CD sous la pochette Lewis/Eric Dolphy, ce qui peut induire quelques confusions avec les adaptations de Kurt Weill...
Certaines faces sont de 1960, avec Benny Golson ts, Gunther Schuller p, Jim Hall g, George Duvivier b, Lewis et Dolphy
The Stranger > http://www.youtube.com/watch?v=C8D0zEB39RU
Je n'ai pas trouvé d'extrait arrangé par Gary McFarland, dont on a eu un aperçu avec le guitariste Gabor Szabo et Sadao Watanabe

Rencontre avec Dolphy, Raney autour de Kurt Weill, dont j'ai parlé ici > http://jazzitude.forumactif.com/t4311-kurt-weill-mike-zwerin-lewis-dolphy-raney-gil-evans?highlight=zwerin
Alabama Song > http://www.youtube.com/watch?v=f4SYEfdm90g
Mack The Knife > http://www.youtube.com/watch?v=R3628Pn7exM

Autres



1966 The Swingle Singlers with MJQ > http://www.youtube.com/watch?v=wxdAHh8ir3g

Le MJQ sera lui aussi embarqué dans des aventures avec cordes


Et pour se réjouir qu'il n'y ait pas que Jacques Loussier dans la survie jazzante de J.S. Bach




Une fois de plus, qui croit pouvoir découper le jazz en courants étanches (?), cool ou pas cool, en est pour ses frais.
Twisted Evil