Modernité, complexités

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.3. Histoires des jazz
            5.3.2. l'arrangement de jazz, avec l'oubli ?
Modernité, complexités 

Message par Patlotch le Mar 17 Sep 2013

Dès la fin des années 40, les jazz explosent de diversités, en des courants dont les étiquettes n'épuisent pas la richesse, et ne disent pas les chemins de traverse. On cite de grands arrangeurs, quelques arrangeuses, mais on restreint le plus souvent la notion d'arrangement à l'écriture pour grand orchestre. Sacrée réduction, si l'on en croit Jimmy Giuffre et ses trios, Mulligan et ses quartets, Chico Hamilton et ses quintettes, le travail de Benny Golson pour les Jazz Messengers...

À l'écriture devenue traditionnelle dans le jazz, par sections ou pour la recherche de couleurs orchestrales (Ellington, Gil Evans...), s'ajoute l'approche en contrepoint (Mulligan, Giuffre), les mélanges avec la musique classique occidentale (John Lewis, Buddy de Franco, Gunther Schuller...), la recherche harmonique hors des sentiers battus du bop (George Russell...), et le tout mélangé brassant l'histoire du jazz depuis les premiers blues et le Gospel avec la connaissance savante : Charles Mingus.

Ranger cette richesse en autant de tiroirs, Jazz-Cool, Jazz West-Coast, Third Stream, Hard-Bop, Free, Jazz-Rock, Funk-Jazz, Fusion, etc. est certes pratique, mais réducteur jusqu'à la caricature, avec un manque de respect premier pour des musiciens révélant avant tout leur originalité.

Je ne suis pas assez savant pour démêler ce grand fatras. Je ferai donc, en première approche, comme les autres, mais hors des tiroirs. Ma façon chaotique le sera toujours moins que la réalité.

Mots clés
Arrangement