Tadd DAMERON, Gil FULLER, George RUSSELL, Clare FISHER... arrangent Dizzy Gillespie

 

Recherche

Table des matières

Index  

Ancien site LIVREDEL  Sommaire

    5. JAZZ
        5.3. Histoires des jazz
            5.3.2. l'arrangement de jazz, avec l'oubli ?
Tadd DAMERON, Gil FULLER, George RUSSELL, Clare FISHER... arrangent Dizzy Gillespie 

Message par Patlotch le Lun 16 Sep 2013

Avec Ellington particulièrement, déjà avant guerre mais plus encore après, avec Strayhorn, les frontières entre jazz classiques et modernes s'effacent, aussi bien dans l'écriture qu'avec certains solistes de la jeune génération. Certaines partitions du Duke ne sont pas moins audacieuses harmoniquement que celles de Mingus, pour ne le comparer qu'à l'un de ses admirateurs.

Pourtant, il y eut bien dans cette continuité une rupture. Elle se situe pour l'arrangement comme pour l'improvisation dans l'esthétique du be-bop, que Dizzy Gillespie portera à l'orchestre dès 1946 avec une audace qui ferait trembler encore pas mal de sucreries pour Big Band jusqu'à nos jours.





Le titre "Things to come " (Choses à venir) sonne comme un manifeste de cette musique, au même titre que plus tard Free-Jazz d'Ornette Coleman. Dizzy fait encore figure de précurseur, bien qu'après les Cubains eux-mêmes, pour marier le jazz et l'afro-cubain, avec le be-bop. Quelque chose qu'on ne nommait pas encore 'Salsa', une appellation au demeurant peu reconnue à ses débuts par les Cubains : Manteca et Tin Tin Deo (co-écrit avec le percussionniste Chano Pozo)...



Les arrangeurs de la rupture sont notamment Gil Walter Fuller, Tadd Dameron, et un promis à d'autres aventures, George Russell. Gillespie, pianiste à ses heures, écrit également.

Gil Walter Fuller Manteca 1947> http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=-KxtCxStjY8

Gil Fuller > http://www.youtube.com/watch?v=iWHpFP7vmFI

Transcriptions de Gil Fuller > http://www.ejazzlines.com/Jazz-Bebop-Big-Band-Arrangements-by-Dizzy-Gillespie-Gil-Fuller-George-Russell-c1396.html





Tadd Dameron Good Bait > http://www.youtube.com/watch?v=tcp2k6O3aH0
Tadd Dameron Cool Breeze > http://www.youtube.com/watch?v=lyHwRgiTows



Two Bass Hit
met en valeur le contrebassiste phare du jazz moderne, Ray Brown > http://www.youtube.com/watch?v=yRW6EaPnCng

Oopapada > http://www.youtube.com/watch?v=tcp2k6O3aH0


George Russell Cubana Be, Cubana Bop > http://www.youtube.com/watch?v=tDtvNqGimxc

Sample > http://www.allmusic.com/album/dizzy-gillespie-and-his-big-band-mw0000265800

L'orchestre se produira Salle Pleyel en 1948, et sera recréé à Paris en 1953, à l'occasion de l'invitation de Dizzy par Charles Delaunay (fils des peintres Robert et Sonia Delaunay), partisan du jazz moderne dans la guéguerre avec Hugues Panassié, et qui ouvre les colonnes de Jazz-Hot au jazz moderne. Une guerre qui sera très franco-française, mais qui marque encore de son sectarisme les cases des amateurs français, qui sont les meilleurs en cette matière comme en d'autres, comme ils le prouveront avec le free-jazz (voir http://jazzitude.forumactif.com/t4370-la-beaute-du-jazz-libre-ou-le-dit-free-jazz)

Qui s'en souvient ? Jef Gilson et Bernard Lubat, à Antibes en 1966 "Je me souviens encore du grand orchestre de Dizzy Gillespie en 1948" (Big Band Chromatismes). Rien que de Nonet hommes : Jef Gilson, Claude Lenissois, Gilbert Rovère, Gaëtan Dupenher, Pierre Caron, Jean-Louis Chautemps, François Jeanneau, Jean Baptiste Mira, Bernard Lubat.



À New-Port en 1957, avec Tadd Dameron, sont sollicités pour les arrangements Quincy Jones et Ernie Wilkins.
School Days > http://www.youtube.com/watch?v=5MHJkal9Su0
Carioca > http://www.youtube.com/watch?v=Wt5MiuCauco

De bonnes reprises en 1968



Things to come > http://www.dailymotion.com/video/x201ii_dizzy-gillespie-big-band-1968-thing_music

Plus tard, d'autres arrangeurs travailleront pour Gillespie

Clare Fisher pour Caravan (Ellington) > http://userserve-ak.last.fm/serve/_/85494225/Gil+Fuller++Monterey+Jazz+Festival+Gil+Fuller++Monterey+Jazz+Fest.jpg On est sorti de l'énergie be-bop, mais la complexité s'accompagne d'une palette orchestrale élargie en sonorités, notamment avec la flûte, souvent utilisée alors, par Gil Evans, Gary McFarland...

En quintette, Dizzy s'entendra avec James Moody pour un beau mariage trompette (sourdine)-flûte, un must de l'arrangement en combo, en même temps qu'on découvrait, en 1965, le jeune pianiste Kenny Barron.



Combo arrangé, tant il vrai que l'histoire de l'arrangement de jazz déborde celle de ses grands orchestres, mais connaît ses classiques.



Sample > http://cps-static.rovicorp.com/3/JPG_400/MI0002/533/MI0002533834.jpg?partner=allrovi.com